mercredi 29 août 2012

Au secours! Des "salles de shoot"!

salle de shoot
Selon l'UMP, des "salles de shoot" à la légalisation des drogues, il n'y a qu'un pas. Mais oui bien sûr.

Et puisque je ne me suis jamais droguée, je vais en profiter pour essayer. Car si celles-ci sont expérimentées comme le souhaite Jean-Marie Le Guen, elles deviendront sans aucun doute des Shoot Shops comme le prédit l'UMP.

Des Shoot Shops à la mode du Coffee Shop hollandais.

Et Camille Bedin qui signe ce communiqué de presse de l'UMP, digne d'un pamphlet sans fond, de faire inévitablement le rapprochement avec les déclarations de Cécile Dufflot sur le cannabis.

Je ne sais même pas par où commencer tant ce CP est affligeant.

Mais bon, je vais tenter de vous en extraire la substantifique moelle et je vous laisse aller chercher sur le web son contenu intégral. Je ne vais quand même pas copier-coller l'intégralité de ces âneries ici, faut pas déconner.
1. "Ouvrir des salles de consommation de drogues, ce n'est pas lutter contre le fléau de la drogue, c'est banaliser l'usage et c'est légaliser la consommation des drogues les plus dures et cela au frais des contribuables!"
Il a été prouvé depuis longtemps déjà que ces centres d’injection n’entraînaient pas une hausse de la toxicomanie dans les populations environnantes. Ces centres existent déjà en Suisse et ce, depuis plus de 20 ans. J'ose espérer que si ces "salles de shoot" (quels vilains mots) avaient entraîné une hausse de la toxicomanie dans leurs environs, elles auraient été fermée depuis belle lurette. Depuis, d'autres pays se sont inspirés de la Suisse: 21 salles en Allemagne (tiens! Ce modèle allemand si cher à notre ex-président!), les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Espagne, la Norvège, l’Australie ou encore le Canada. En tout, plus de 80 centres sont déjà en place en Europe. Jusqu'à preuve du contraire, je ne crois pas que l'usage des drogues les plus dures soit légalisé dans ces pays, mais peut-être me goure-je. Et en tant que contribuable, je n'ai aucun problème à ce que mes impôts servent aussi à encadrer sainement les consommateurs de drogues dures, plutôt qu'à financer les employés de la voirie pour ramasser les seringues usagées, par exemple.
2. "Le rôle de l’État n'est pas d'en faciliter la consommation, mais de lutter sans faillir contre son usage et les trafics liés, qui font la fortune de criminels sur le dos de la santé de jeunes souvent désorientés!"
Il n'a jamais été question que l’État facilite la consommation de drogue mais qu'il l'encadre en évitant aux toxicomanes de multiplier les risques liés à la drogue, en s'en créant de nouveaux. Ils ont bien assez à faire à essayer d'en sortir, pas la peine qu'en plus ils se chopent des merdes liées à l'échanges de seringues où aux lieux crades dans lesquels ces shoots peuvent se faire.
3. "Légaliser les drogues, c'est encourager tous les trafics et donner un signal positif à l'ensemble des narcotrafiquants internationaux qui prospèrent au détriment de la santé publique!"
Nous y voilà! Le spectre de la légalisation des drogues. D'ici à ce que la France devienne la résidence d'été des Cartels sud-américains, il n'y a pas des kilomètres. Non  mais n'importe quoi! Qui a parlé de légalisation?

Ils ont fumé à l'UMP ou quoi? Ah non pardon, on ne fume pas à l'UMP.
4. "Le Président de la République et le gouvernement doivent clairement et rapidement infirmer et désavouer les propos de M. Le Guen au risque de rentrer dans un engrenage dangereux qui mène tout droit à la légalisation de toutes les drogues".
Tout est dit. Ne changeons rien. Laissons la situation pourrir là où elle en est. L'UMP est viscéralement attachée aux mesures qui sont déjà en place: prévention, accompagnement médico-social, sanction et répression des pratiques illégales. Mais en quoi, l'ouverture de ces centres est contradictoires avec ces mesures? Ne peut-on pas décemment envisager que les deux soient complémentaires? A-t-il été dit que les toxicomanes seraient livrés à eux-mêmes dans ces centres?

Est-ce que ce sera la fête du slip dans les salles de shoot sans aucun personnel de santé?

Il aurait été bon avant de rédiger ce communiqué de presse nauséabond que l'UMP se penche sur les travaux de l'Office Européen des drogues et toxicomanies et particulièrement son rapport de 2004 sur les salles de consommation de drogue (et non pas "salles de shoot"...) dont la conclusion est sans appel:
"Les salles de consommation de drogues fournissent un environnement sain pour une prise plus hygiénique et moins risqué de drogue (évitant ainsi les chocs anaphylactiques ou les overdoses). Nombre de personnes fréquentant ces salles reçoivent des conseils et bénéficient de services de santé à laquelle s'ajoute une consommation moins douloureuse et plus hygiénique. Pour bon nombre de consommateurs de drogue fortement marginalisés, fréquenter ces salles peut être un premier pas vers un système de soins plus approprié, voire même dans certains cas, vers la cure de désintoxication. Il y a aussi une réduction des comportements à risque. Une consommation plus saine réduit indiscutablement les comportements à risque à l'extérieur aussi. Les personnes qui fréquentent ces salles influencent également les usagers de drogue à l'extérieur. La plupart des urgences médicales peuvent être pratiquées sur place sans aucune hospitalisation. Ces salles contribuent à une réduction du taux de décès liés aux drogues dans les villes dans lesquelles elles sont implantées.
Il est prouvé que ces salles de consommation n'incitent pas à l'usage de drogues, de même qu'il n'est pas non plus prouvé qu'elles augmentent les taux de morbidité et de mortalité. Ces salles ne servent pas qu'à la consommation de drogues mais elles rendent aussi d'autres services, particulièrement des services médicaux et dans certains cas, elles aident au sevrage".
Je viens de me farcir les 97 pages du rapport en Anglais. Il eût été souhaitable que Madame Camille Bedin, Secrétaire nationale de l’UMP à l’égalité des chances et auteure de ce communiqué de presse, fît de même.

Cela lui aurait évité de raconter n'importe quoi.

On me signale à l'oreillette que mon camarade Cyril prépare lui aussi un billet sur ce sujet... N'hésitez pas à vous rencarder avant boire les paroles de Camille Bedin.

12 commentaires:

  1. Chapeau bas pour les 97 pages en anglais !
    Il faudrait effectivement que certaines personnes de l'UMP apprenne à lire avant d'écrire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en est là pour démontrer le contraire de ce qu'ils racontent. Ça devient grave...
      Merci pour ta visite et au passage j'ai adoré ton billet qui racontait ton expérience d'"emploi-jeune"

      Supprimer
  2. Tiens, je viens de faire un article sur le même sujet sans y inclure l'UMP, je vais l'inclure dedans, tiens.
    Madame est chargée de l'égalité des chances: tiens, curieux quand même de sortir une diatribe sur la drogue...je ne savais pas qu'il y avait des gens qui s'en sortaient mieux face à la drogue, tiens...

    RépondreSupprimer
  3. Moi, au départ, quand j'ai entendu parler de salles de shoots, je pensais que c'était pour l'entraînement des footballeurs les jours de pluie.

    Sur le fond je ne dirai rien car je m'en contre-pignole, si vous voulez bien me passer cette expression “virile”.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça prête à confusion hein! On imagine des salles avec juste un but au fond et un gars qui shoote. Pourquoi pas après tout?
      Je vous pardonne cette expression "virile", chacun est bien libre de dire ce qu'il veut et d'avoir un avis (ou pas) sur ce qu'il veut.

      Supprimer
    2. Dites dites, le vieux, vous pourriez pas arrêter de faire du gringue à toutes les meufs de ma bloguerolle ?

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise