dimanche 28 octobre 2012

Vis ma vie en logement social (avec Charles Beigbeder)

Charles Beigbeder
Charles Beigbeder est un patron, membre du conseil exécutif du MEDEF. Mais comme business et politique font bon ménage, il est aussi secrétaire national de l'UMP.

Il s'est d'ailleurs présenté aux legislatives en juin dernier dans le 12ème arrondissement où il s'est ramassé avec un peu moins de 40% des voix.

Hier soir, il était l'invité de Laurent Ruquier.

Et il est revenu sur une des mesures qu'il défendait pendant cette campagne:

Le retour aux inspecteurs de cours d'immeubles

Un métier disparu en somme... Mais qui existait selon lui il y a encore 30 ans dans les immeubles sociaux. Mais aussi en URSS par exemple.

C'est important de le préciser car comme tout le monde le sait, c'est bien évidemment dans les immeubles sociaux qu'il y a le plus de problèmes. D'où la nécessité d'un inspecteur de cour d'immeuble
"L'idée c'est qu'il faut - quand on habite dans un immeuble, et en particulier dans un immeuble socialrespecter les règles du jeu. Le règlement intérieur. Parce que si des jeunes, parfois très jeunes hein - il s'agit parfois d'enfants de 12-13 ans... et bien.. jouent au foot jusqu'à 22 heures dans la cour... Franchement c'est pas vivable. Le problème c'est que les parents ont un petit peu abandonné et omettent de dire à leurs enfants de respecter les règles de vie en commun... Et bien dans ce cas, il n'est pas absurde de signaler à l'enfant qu'il fait là quelque chose de pas bien... Nan mais on peut rire de ça, mais c'est vraiment quelque chose qui peut pourrir la vie des habitants...Et puis ensuite une petite amende pouvait être versée à l'époque, elle était même imputée sur le loyer".
Voilà.
C'est classe hein?

J'aime bien la réaction de Mazarine Pingeot: "ouh les vilains!". Ouhlà, oui dites-donc, on est mal hein. Le joueur de foot de 12-13 ans dans une cour d'immeuble est un délinquant en puissance, c'est sûr. 

Planquez-vous les gens! Et courez vite vers l'inspecteur d'immeuble pour dénoncer l'infâme footballeur pré-pubère!

Attendez, c'est pas fini, je vous garde le meilleur pour la fin:
"Il faut savoir que tout ce qu'on a créé, les logements sociaux, le code du travail... tout ce qu'on a créé pour protéger les plus modestes, parfois se retourne contre eux"
Et que donc, si on connaît une crise du logement depuis tant d'années, c'est peut-être parce qu'on a voulu aller trop loin dans le logement social. 

Et donc, la conséquence à cette philanthropie démesurée, c'est qu'on arrive à la coexistence de 2 marchés parallèles:

  • "un marché privé inaccessible pour la plupart des gens
  • un marché du logement social qui va être réservé à des privilégiés ou ceux qui savent utiliser le système"
Merci Monsieur Beigbeder pour toutes ces précisions. Je découvre grâce à vous que je fais partie des privilégiés... A moins que je n'aie réussi à contourner le système pour en profiter... Allez savoir... Perfide comme je suis.

Et du coup, je relativise vachement parce que je réalise que je suis mieux lotie que les classes moyennes les plus aisées qui " ne peuvent plus se loger à Paris".

Et donc (re):
"à force de vouloir trop protéger le locataire, on va dissuader les propriétaires de mettre leurs biens sur le marché et donc,ça se retourne contre les personnes les plus modestes".
C'est pourquoi, Charles Beigbeder pense que dans beaucoup de domaines, on a besoin d'un "vent libéral".

CQFD.

Ah! J'allais oublié!

Charles Beigbeder a aussi signé une tribune pour mettre un terme aux logements sociaux. Avec des idées aussi cons (partagées par les trublions de la Droite Forte), pas étonnant qu'il soutienne Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP.



Sur ce, je vous prie de bien vouloir m'excuser, je vais aller dénoncer les deux bouffons pré-pubères qui s'entraînent au pénalty dans la cour de mon immeuble.

11 commentaires:

  1. Sait-il seulement depuis quand existe le logement social ce zozo ?
    Perso, j'aurais répondu, juste après 1918.
    Bin, non, c'est encore plus vieux : 1894.
    Voilà donc 118 ans que les gamins jouent dans les cours d'immeuble.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'habite pas un logement social mais les incivilités des ados, ça existe : quand ils jouent au foot et tapent dans les portes de box à répétition, ça énerve. Le pire, c'est les mobs dans les allées réservées aux piétons (et où les petits jouent).
    A part ça, je ne suis pas du tout d'accord avec ce Monsieur UMP qui doit connaitre les logements sociaux, comme moi les canaux surMars
    Mireille
    PS : Pourquoi n'y a-t-il pas de profil Twitter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais dit que les incivilités n'existaient pas, je dénonce les propos de C. Beigbeder qui cible exclusivement les logements sociaux. Oui les incivilités ça énerve. Évidemment.
      Je crois que le compte Twitter de ce cher patron est @CBeigbeder, mais je n'en suis pas sûre. C'était ça votre question?

      Supprimer
  3. pourquoi est ce une idée con, mettre un terme aux logements sociaux, exactement et sur le fond ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir ci-dessous la réponse de Rosaelle que je m'apprêtais plus ou moins à faire ici.
      J'ajouterai que depuis la nuit des temps, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne face au marché de l'immobilier. Ça a toujours été ainsi et le contexte de crise n'aide absolument pas à niveler les (in)égalités. Supprimer les logements sociaux c'est empêcher définitivement les plus modestes, les plus précaires de se loger. Tu en connais beaucoup des proprios privés qui accepteraient le louer un F3 pour 620€ en banlieue parisienne?

      Supprimer
  4. On va récapituler: tu mets un terme aux logements sociaux, donc les pauvres n'ont plus le choix que d'aller sur le parc privé, ce qui enrichit les agences immobilières et les privés, ce qui donne plein de sous en impôts fonciers à la ville et puis, si ils n'arrivent pas à se saigner aux 4 veines,les pauvres, ils iront dans des taudis insalubres, qu'on ne pourra pas raser et éradiquer, puisqu'ils combleront un manque. Ce sera tant pis pour eux.
    Partant du principe que les propriétaires ne manqueront pas de demandes, ils pourront donc augmenter leurs prix pour les classes moyennes, puisqu'il n'y a pas assez d'offre.
    C'est leur cauchemar, aux consortiums immobiliers, si on augmente le nombre de logements sociaux...
    Si tu augmentes les logements sociaux, tu peux accueillir et reloger plus de monde, tu peux donc sanctionner les marchands de sommeil, et raser les trucs insalubres, le marché se désengorge, la demande baisse et les prix aussi. Le marché se rééquilibre. CQFD.
    Mais pour les maires qui font vivre leur mairie sur le foncier, ben cela ne va pas, il va falloir trouver d'autres sources de revenus...
    Peut-être aider les entreprises?

    RépondreSupprimer
  5. Le bon passé collabo des inspecteurs d'immeubles refait surface chez la droite forte. Des bons vieux réflexes, rien de plus.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise