mardi 12 mars 2013

Diantre! Il neige!

pas dans la neige
C'est foutre pas croyable.
En plein mois de mars, à quelques jours du printemps.
Sauf que ça fait un peu je-sais-pas-combien-de-jours qu'on nous rebat les oreilles et qu'on nous met en garde contre ce qu'il est tendance d'appeler un "épisode neigeux".
D'après Nicolas, c'est le 3ème de la saison.
Je ne sais pas j'ai pas compté.

Alors les gens gueulent.
Ils reprochent tout et n'importe quoi à tout et n'importe qui.

Ces foutus bus qui patinent, ces RER qui ne roulent pas, ces responsables de la voirie qui ne font pas leur boulot, la SNCF qui ne donne aucun renseignement... Et j'en passe.

Ce matin, Nicolas, toujours lui, reprenait un billet d'un blogueur de droite qui reprochait à François Hollande de ne pas s'être déplacé à Toulouse pour rendre hommage à la 1ère victime de Merah.
Au point où on en est, on pourrait aussi lui reprocher de ne pas s'être rendu à pied sur l'A6 en plein tempête de neige - n'ayons pas peur des mots - pour constater par lui-même le boxon. 
Et puis tant qu'à faire, on pourrait tout simplement lui reprocher d'être responsable de cette satanée neige.
C'est ainsi que Valérie Pécresse a tweeté tout l'après-midi sur la gestion de crise de cet épisode neigeux.
C'est pas comme si son compère Brice Hortefeux n'avait pas déconné sévère quand il a neigé sévère en décembre 2010, en affirmant contre neige et marée qu'il n'y avait pas de pagaille alors que des milliers d'automobilistes étaient kéblo dans leurs voitures sur l'A86. 
 
Et alors sur les réseaux sociaux, là aussi c'est le grand dawa.
"Sale journée pour les travailleurs, les transports en commun anéantis par 3 flocons"
Sale journée aussi pour les chômeurs, mais passons, là n'est pas le sujet.

Je viens d'assister par exemple à une scène d'engueulade de la vie ordinaire à Yerres.
Je partais de chez ma mère.
J'ai fait 400 mètres en voiture et j'ai rebroussé chemin: rues bloquées, voitures en mode patinage artistique, essuies-glace inefficaces, congères à tous les carrefours. Une seule solution: la marche à pied.
Pour te situer le truc, Yerres est dans un val (le Val d'Yerres), c'est donc une ville en U.
Moi j'habite dans le rond du U et ma mère en haut du U.
Donc, la marche à pied tout shuss jusqu'en bas, c'était plus sûr qu'en bagnole.
Mais revenons à cette engueulade.
Dans la rue René Coty, les voitures étaient donc bloquées (cette rue étant la dernière ligne droite avant la descente du U). Un type de la voirie cherchait à atteindre le carrefour critique de l'Hôtel de Ville pour aller saler la rue.
Pas moyen de passer.
Les gens étaient en mode guerrier.
Donc, comme tout était bouché, il stoppe son pick-up, et passe à l'arrière chercher 2 énormes barils de sel, un sur chaque épaule, pour aller au plus vite à pied saler la zone où les voitures étaient bloquées. Respect mec.
Et bien, crois-moi ou non, il s'est fait pourrir par un automobiliste
"Nan mais c'est quoi ce bordel? Ça pouvait pas être saler avant? On va quand même pas passer la nuit ici"
Voilà.
La guerre dans les rues de Yerres. Chacun pour soi et basta.
Après tout, il était prévenu le type que ce serait le bordel. Depuis hier soir, on nous met en garde.
C'est pas comme si il avait pas neigé non stop toute la journée avec un vent à décorner les bœufs (dixit mon grand-père) et que des types de la voirie n'avaient pas passé toute la journée à saler, saler et re-saler sans cesse.
Les gens sont comme ça.
Ils gueulent.
Parce qu'il neige.
Parce que c'est la galère sur les routes.

Sans parler de ceux qui vont traiter les cheminots et les chauffeurs de bus de grosses feignasses avec un baobab dans la main qui, sous prétexte qu'il neige, ne roulent plus.

J'en ai croisé 4 des bus là tout à l'heure.
Et bien crois-moi qu'ils auraient mieux fait de rester au dépôt.
Et que leurs passagers auraient mieux fait de faire comme moi.  

10 commentaires:

  1. Tu m'as coupé l'herbe sous les pieds (enneigés)...J'avais une idée de billet sur le sujet ce soir, mais je ne pourrais sans doute pas mieux faire...
    Juste une petite anecdote entendue sur Radio France Armorique : une petite dame se plaignait d'avoir été coincée dans la neige, hier entre 21h et 3h du matin dans la région de Dinan, avec son enfant de 2 ans...Que c'était inadmissible qu'elle se soit retrouvée dans cette situation...
    Mais que diable allait-elle faire dans cette galère, alors que nous étions prévenus depuis 2 jours que les Côtes-d'Armor allaient être soumises à un épisode neigeux exceptionnel pour la saison ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonne question
      et que dire des réactions des routiers en portefeuille sur les autoroutes et qui engueulent tout le monde alors qu'il leur était recommandé de ne pas rouler

      Supprimer
    2. Quand on cherche la... neige... On la trouve!

      Supprimer
  2. C'est un délice de trouver 3 personnes "normales" sur ce blog.
    Perso, j'aime la vie, j'aime la neige, j'aime la nature et j'ai été abasourdie de croiser autant de Catherine Laborde et d'Alain Gillot-Pétré hier. les gens n'ont plus rien à se dire. C triste

    RépondreSupprimer
  3. Quel plaisir de trouver 3 personnes "normales" sur ce blog ! Perso j'aime la vie, j'aime la neige, j'aime la nature, j'aime la France et j'ai été scotchée hier de croiser autant de Catherine Laborde et autres Alain Gillot-Pétré.Les gens n'ont plus rien à se dire c triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'en veux pas si je réponds aux deux com en même temps?
      ;-)
      Nous sommes d'accord!

      Supprimer
  4. Excellent billet !!!
    Et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. "Tombe la nèèège, tu ne viendras pas ce soaaar ..."
    Ben non, banane, elle reste chez elle jusque quand ce sera praticable ... enfin si les feignasses du déneigement se mettent au boulot ;) ;) ;)
    Bon billet Elo.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise