samedi 13 octobre 2012

Ce que j'ai retenu du discours de Dakar

Pas mal de trucs, mais surtout un meilleur souvenir que celui du précédent discours d'un autre président là-bas.

Extraits
"Je mesure l’honneur que vous me faites en m’invitant à m’exprimer au sein de votre Assemblée. J’y vois un double symbole, celui de la vitalité de votre démocratie et celui de la force du lien qui unit nos deux pays.
J’effectue ici, à Dakar, mon premier déplacement en Afrique depuis l’élection qui m’a porté à la Présidence de la République française. Ce choix est celui de l’amitié. Il est aussi et surtout celui de l’avenir.
La France se souvient qu’en 1914 et en 1940, elle a pu compter sur le concours de nombreux Sénégalais enrôlés de gré ou de force sous le drapeau tricolore et dont le courage a permis à la France d’être ce qu’elle est aujourd’hui. Par deux fois au cours du siècle dernier, le sang africain a été versé pour la liberté du monde. Nous ne l’oublierons jamais.
Cette histoire a aussi sa part d’ombre. Comme toute Nation, la France se grandit lorsqu’elle porte un regard lucide sur son passé.
Je serai cet après-midi sur l’Ile de Gorée pour rendre hommage à la mémoire des victimes de l’esclavage et de la traite, en présence d’élus des Outre-mer français dont j’ai souhaité la présence à mes côtés.
La part d’ombre de notre histoire, c’est aussi la répression sanglante qui en 1944 au camp de Thiaroye provoqua la mort de 35 soldats africains qui s’étaient battus pour la France.
Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple, ni pour délivrer des leçons de morale. Je considère les Africains comme des partenaires et des amis.
J’ai une conviction profonde : si l’Afrique, berceau de l’humanité, parvient à faire vivre pleinement la démocratie, partout et pour tous, si elle réussit à surmonter les démons de la division, alors elle sera le continent où se jouera l’avenir de la planète.
Le temps de la Françafrique est révolu. Il y a la France et il y a l’Afrique. Il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité.
La clarté, c’est la simplicité dans nos rapports d’Etat à Etat.
Les émissaires, les intermédiaires et les officines trouvent désormais porte close à la Présidence de la République française comme dans les Ministères.
Mesdames et messieurs, chers amis,
Je remercie le Sénégal pour la chaleur de son accueil. Il me touche et m’encourage à penser que nous avons encore tant à faire ensemble. Pour nos pays et pour l’Afrique.
Une grande histoire commune nous lie. Il nous revient maintenant d’écrire un nouveau récit, celui de notre avenir. C’est « épaule contre épaule », pour reprendre les mots donnés par SENGHOR à votre hymne national que la France et l’Afrique avanceront ensemble".
 Vive le Sénégal. Vive la France. Vive l’amitié entre le Sénégal et la France.
François Hollande Dakar

2 commentaires:

  1. Largement choqué (et pourquoi ne pas le dire honteux pour mon pays) par le précédent ramassi de conneries et d'insultes du précédent, j'ai lu dès cette nuit celui d'hier soir.
    Quel soulagement et dans la veine de ce que nous avons vu et entendu depuis début mai 2012.

    Maintenant yapuqu'à... tenir parole.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise