dimanche 11 mars 2012

Quand Nicolas Sarkozy cite Victor Hugo

Victor Hugo
Quand Nicolas Sarkozy (ou plutôt Henri Guaino son scribe) cite Victor Hugo, il fait aussi allusion à ça :
"C’est là pour ma part le but auquel je tendrai toujours, extinction de la misère au-dedans".
  • Alors que Nicolas Sarkozy n’a fait que creuser l’écart entre les différentes classes sociales. Alors que les riches n’ont jamais été aussi riches.
  • Alors que la classe moyenne se paupérise doucement mais sûrement depuis plusieurs années.
  • Alors qu’il avait promis qu’à la fin de son quinquennat, plus personne ne dormirait dans la rue.
"A côté de la liberté, qui implique la propriété, il y a l'égalité, qui implique le droit au travail, formule superbe de 1848 ! Et il y a la fraternité, qui implique la solidarité.
Donc, république et socialisme, c'est un."
  • Alors que Nicolas Sarkozy montent les Français-es les un-e-s contre les autres, creuse les clivages entre jeunes et moins jeunes, travailleurs-es et demandeurs-es d’emploi, creuse les inégalités entre les différentes classes sociales, entre les différentes religions, entre les différentes civilisations. 
  • Alors qu’il oppose socialisme et république, socialisme et avenir, socialisme et solidarité.
  • Alors qu’il soutient que voter socialiste, c’est ouvrir la voie au FN.
"Le socialisme est vaste et non étroit. Il s'adresse à tout le problème humain. Il embrasse la conception sociale tout entière. En même temps qu'il pose l'importante question du travail et du salaire, il proclame […] le droit de la femme, cette égale de l'homme. Il proclame le droit de l'enfant, cette responsabilité de l'homme. Il proclame enfin la souveraineté de l'individu, qui est identique à la liberté.
Qu'est-ce que tout cela ? C'est le socialisme. Citoyens, le socialisme affirme la vie, la république affirme le droit. L'un élève l'individu à la dignité d'homme, l'autre élève l'homme à la dignité de citoyen. Est-il un plus profond accord?"

L’éducation, l’égalité des sexes, une république digne et solidaire qui replace l’individu à son épicentre… Voilà ce à quoi fait référence Nicolas Sarkozy.
  • Alors même qu’il nie les individualités.
  • Alors même qu’il montre du doigt la différence.
  • Alors même que sa politique en matière d’égalité des sexes est restée au point mort.
  • Alors même qu’il dévalorise le métier d’enseignant en l’insultant constamment.
"Qu'est l'ennemi?
L'ennemi, c'est plus et moins qu'un homme. C'est un ensemble de faits hideux qui pèse sur le monde et qui le dévore. C'est un monstre aux mille griffes, quoique cela n'ait qu'une tête. L'ennemi, c'est cette incarnation sinistre […] qui nous bâillonne et nous spolie, qui met la main sur nos bouches et dans nos poches, qui a les millions, qui a les budgets, les juges, les prêtres, les valets, les palais, les listes civiles, toutes les armées, et pas un seul peuple."
  • Nicolas Sarkozy qui copine avec le budget, les juges, les valets, les palais.
  • Nicolas Sarkozy qui taxe, impose, prélève… toujours les mêmes.
  • Nicolas Sarkozy qui censure.
Et Victor Hugo de "saluer la révolution future"

Comme si Nicolas Sarkozy faisait de même… Que de mensonges et que d’aplomb de citer ainsi Victor Hugo.
Victor Hugo, celui-là même qui critiquait Napoléon III doit se retourner dans sa tombe quand il entend Nicolas Sarkozy… Lui qui a tant de points communs avec "Napoléon le Petit"

"Cet homme ment comme les autres respirent. Il annonce une intention honnête, prenez garde ; il affirme, méfiez-vous ; il vous fait un serment, tremblez ! Machiavel a fait des petits."

"Il a réussi. Il a pour lui désormais l'argent, l'agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort, et tous ces hommes qui passent si facilement d'un bord à l'autre quand il n'y a à enjamber que la honte."

"Comment ! On a des besoins, on n'a pas d'argent, on est prince, le hasard vous met le pouvoir dans les mains, on en use, on autorise des loteries, on fait exposer des lingots d'or (...), la poche de tout le monde s'ouvre, on en tire ce qu'on peut, on en donne à ses amis, à des compagnons dévoués auxquels on doit de la reconnaissance, et comme il arrive un moment où l'indiscrétion publique se mêle de la chose, où cette infâme liberté de la presse veut percer le mystère et où la justice s'imagine que cela la regarde il faudrait quitter l'Elysée, sortir du pouvoir et aller stupidement s'asseoir entre deux gendarmes. Allons donc ! Est-ce qu'il ne serait pas plus simple de s'asseoir sur le trône de l'empereur ?"

Sources :
HUGO Victor, Napoléon le Petit, Paris, Hetzel, 1870.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise