lundi 4 février 2013

Quoi? Un couac?

Pas de couac sur la PMA

C'est aussi une sorte de semoule ou de farine fabriquée à partir de la racine de manioc, mais celle-là on s'en fout. Sauf l'opposition qui n'a de cesse de crier à l'amateurisme du Gouvernement, au rétropédalage ou au pédalage dans la semoule, et donc dans le couac.

Moi ce que je vois, c'est une opposition qui ne sait plus quoi inventer pour retarder le vote de la loi sur l'ouverture du mariage à deux personnes de même sexe. Hier encore, on pouvait entendre Christian Jacob dénoncer les vociférations de la majorité alors que son propre camp hurle depuis des semaines "GPA! GPA! PMA! PMA!"...

Alors que tout le monde leur dit depuis des semaines que le projet de loi actuellement débattu ne concerne que le mariage.

On me répondra que l'opposition est dans l'anticipation.
Et je rétorquerai que la majorité planche sur la question depuis des mois pour être au taquet quand la loi sur la famille sera à l'ordre du jour. 
 
Après avoir plombé les débats en déposant plus de 5 000 amendements, après avoir tenté vainement hier soir de faire durer encore un peu plus le plaisir en exigeant que des sous-amendements sortis de nulle part soient pris en compte au fil des débats, la droite se raccroche aux branches mortes de ses idéaux dépassés.
Et au moindre "couac", elle jubile, elle saute en l'air, elle trépigne, c'est même à se demander si elle n'est carrément pas au bord de l'orgasme.
Acte I
A l'Assemblée, Dominique Bertinotti déclare : "La PMA viendra dans un texte sur la famille présenté avant la fin de l’année 2013".  
Acte II
En direct de Phnom Penh, Jean-Marc Ayrault contredit la Ministre: "Elle ne peut pas dire cela dans la mesure où elle ne connaît pas la date de réponse du Comité national d’éthique."
Acte III
Sergio Coronado, député EELV évoque "un triste jour où la PMA a été enterrée" et demande dans l’hémicycle des "clarifications" au gouvernement.
Acte IV
Jean-Marc Ayrault promet une loi "d'ici la fin de l'année".
Cette pièce en 4 actes a suffi à l'opposition pour jubiler et raconter à peu près n'importe quoi. Notamment Hérvé Mariton, qu'on ne présente plus, et qui a déclaré: "Quand on reporte un texte, c'est souvent une manière d'habiller un retrait, une déroute".
On notera au passage que Sergio Coronado, député EELV, et Hervé Mariton, député UMP, semblent d'accord.

On va mettre ça sur le compte de la fatigue et d'un week-end entier de débats 24/24 qui semblent leur avoir eu raison des quelques bribes de raisonnement qu'il leur reste

Personnellement, je n'y vois pas de couac. Qu'un Premier Ministre recadre ses troupes pour dissiper les doutes et apaiser les tensions me semble assez normal. Et j'y vois plut une preuve de fermeté qu'une preuve d'amateurisme.
  • Je comprends par contre que les femmes et les hommes concernés par ce débat y voient une reculade et aient des craintes que les discussions sur la PMA soient purement et simplement renvoyées aux Calendes Grecques.
  • Je comprends aussi qu'ils soient pressés d'en finir avec ces tergiversations sur eux, sur elles, sur les nouveaux droits qui vont leur être accordés.
  • Je comprends qu'ils en aient ras-le-bol, ces hommes et ces femmes d'êtres les objets de débats qui offrent un boulevard à des arguments vraiment très très limite.
Mais, je crois qu'il faut patienter encore un peu. Ces femmes et ces hommes vont pouvoir se marier, ils pourront adopter et les lesbiennes pourront bénéficier de la PMA.

Ça va venir. La machine est en marche.

La loi sur la famille sera présentée avant la fin de l’année.

Il y aura une seule loi sur la famille. Elle portera sur l’ensemble des questions liées à la famille. Elle comprendra des dispositions sur la PMA. Et elle interviendra avant la fin de l’année après l’avis du Comité consultatif national d’Ethique (CCNE), qui sera probablement rendu début octobre. 

L’avis du CCNE nourrira la réflexion sans dicter le contenu de la loi.

Le CCNE a été créé par François Mitterrand pour "éclairer les progrès de la science, soulever des enjeux de société nouveaux et poser un regard éthique sur ces évolutions" mais pas pour décider à la place du législateur. Ses avis sont consultatifs. Il en a rendu 117 en 30 ans.
Et tous n'ont pas été suivis.

Tout vient à point comme on dit. Même si ça fait déjà longtemps qu'on attend. Trop longtemps.

13 commentaires:

  1. L'opposition est dans son rôle... Et il y a effectivement un couac, évidemment pas grave et comme je le dis chez moi explicable par la fatigue.

    Ce sont uniquement les guignols de EELV qu'il faut engueuler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle est dans son rôle. Et oui ils sont fatigués. Et oui ils ont déconné chez EELV

      Supprimer
  2. Exactement ! Pour de très belles avancées.

    RépondreSupprimer
  3. @ Elody

    Renvoyer la PMA à une loi sur la famille en fin d'année, ça relève de quelque chose qui dépasse la simple gestion du calendrier.

    C'est s'offrir l'option d'un enterrement de première classe.

    Si le mariage homo est bien dans les tuyaux, l'ouverture de la PMA aux lesbiennes, elle, n'a que son passeport vierge, mais pas son visa.

    Le consulat n'a pas encore mis le coup de tampon. Il est donc trop tôt pour lui acheter les billets d'avion et organiser l’accueil par les vahinés avec les fleurs dans les cheveux.

    Mais je ne veux pas doucher votre optimisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah non! Ne douchez pas mon optimisme! ;-)

      Supprimer
    2. Justement, à propos de douche, je préconise désormais l'abstinence.

      C'est artistique, cherchez pas.

      Supprimer
  4. Couac ou pas couac, personnellement, je m'en fous ! L'opposition qui représente une majorité d'électeurs conservateurs joue parfaitement son rôle dans le débat...La gauche ne s'en est pas privée lorsqu'elle était dans l'opposition. De par la Constitution, c'est le jeu normal de la démocratie parlementaire. On peut être d'accord ou pas d'accord, mais c'est la règle actuelle qui régit nos institutions...
    Par contre ce qui m'agace profondément, c'est que ce débat sociétal envahit complètement l'espace médiatique en occultant les vraies préoccupations des gens dans leur vie quotidienne...Il suffit de regarder autour de soi, d'écouter et de parler avec les gens qu'on côtoie tous les jours, pour la majorité d'entre eux ce débat les laisse complètement indifférents...Il est très éloigné de leur vie et de leurs angoisses...
    Certes le "mariage pour tous" était une des promesse du candidat Hollande...Mais était-ce vraiment si urgent de mettre le débat sur la place publique alors que beaucoup de promesses visant à améliorer la vie d'une majorité de nos concitoyens sont déjà passées à la trappe au nom du "réalisme économique" ?
    Personnellement, je pense que la conception même du mariage représente l'aboutissement de "l'ordre bourgeois" cimenté par le Code Civil, garant de la propriété et donc de l'ordre moral...C'est au nom de ce concept que l'opposition monte au créneau...C'est pour cela que j'ai du mal à comprendre la revendication portée par une majorité de progressistes qui s'arrête seulement à la reconnaissance du mariage...Bien sûr, dans notre environnement législatif, il faut se battre pour l'égalité de droits de tous les citoyens. Mais dans le débat sociétal tel qu'il est engagé aujourd'hui, est-ce qu'on ne doit pas se saisir de ce débat pour aller plus loin dans la réflexion ?
    Il y a eu des centaine de milliers de manifestants dans la rue...Si les groupes de pression réactionnaires se sont mobilisés pour une opposition pure et simple au gouvernement, il était aussi normal que les partisans du projet se fassent entendre pour apporter leur soutien à ce même gouvernement.
    Mais on les retrouve où ces manifestants "progressistes" lorsque c'est leur vie même de tous les jours qui est mise en danger ? Pendant que le débat sociétal occupe toutes les énergies, des décisions sont prises, des décrets sont signés, des "accords" sont conclus entre les "partenaires sociaux"...
    Je suis amer de voir que des forces militantes soient capables de se mobiliser pour des idées, alors que lorsqu'il faut combattre au jour le jour des projets qui mettent vraiment en péril la société, on ne retrouve plus personne...
    J'ai été manifester contre "l'accord" signé par 3 organisations syndicales minoritaires, un accord qui ouvre la voie à la destruction du Code du travail, donc à une violence accrue envers les salariés...Nous étions 700 manifestants pour une manifestation départementale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que l'opposition est dans son rôle je ne dis pas le contraire. Je critique juste parfois certains de leurs arguments.

      Côté overdose, je suis d'accord aussi. Le débat a trop duré. Mais je ne suis pas une adepte de la hiérarchisation des priorités. Que je sache, seules Christiane Taubira et Dominique Bertinotti sont concernées par la loi sur le mariage pour tous. On peut donc supposer que tous les autres ministres sont sur le pont pour régler les AUTRES problèmes (et non pas les VRAIS problèmes. Je n'aime pas du tout cette expression).

      Que les médias en fassent trop, je suis d'accord aussi par contre.

      Pour ma part, je ne suis pas une grande fan du mariage et je suis d'accord sur sa valeur conservatrice et reflet de l'ordre bourgeois.

      Pousser plus loin la réflexion?

      Oui assurément. Mais je n'ose imaginer le bordel (pire que le climat actuel) s'il était question de revenir sur le mariage pour en faire quelque autre chose qui ne serait plus la seule valeur de référence.

      Quant aux autres problèmes de la société, parlons-en davantage tu as raison.

      Supprimer
    2. Il parait qu'il existe des médocs anti caliméro.

      On appelle ça des antidépresseurs.

      Parfois, il faut en prendre.

      Si, si.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise