vendredi 13 avril 2012

L'assistanat de la France d'en haut

Hier, @jmboudon a tweeté un lien de l'Observatoire des Inégalités.

Nicolas Sarkozy qui a fait de l'assistanat sa bête noire, son bouc-émissaire, ne cesse de nous rebattre les oreilles depuis plusieurs semaines avec celles et ceux qui profitent du système, qui s'en mettent plein les poches tout en étant de grosse feignasses assistées qui refusent de bosser.

Bon, OK, il le dit pas vraiment comme ça, mais au fond de son cerveau, c'est un peu formulé ainsi hein.

Mais comme le rappelle l'Observatoire des Inégalités:
"La France est pour partie un pays 'd’assistés'. Dans l’immense majorité des cas, il s’agit d’aider les plus démunis à ne pas verser dans la misère. Mais le soutien de la collectivité ne se résume pas aux plus pauvres, loin s’en faut. Le problème, c’est qu’en haut de la hiérarchie sociale, on se permet de faire la leçon à une France qui peine à boucler ses fins de mois".

En effet, contrairement aux idées reçues particulièrement répandues à droite, les "pauvres" ne sont pas les seuls à bénéficier du système (retraites, soins, ARE, allocations, familiales...etc).

Ce système de solidarité ou d'"État-Providence" pour reprendre l'expression consacrée du XIXe siècle, profite également aux catégories les plus aisées.
Est-il nécessaire de rappeler à Nicolas Sarkozy que parmi les retraités et les chômeurs, il n'y a pas que des "gens de la France d'en bas"?

Voici donc une liste non-exhaustive des avantages fiscaux et sociaux des assistés de la France d'en haut:
  • Réductions d’impôt (aussi appelées "niches fiscales") qui vont coûter en 2012 66 milliards d’euros à la collectivité en pertes de recettes fiscales.
  • L’école: compte tenu des inégalités sociales qui existent dans l’enseignement supérieur, l’État dépense bien davantage pour les enfants de cadres supérieurs que pour ceux d’ouvriers.
  • Des voitures de fonction à usage personnel aux invitations (concerts, spectacles, représentations sportives, etc.).
  • Des bonus en veux-tu en voilà.
  • Sans compter que les plus riches bénéficient des allocations familiales au même titre que les plus pauvres.
"A l’opposé, on oublie très souvent qu’une partie des bénéficiaires potentiels ne demande rien et rase les murs pour ne pas être stigmatisée. Seulement 32 % des ménages pouvant bénéficier du RSA activité y ont recours et 65 % des potentiels rmistes (RSA de base), laissant ainsi près de 2 milliards d’euros inemployés au budget de l’Etat, d’après le rapport du comité d’évaluation du RSA. De même, 1,7 million de personnes ne recouraient pas à la CMU complémentaire à laquelle ils ont droit (voir notre article sur le non recours). La complexité des démarches et les discours culpabilisants sur les « assistés » y sont pour beaucoup". (source)
 
Finalement, nous sommes tous-tes des assisté-e-s. Et les plus "profiteurs-es" ne sont pas forcément celles et ceux auxquels on pense habituellement. 
 
Cette dénonciation de l'assistanat des couches sociales les plus basses est en fait devenue une stigmatisation radicale. Elle est non seulement "inacceptable moralement", mais elle est également "politiquement risquée".

Et elle revêt aussi un caractère populiste qui fait les choux gras de l'extrême-droite. Et sur ce terrain-là, le match est serré entre l'UMP et le FN.
 
Alors?
 
Liberté - Égalité - Fraternité 
Vous en êtes sûr-e-s?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise