vendredi 23 novembre 2012

Penser aux autres en remplissant son caddie

Aujourd'hui débute la grande collecte pour la Banque Alimentaire.

Je kiffe pas trop aller faire mes courses le vendredi parce que c'est blindé, mais bon.

J'ai quand même contribué, modestement. Tout les ans, je donne un bout de mon caddie aux bénévoles qui attendent à la sortie du supermarché.

Un  jour, j'ai entendu dire que ce sont ceux qui ont le moins qui donnent le plus. Je ne sais pas si c'est vrai, mais bon.

Ce matin, j'ai eu une discussion avec une amie à ce sujet. Voilà ce qu'elle disait:
"La journée des banques alimentaires m'a toujours plongée dans des abîmes de perplexité... Ma rationalité est mise à l'épreuve par cette opération où les fabricants et les distributeurs encaissent leurs marges tranquilou, les consommateurs ne reçoivent par définition pas de Reçu Fiscal et les associations se retrouvent à mobiliser des bénévoles pour relever le défi logistique délirant que constitue la répartition de denrées et de conditionnements disparates. On me dit que cela permet à certains de donner qui ne donneraient jamais autrement... Pour ma part je pense profiter de cette journée pour aller donner en ligne sur quelques sites associatifs, je trouve ça plus efficace et plus rationnel !
Et vous, quel est votre avis ?"
Sur le fond, je suis complètement d'accord avec elle.

Mais voilà ce que j'en pense.
Je donne tous les ans à la sortie du supermarché. Je ne me pose pas de questions. Je le fais. Je ne sais pas trop pourquoi. C'est comme ça. Et puis je crois aussi que les gens ont l'impression de donner du "concret". Quand ils font un don en argent, ils ne savent pas trop à quoi ça va servir, alors que là ils donnent des denrées. Et puis, une boîte de conserve c'est moins de 2€... Alors que faire un don de moins de 2€, on peut se sentir mesquin

Et puis nous sommes aussi tombées d'accord sur le fait que donner à des personnes physiques, ça permet aussi de discuter, d'en apprendre un peu plus... Tout ça tout ça quoi.

J'ai donc arpenté les rayons, avec ma liste de courses fournie par les bénévoles, en slalomant entre 2-3 grand-mères (que je me demande toujours si elles le font pas exprès de se pointer les jours de grande affluence et qu'après je me dis que finalement elles sont peut-être là pour les mêmes raisons que moi).

Et j'ai donné.
Ce que je pouvais.
A la hauteur de mes moyens.

Et ça m'a coûté 7,43€ pour: 1 litre de lait, 1 bouteille d'huile d'olive, 1 boîte de 500g de haricots verts, 1 boîte de 500g de petits-pois carottes, 1 pot de confiture d'abricot, 1 kg de sucre en poudre et 5 tablettes de chocolat.

Ça résoudra pas le problème de la pauvreté ou de la précarité... Mais j'me dis que si un jour, ça me tombe dessus, bah... 

15 commentaires:

  1. Leur idée de "préférence" en matière d'alimentation est très discutable. A part l'huile d'olive et le chocolat (si c'est du 72% cacao, OK) qui sont nutritivement parlant valables le reste n'est pas top pour la santé publique. Il vaut mieux prendre des paquets de noisettes et d'amandes (nature), des cornichons ou de la choucroute en bocaux, du flocon d'avoine, des lentilles ou du riz complet.
    Le sucre est principalement nocif (confiture, biscuits, etc...) et les produits trop industriels (biscuits, soupes en sachet, conserves), non seulement ils ne contiennent rien de sain mais ils sont bourrés d'un tas d'adjuvants suspects.
    Pour ce qui est du geste, il est généreux ! Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est évident. Tu as raison pour la qualité des aliments. Mais je pense aussi qu'il faut penser à la conservation et peut-être pas mettre en avant des produits trop onéreux (amandes, noisettes pour reprendre ton exemple) qui refouleraient les bonnes volontés.
      On peut aussi se dire que c'est mieux que rien.

      Supprimer
  2. Ben je sais pas parce que moi je viens d'acheter un paquet de 200g de noisettes pour 0,85 euros. C'est pas cher, je trouve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui je suis d'accord. Dans l'absolu ce n'est pas cher, mais ce n'est que 200g et ça reste plus cher qu'un litre de lait ou une boîte de conserve de légumes.

      Supprimer
    2. Si tu me dis que je peux faire un repas pour 4 avec 200g de noisettes ... un paquet de pâtes d'1kg : 0.87 euros !

      Supprimer
  3. Moi je donne que des boites de pâté des saucissons secs des biscuits au saindoux des Tuc au bacon et des machins avec des lardons dedans pour être sûre que c'est pas des salafistes et compagnie qui profitent de ma solidarité souchienne.

    (hum).

    Moi aussi, je donne toujours quelque chose. De la bonne sauce tomate en bocal pour agrémenter les tonnes de pâtes premier prix récoltées, des petits pots pour bébé et des vraies sardines de Douarnenez.

    J'ai néanmoins l'impression d'être plus utile et solidaire (mais vraiment un tout petit peu plus) en achetant quelques produits du commerce équitable. (ceux qui ne coûtent pas trois fois plus cher que les autres).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hum...

      Moi aussi, je fais ce que je peux. J'essaie d'imaginer ce que je pourrais manger si j'étais complètement fauchée sans manger de la merde pas bonne pour la santé...

      Supprimer
  4. Plus j'y pense (aux autres) plus je le remplis (mon caddie) "Coluche" ! Hips !

    Oui je sors :\

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci dit, c'est pas faux hein...
      On remplit aussi le caddie par la peur du manque...

      Supprimer
  5. Je l'ai fait bien sur. Et dans plusieurs magasins puisque pour faire mes courses je vais d'abord à celui où j'ai un bon d'achat et puis à celui qui destocke ses produits "périmés " !
    Je suis de celles qui donnent des pâtes premier prix : pas par volonté mais parce que c'est celles que je mange aussi !
    Je sais que j'ai la chance de pouvoir continuer à faire mes achats, même premier prix. Le chemin qui mène à ces associations est vite parcouru ... je sais de quoi je parle ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réducs, bons d'achat, glanage, discount... Je connais moi aussi!

      Supprimer
  6. Mais comment en est-on arrivé là sans se révolter ???
    Chaque année je râle et bien sûr, je fais comme tout le monde,
    j'aide comme je peux.
    ça me fait toujours penser à ceux qui chantent pour les restos du coeur et filent payer leurs impôts ailleurs ... cherchez l'erreur !

    RépondreSupprimer
  7. Pareil, j'ai donné ... je ne peux pas ne pas donner ... ils sont là, je prends des trucs en double, je donne ... et je m'allège ma conscience ...

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise