samedi 5 janvier 2013

Qui manipule qui? #mariagepourtous

Vincent Peillon mariage pour tous
Bien... Il aura un peu mis le temps mais il aura réagi Vincent Peillon.
Bon j'exagère, quelques jours quoi.
Mais franchement, il fallait.

L'objet de ce billet n'est pas "pour ou contre le mariage homo". Vous savez que je suis pour et je n'ai pas envie de me taper les commentaires des réacs qui vont me servir de la polygamie en veux-tu en voilà.

Donc si vous voulez en rajouter des tartines sur le pour ou contre, choisissez un autre billet.

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, Éric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique avait adressé aux directions d'écoles privées une lettre dans laquelle il les exhortait à ouvrir le débat sur le mariage pour tous au sein de leurs écoles.
Il défendait ainsi l'idée que:
"chaque école, collège ou lycée peut prendre les initiatives qui lui paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée."
Il est mignon. 
Monsieur de Labarre semble s'être égaré et avoir oublié que, jusqu'à preuve du contraire, les directeurs et directrices d'établissements, qu'ils soient privés ou publics, ne font pas ce qu'ils veulent quand ils le veulent, qu'ils n'enseignent pas ce que qui les chante et qu'ils sont tenus, comme tous les fonctionnaires de l'enseignement, de respecter les programmes et la neutralité.

Ami réac, je te vois venir.

Tu vas me rétorquer que tout le monde sait bien que les établissements privés n'abordent évidemment pas de la même manière les sujets de société que les établissements publics. Et tu auras raison. Tout le monde le sait. Sans parler des "Je-te-salue-Marie" qui  peuvent accessoirement occuper les élèves entre midi et deux.
Justement.

Tout le monde le sait. Monsieur de Labarre n'avait donc pas besoin d'en rajouter et d'en faire des caisses.

Il est donc normal aujourd'hui que Vincent Peillon le rappelle à l'ordre.
Bah oui. Parce que le brave homme a dû aussi oublier qu'au-dessus de lui, il y avait quelqu'un. Oh pas grand monde hein, juste un Ministre quoi:
"Il vous appartient en effet de veiller à ce que les débats qui traversent la société française ne se traduisent pas, dans les écoles et les établissements, par des phénomènes de rejet et de stigmatisation homophobes [...] Il convient donc d'appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l'école ne fasse l'objet d'aucune instrumentalisation".
Alors évidemment, ça couine dans tous les sens à droite, chez les cathos, chez les réacs.

Laurent Wauquiez a même été jusqu'à affirmer que les propos du Ministre étaient "scandaleux":
"C'est une grande manipulation politique qui cherche à faire culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l'opposition au mariage homo et à l'adoption est le fait d'une minorité [...] Au lieu d'être le projet de tolérance dont se réclament ses défenseurs, cette réforme est d'abord la réforme du rejet, du mépris et de la haine envers les religions."
Allons bon. Il est mignon lui aussi. Il a dû oublier que c'est le gouvernement dont il faisait partie qui avait interdit la diffusion dans les écoles du film Le Baiser de la Lune qui racontait l'histoire d'amour de 2 poissons garçons.

Laurent Wauqiez crie donc à la manipulation. Faut dire qu'en termes de manipulation, il se pose là le garçon. En effet, il a également ajouté que:
"C'est parfaitement scandaleux de laisser croire que la vision de la famille dans l'enseignement catholique serait responsable de suicides chez les jeunes homos." 
Sauf que ce n'est pas du tout ce qu'à déclaré Vincent Peillon. Voici précisément quels sont les mots de Vincent Peillon:
"Les tentatives de suicide sont 5 fois plus fréquentes chez les jeunes qui se découvrent homosexuels que les chez les autres".
C'est quand même pas tout à fait la même chose... Hein Laurent?

Donc: oui je défends Vincent Peillon. 

Car il a beau être Ministre d'un gouvernement socialiste qui défend le mariage pour tous, il n'a jamais, contrairement à ce brave Eric de Labarre, exhorté les établissement publics et privés à ouvrir le débat sur cette question.

Que les cathos et l'opposition couinent, c'est leur droit. Qu'ils cherchent à instrumentaliser les élèves sur un débat de société qui dépasse le strict cadre éducatif, faut quand même pas déconner.

Même si on imagine qu'un jour, ils seront bien obligés d'expliquer à nos charmantes têtes blondes que les homos n'iront pas brûler en enfer.

A moins qu'ils ne ressortent les pancartes qu'ils brandissaient contre le PACS en 1998-1999: "les pédés au bûcher". [1]

---------------------------------------------------
[1] témoignage de Roselyne Bachelot dans le film de Jean-Luc Roméro, Homopoliticus.  

6 commentaires:

  1. Ouais, les gosses ne doivent pas être instrumentalisés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah!
      Dis-donc t'es colère sur ton avatar on dirait...

      Supprimer
    2. bah elle est jolie ma dame clown colère!
      lol

      Supprimer
  2. Le mot "débat" semble être une boîte de Pandore ...
    Quand Peillon propose un débat sur le cannabis, tout le monde hurle qu'il veut encourager sa consommation.
    Les mêmes hurlent quand on les soupçonne de pousser à l'homophobie en ouvrant un débat sur le mariage gay.
    Le débat est la cause de tous les maux, supprimons les débats.

    Et encourageons les ébats, qu'ils soient gays ou pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le débat est la cause de tous les maux, supprimons les débats.
      Et encourageons les ébats, qu'ils soient gays ou pas ..."

      => Bien dit!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise