mercredi 25 avril 2012

Salut à toi Droit de Vote des Etrangers!

Le Figaro a consacré sa Une au droit de vote des étrangers... 
Aurait-il pu en être autrement de la part de l'organe officiel de Nicolas Sarkozy?
Il faut bien trouver quelque chose à se mettre sous la dent.
Et à mettre sous les yeux de ses lecteurs.
  • Difficile d'évoquer les accointances FN-UMP sans fâcher la droite molle.
  • Difficile de parler du mépris de Nicolas Sarkozy pour le 1er mai sans évoquer le "vrai travail" et fâcher l'électorat ouvrier de droite.
  • Difficile de trouver un "vrai" sujet quoi.
Alors on charge François Hollande et son projet de droit de vote des étrangers.
Moi je suis POUR.
Mille fois POUR.
Je suis POUR:
  • que mes voisin-e-s qui vivent ici depuis 10 ans,
  • qui ne vont dans leur pays d'origine que pendant les rares vacances qu'ils-elles ont,
  • qui passent finalement 10 mois sur 12 en France,
  • qui sont souvent souvent installé-e-s dans la même ville depuis plusieurs années,
Je suis POUR qu'ils-elles aient le droit de voter aux élections locales.

Nicolas Sarkozy a peur.
Il a peur des piscines non mixtes et il a peur de la viande halal.
Ainsi déclarait-il dans le Figaro Magazine consacré à ses valeurs pour la France:
"Ce n’est vraiment pas le moment, avec tous les risques de montée du communautarisme. Le débat politique ne doit pas être communautarisé".
Ayez peur! Tremblez!

Finalement, c'est pas nouveau cette agitation de la peur et cette proximité idéologique avec l'exrtrême-droite. Bruno Mégret lui-même n'avait-il pas bâti ses campagnes autour de l'islamisation de la France?
Mais puisque Marine le Pen est d'accord et que Nicolas Sarkozy considère que le FN est compatible avec la République, pourquoi diantre s'encombrer du droit de vote des étrangers?
Sauf que Nicolas Sarkozy n'a pas toujours été contre...
  • "J’avoue ne pas être outrageusement choqué par la perspective de voir des étrangers, y compris non communautaires, voter pour les scrutins cantonaux et municipaux. À compter du moment où ils paient des impôts, où ils respectent nos lois, où ils vivent sur notre territoire depuis un temps minimum, par exemple de cinq années, je ne vois pas au nom de quelle logique nous pourrions les empêcher de donner une appréciation sur la façon dont est organisé leur cadre de vie quotidien". (Libre, Robert Laffont, 2001)
  • "Je suis favorable au droit de vote aux élections municipales des étrangers résidant en France depuis plus de 10 ans, respectant nos lois, payant leurs impôts et ayant des papiers". (France 2, 25 octobre 2005)
  •  Le 24 avril 2008, lors d’une interview diffusée sur toutes les chaînes, il réaffirmait être "favorable au droit de vote de étrangers aux élections locales à titre intellectuel" mais il regrettait de ne pas "avoir de majorité pour le vote".
Nicolas Sarkozy n'a pas inventé le fil à couper le beurre. Ça ce n'est pas nouveau. Mais surtout, lorsqu'il défendait le droit de vote des étrangers, il s'inspirait directement d'un combat de longue date qui fait désormais consensus en France et dans de nombreux pays développés.
61% des Français se disent favorables à l’ouverture du droit de vote des étrangers aux élections locales.
C’est aussi une mesure de justice et de bon sens. Comme le soulignait Nicolas Sarkozy en 2001, à partir du moment où les étrangers paient des impôts, produisent des richesses, paient leurs loyers, leurs factures, tout en cotisant comme tous les Français, il est normal de leur accorder ce droit puisqu'ils remplissent les mêmes devoir que nous tous-tes.

Le droit de vote des étrangers aux élections locales, c'est la République qui intègre et la société qui se rassemble.

François Hollande qui défend l'Europe souhaite, et c'est bien légitime, que la France rattrape son retard. Car en effet, cette mesure n'a rien de révolutionnaire puisque d'autres pays l'ont déjà adoptée:
  • Irlande: 1963
  • Suède: 1975
  • Pays-Bas: 1983
  • Danemark: 1981
Mais aussi la Belgique, le Luxembourg octroient le droit de vote aux élections locales aux étrangers qui résident sur leur territoire. Les Constitutions espagnole et portugaise prévoient que le droit de vote peut être accordé aux étrangers sous réserve de réciprocité. Le Royaume-Uni accorde le droit de vote aux élections locales aux ressortissants de tous les États membres du Commonwealth résidant sur son territoire, tandis qu'un État américain sur deux.

Je propose à Nicolas Sarkozy un petit voyage dans ces pays pour recenser les piscines non-mixtes et les cantines qui proposent de la viande halal à tous les repas.

En refusant cette mesure, Nicolas Sarkozy et l'UMP alimentent la stigmatisation et favorisent le communautarisme.
La droite divise, la gauche rassemble.
Ce qui pourrait passer pour du manichéisme de bas-étage n'est qu'un état de fait d'une évidence limpide.

Le droit de vote accordé aux étrangers fait coïncider droits et devoirs. Et c'est la moindre des choses dans une démocratie.

Enfin, je finirai ce billet en laissant parler le côté keupon qui sommeille en moi et en rendant un hommage appuyé aux Béruriers Noirs qui saluaient la diversité et la citoyenneté mondiale, il y a un moment déjà.

Salut à toi!


Et puis aussi, un dernier message de service à Nicolas Sarkozy:
Sait-il seulement que tous les étrangers qui résident en France ne sont pas QUE des gens consommant de la viande halal ou pratiquant la non-mixité dans leur vie quotidienne?

3 commentaires:

  1. Avant j'etais étranger, mais ça c'était avant..
    Vive la République, vive la France.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je travaille pour Newsring.fr, le site de débat lancé par Frédéric Taddeï, et je me permets de vous contacter suite à la lecture de votre article car nous venons de lancer un débat sur le sujet qui pourrait vous intéresser, et nous serions ravis que vous partagiez votre point de vue avec nos internautes.

    Le candidat François Hollande en avait fait la promesse : les étrangers pourront voter aux élections locales. Pour faire passer le texte, il existe deux options. Un vote du Congrès (Sénat et Assemblée nationale) à Versailles, mais le Parti socialiste ne dispose pas des trois cinquièmes des voix requis pour être assuré de l'emporter. Il pourrait donc choisir d'organiser une consultation nationale.

    Seuls les étrangers qui résident légalement en France depuis au moins cinq ans sont concernés. Les étrangers de l'Union européenne, eux, peuvent déjà voter aux élections locales.

    Faut-il un référendum sur le droit de vote des étrangers aux élections locales ? (http://www.newsring.fr/politique/1105-faut-il-organiser-un-referendum-sur-le-droit-de-vote-des-etrangers-aux-elections-locales)


    Pour participer, il suffit de se connecter sur le site (à l’aide de Facebook, Google+ ou LinkedIn) et de cliquer sur “contribuer au débat”. Nous pouvons également vous créer un compte indépendant des réseaux sociaux si vous le souhaitez (attention le compte doit être nominatif).

    Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me recontacter.

    Bien à vous et bonne journée,

    Jérémy
    Community Manager pour Newsring.fr

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise