vendredi 31 août 2012

Allez Ségolène Royal: au boulot!

Il y a quelques semaines, en suivant la méthode de Jegoun et Lolobobo pour rédiger un billet au hasard, j'avais finalement trouvé l'inspiration pour vous parler de la présence de Ségolène Royal au 24ème Congrès de l'Internationale Socialiste, dont elle est la vice-présidente depuis 2009.

Et bien elle vient d'être reconduite à ce poste.

l'Internationale Socialiste rassemble 160 partis socialistes, travaillistes et sociaux-démocrates du monde entier.

A celles et ceux qui la disent Ségolène Royal convalescente après sa défaite aux Législatives, je réponds que, pour une convalescente, elle a l'air de bien se porter quand même.

Certains interprètent sa présence au Congrès de l'IS comme un prétexte tout trouvé pour fuir l’Université d’Été du PS qui s'est tenue au même moment.

On s'en fout.

Elle aurait bien été obligée d'y aller en Afrique de toutes façons. En temps que vice-présidente, ça l'aurait foutu mal qu'elle ne s'y rend pas.

Bref.

Programme chargé donc pour celle qui s'est encore une fois excusée au nom de la France pour l'immonde discours de Dakar qui colle aux basques de la politique française comme un chewing-gum à nos tongs.

Thème de cette année: "Pour un nouvel internationalisme et une nouvelle culture de solidarité".
I. Programme du Congrès
Ouverture par M. Jacob Zuma, Président de la République d'Afrique du Sud
1er thème : pour une économie avec des emplois, la croissance et la protection sociale : la réponse social-démocratique à la crise financière
2ème thème : la lutte pour les droits et libertés: renforcer la démocratie représentative et gagner des nouvelles démocraties dans le monde
3ème thème : pour un chemin commun vers la paix, la durabilité et la coopération : le besoin de garantir le multilatéralisme
4ème thème : pour un nouvel internationalisme et une nouvelle culture de solidarité parmi les peuples et entre les nations
II. Des rencontres à Johannesburg, Pretoria et au Cap
Rencontre avec: 
  • Mme Graça Machel, épouse de Nelson Mandela, Ancienne Ministre de l'éducation du Mozambique, militante des droits de l'homme (la rencontre avec M. Nelson Mandela se décidera sur place si son état de son santé, très fragile, le lui permet). 
  • M. Ndaba Mandela, directeur de Africa raising foundation et petit-fils de Nelson Mandela.  
  • Zachie Achmat, fondateur de l'organisation treatment action campaign pour la lutte contre le Sida. Aujourd'hui engagé dans la lutte sociale dans les townships à la tête de l'ONG Social justice coalition.  
  • Dr Mamphela Ramphele : une des héroïnes de la lutte contre l'apartheid, compagne de Steve Biko et co-fondatrice avec lui du mouvement "Black Consciousness". Devenue la première présidente africaine de l'Université du Cap, puis vice-présidente de la banque mondiale.  
  • Mme Ferial Haffajee, rédactrice en chef du City Press, 3ème hebdomadaire d'Afrique du Sud  
  • Mme Mandy Rossouw, correspondante internationale à City Press  
  • M. William Gumede, universitaire, essayiste, chercheur, journaliste  
  • Mme Elizabeth Sidiropoulos, directrice du South African institute of international affairs.
III. Des visites
  • Visite de Robben Island où furent notamment internés trois futurs présidents sud-africains (Nelson Mandela, Kgalema Motlanthe et Jacob Zuma) 
  • Visite de la maison Nelson Mandela, à proximité du musée Hector Pieterson - Visite du Musée/mémorial Hector Pieterson à Soweto, sur les lieux du massacre de juin 1976. Accueil par le conservateur, M. Khwezi Gule 
  • Visite du nouveau Soweto Theatre (2012), première institution culturelle majeure du township 
  • Visite de l'ONG Philisa Abafazi et du township de Lavender Hill 
  • Visite de la pointe du Cap (Cape point) 
  • Ainsi que la visite naturel du Pilanesberg ainsi que la visite du Cap d'abonné espérance 
  • Rencontre avec le chef d'entreprise de BioFlame (valorisation de la biomasse) pour un projet d’implantation à Niort, en Région Poitou-Charentes  
IV. Des activités de coopération culturelle France-Afrique duSud
A l'occasion de ce déplacement, dans le cadre de La Saison de la France en Afrique du Sud mis en oeuvre et coordonnée par l'Institut Français, Ségolène Royal a été sollicitée par l'Ambassade de France pour valoriser cette coopération artistique et culturelle entre les deux pays, à Johannesburg : 
  • Visite de l’exposition française "maîtres du XXème siècle, le corps-image", à la Standard Bank Gallery 
  • Visite du montage de l'exposition black music au muséum Africa 
  • Rencontre avec MM. Bongani Tembe (Afrique du Sud) et Laurent Clavel (France), commissaires généraux des saisons France-Afrique du Sud, sur le site du festival Joy of jazz. 
  • Festival Standard Bank Joy of Jazz, partenaire de la saison de la France en Afrique du Sud
  • Accueil par Mme Mandie Van der Spuy, directrice des partenariats à la Standard Bank, mécène de la saison de la France en Afrique du Sud 
  • Rencontre avec les musiciens à l'occasion de leurs concerts : Erik Truffaz, Manu Katché, Manu Dibango, Mory Kanté
Allez Ségolène Royal: au boulot! 

Et sinon, au Congrès de l'Internationale UMPiste, ils ont élu qui?

17 commentaires:

  1. Vous aurez beau dire : avoir visé le perchoir et finir sous l'arbre à palabres, c'est quand même une sacrée dégringolade. Elle vqa finir par faire les “retours de l'être aimé” dans un gourbi du XVIIIe arrondissement, si ça continue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je n'ai pas dit qu'elle n'avait pas dégringolé hein!
      Et j'ose espérer qu'elle remontera la pente sans s'égarer dans le 17ème...

      Supprimer
    2. Eh ! c'est que c'est très bien, le XVIIe, si on choisit le “bon côté” !

      Supprimer
    3. Goux, se Gourer... Pas mal.

      Supprimer
  2. Sego, Pésidente? En Afrique? Ça s'arrose! Hein!

    RépondreSupprimer
  3. Ségolène n'est pas encore entrée dans l'histoire ... mais à force d'essayer, elle prendra peut-être la tête de EELV (smiley bordel)

    RépondreSupprimer
  4. Ségolène présidente d'EELV en Afrique... Ça se complique là...

    RépondreSupprimer
  5. je pense qu'elle aurait fait une très bonne ministre des Affaires Étrangères, parce que Fabius...pfff...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être. Mais franchement, quand on y réfléchis deux secondes, je n'ose imaginer le tollé si FH avait nommé son ex dans son gouvernement (conflits d'intérêts et tout l'bazar)... Alors n'en parlons plus et souhaitons-lui bonne route pour la suite de sa carrière politique

      Supprimer
  6. Le discours de Dakar !
    Il y a tant a en dire. L'emblème et le catalogue de l'inculture.

    RépondreSupprimer
  7. mais l'arbre a palabres c'est tres fraternel et participatif car sur le terrain au contact avec les vrais gens du cru bien mieux que le perchoir ou partcipatif n'est pas de mise quand au contact avec les vrais gens je vous laisse seul juge

    RépondreSupprimer
  8. faut rappeller a certains que segolene royal a gané beaucoup d'elections tres difficiles grace a pratiquement a elle seule eta sa visoondes choses
    primares contre fabius dsk ell eles battus a plate couture designé par toute la gauche et a remis en selle le ps contrairement a la jospinie 17 millions de voix regionales gagnées avec un combat tres dur tout cela avec le risque de ne plus avoir de mandat car elle a été une des 1eres a ne pas cumuler les fonctions actes et paroles en coherence on luia volé le titre de 1rre secretaire du ps grace a des tricheries et des complots du TSS
    La gauche a dans es rangs une femme politique exceptionnelle et des vieux briscard lui ont coupe l'herbe sous le pied par leurs conneries a vouloir accaprer tous les postes et fonctions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans l'ensemble on est d'accord. mais mettez un peu de ponctuation dans vos coms, j'ai pas tout compris!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise