lundi 8 avril 2013

A ma gauche: les envolées lyriques de Jean-Luc Mélenchon ne font plus l'unanimité

André Chassaigne
Alors qu'à ma gauche, on vient de mettre en place la fameuse charte de bonne conduite des blogs, sans s'offusquer une seule seconde des illustres propos de François Delapierre et Jean-luc Mélenchon au sujet de Pierre Moscovici, voilà-t-il pas que j'apprends qu'au sommet de la pyramide de la "vraie" gauche, on commencerait à s'agacer quelque peu des envolées lyriques de Jean-Luc Mélenchon.

André Chassaigne, le président des députés du Front de Gauche, commence à émettre quelques doutes quant à sa participation à la manifestation du 5 mai:
"Tout dépendra de la préparation collective de cette manifestation. Si elle porte véritablement des solutions (...) politiques. Si elle sert à rassembler, pas à cliver."
Il dénonce par ailleurs les "mots outranciers et une forme de politique spectacle" de Jean-Luc Mélenchon, à l’origine de ce rassemblement.

Pierre Laurent (secrétaire national du PCF) quant à lui, considère que l'expression "donner un grand coup de balai" n'est pas appropriée. Celle-ci ayant carrément "exaspéré" André Chassaigne.

Mais l'histoire ne dit pas s'ils préfèrent "donner un grand coup de pied au cul".

Toujours est-il qu'André Chassaigne n'y va pas avec le dos de la cuillère:
"Jamais, a-t-il dit, je n’emploie ce type d’expression. Je pense que les phrases outrancières, les petites phrases, la politique spectacle, le "tous pourris", ça n’alimente pas les solutions politiques. [...] Pour faire passer des idées qui sont (...) complètement légitimes, il utilise l’outil de mots outranciers et une forme de politique spectacle. Je crois qu’à long terme, ce n’est pas la solution". Source
Tout comme je salue la gauche qui tape sur la gauche quand elle déconne, je salue ici la "vraie" gauche quand elle cogne sur la "vraie" gauche qui dérape.

Merci André Chassaigne. 

47 commentaires:

  1. je connais chassaigne depuis plusieurs années c'est un type bien
    pas comme l'autre zozo du 91

    RépondreSupprimer
  2. Chassaigne est isolé au PCF. Comme Pierre Laurent, la majorité des communistes (dont je fais partie) soutient l'initiative du 5 mai. Chassaigne fait la fine bouche pour des raisons personnelles. Il était le rival de Mélenchon à la primaire du Front de Gauche pour la présidentielle et rumine encore un peu son score peu glorieux.

    Et non, la vraie gauche n'a pas dérapé. C'est la fausse gauche qui a dérapé en protégeant des évadés fiscaux, et en faisant l'inverse du programme pour lequel elle a été élu. Vous verrez, l'ANI va faire plus de ravage électoral que 100 affaires Cahuzac. Le FDG est le seul à pouvoir nous éviter le FN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admettons. Mais est-ce que je peux tout de même saluer le fait qu'André Chassaigne ait "osé" dire tout haut ce que nombre de militants ou sympathisants FdG pensent tout bas?

      Supprimer
    2. Ils doivent le penser vraiment très bas, alors :-) Perso, je suis entouré de militants et sympathisants FdG (plutôt PCF, mais pas mal de PG aussi) et je n'ai jamais entendu quelqu'un dire que Mélenchon était outrancier, au contraire. La colère dans le monde ouvrier n'a jamais été aussi forte. Des gens qui, pour beaucoup, ont voté Hollande en croyant ses discours de campagne, ne parlent que de "traitres", "pourris" et jurent que jamais plus ils ne voteront PS. Ces mots ont pu m'échapper aussi dans une manif, je reconnais.

      Ce sont les militants PS et UMP qui critiquent le vocabulaire de Mélenchon, parce que, très gênés sur le terrain des idées, ils préfèrent déplacer le débat sur les questions de forme.

      Supprimer
    3. Je comprends bien ce que tu dis. Je trouve juste que ce n'est pas la bonne méthode oratoire.

      Supprimer
  3. Libération... Ahahahahahahahahahahahahahahahahahah !

    Plus sérieusement, j'adore (ironiquement ;-) ) cette façon de faire de l'information comme on fait du patchwork, c'est-à-dire en ayant un dess(e)in en tête avant même de commencer.

    Triste de voir ce journal frôler si souvent la propagande et la mettre parfois les pieds dedans.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux.
      Toujours est-il que même si ces déclarations proviennent de Libé, je vois pas bien le rapport avec ce qu'a dit Chassaigne.
      Je dois être fatiguée sans doute o_O

      Supprimer
  4. Mélenchon serait 10 fois plus percutant en cessant d'être agressif envers les (sales cons) de journalistes.
    Il devrait aussi adoucir ses propos pour les rendre plus séduisants.
    Il y va de sa crédibilité et de celle de la vraie gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis parfaitement d'accord.
      Mon billet ne prétendait d'ailleurs pas dire autre chose.
      Mais ce n'est pas parce que je suis d'accord avec vous que vous êtes exempt de prendre un pseudo hein.

      Supprimer
  5. Je suis tout à fait d'accord avec vous !
    Avant j'écoutais Mélenchon, avec plaisir. Maintenant, je le zappe illico ! Et non, je ne crois pas qu'il soit le seul à pouvoir barrer l'autre Front. Je voulais vote Mélenchon au 1er tour et finalement je me suis ravisée et j'ai voté Hollande, et non je suis pas déçue. Mon fils de 19 ans, a fait la même chose sans concertation ; C'est lui qui m'a dit après l'élection : J'avais trop peur que l'autre repasse... Et puis, l'insulte, l'invective, matin, midi et soir ; Non merci... Je ne suis rien, ni personne, mais j'habite le trou du cul du monde et croyez-moi, y'en a des fachos homophobes plein les campagnes. Et bien, peut-être que la prochaine fois y'arriveront à nous la mettre la Marine, oui la Bleu Marine... Qui vivra verra ; L'invisible JBL1960

    RépondreSupprimer
  6. et sur le fond sinon ? sur la réforme des institutions ? Sur une nouvelle constitution écrite par des français élus pour ça, plutôt que par quatre blaireaux dans un bureau ? sur les referendum révocatoire ? on a un avis au PS ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas le PS mais je suis d'accord pour dire qu'une réforme avec un grand R est nécessaire.
      Mais le référendum révocatoire non.
      Et prenez un pseudo.

      Supprimer
    2. si tu croises Chavez dans ton nuage , dis lui bonjour de ma part

      Supprimer
    3. par contre si tu croises la merluche, rapelles lui qu'il a une ardoise de 527 000 €
      saloperie de finance nationale

      Supprimer
  7. merci bobcestmoi pour cette contribution dépassionnée au débat !
    quel est le problème avec le référendum révocatoire ? prenons l'exemple de M. Cahuzac : s'il veut revenir à l'assemblée, il le peut ; or je pense que personne ne peut souhaiter qu'il le fasse... Comment on l'en empêche ? on lui casse la gueule ? pas possib', ça rappelle trop les années 30 !
    dans une possible 6e république, si 10 ou 20 % des inscrits sur les listes électorales de sa circo signent une demande de referendum, on le met en oeuvre, avec la question : "voulez-vous qu'une nouvelle élection législative soit organisée ? "
    pouvez-vous m'expliquer ce qui vous embête dans ce outil de contrôle des élus ? On peut bien sûr discuter du nombre de signataires exigé, et par exemple ne rendre possible ce referendum révocatoire qu'une fois la moitié du mandat écoulée (ou un an.. on se fait une assez bonne idée de l'impuissance d'un élu au bout d'un an, non ?)

    A-nonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends l'idée mais je pense que le référendum ne doit pas être le recours systématique.
      Je pense aussi que les électeurs rechigneraient à se déplacer tous les 4 matins (j'exagère je sais) pour se prononcer.
      Je pense aussi que le referendum révocatoire à mi-mandat pour les présidents n'est pas souhaitable. Un quinquennat, c'est 5 ans. Il me semble plus que prématuré de décider si oui ou non on met dehors un président au bout de 2 ans 1/2. Cela reviendrait à dire qu'on l'élit pour 5 ans mais qu'on exige de lui qu'il résolve tous les problèmes en 2 ans 1/2.
      A gauche, on n'a d'ailleurs régulièrement dit que le 6 mai avait été le "référendum" pour ou contre Sarko.

      Sympa le pseudo ;-)

      Supprimer
  8. Euh, où ai-je dis systématique ? Tous les élus ne sont pas suspects d'être des Cahuzac, que je sache... je ne suis pas d'accord sur ce point avec H. Désir !

    Je ne parle pas non plus de référendum systématique de mi-mandat (sinon ça veut juste dire diviser par deux la durée du mandat), mais de référendum POSSIBLE en cas de crise une fois la moitié du mandat écoulée... et ne vous inquiétez pas, s'il n'y a pas dans le corps électoral un sentiment partagé de l'importance de changer, MAINTENANT, le maire, le député, le président, il n'y aura pas assez de signataires pour obtenir le referendum (pour le PR c'est plus de 4 millions de signataires, quand même...)
    sur le cas Cahuzac, précisément, que proposez-vous à part le pousser au suicide ? c'est trop radical pour moi, je l'avoue !
    le referendum révocatoire n'est pas un acte de foi ou un point de dogme, mais une façon de répondre à des difficultés précises, réelles... et une bonne façon de pousser les élus à faire ce qu'ils ont dit vouloir faire pendant la compagne qui a précédé leur élection...

    A-nonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que tous les élus étaient suspects, j'ai dit que pour des affaires du même genre, le référendum ne devait pas être le recours systématique.
      Pour Cahuzac, je ne suis pas constitutionnaliste ni juriste, mais j'imagine que si un décret ou une loi déchoit de ses mandats électoraux un élu corrompu ou suspect, ça l'exclut d'emblée de l'Assemblée.
      Bien évidemment, je ne souhaite pas non plus la pire des issues à Cahuzac. Mais j'ose espérer que de la décence et du bon sens l'empêcheront de se pointer à l'Assemblée.
      Et à mon avis, s'il ne veut pas s'attirer davantage l'ire nationale, il a carrément intérêt à se faire discret.

      Supprimer
  9. à propos du 6 mai référendum contre "Sarko"...
    moi je veux une république sans "moi-je, président", sans mystique du pouvoir d'un seul qui deviendra immanquablement (un peu) fou, mais avec un gouvernement responsable devant un parlement élu à la proportionnelle...

    allez je vous mets aussi pour le même prix le mandat unique dans le temps pour un niveau donné de l'architecture élective (pas plus d'une fois parlementaire, pas plus d'une fois maire...)...
    qu'en pensez vous ? et, même si vous n'êtes pas le PS, quid du cumul dans notre bonne vieille 5ème ? on attend 2017 ? 2089 ?

    et oui, bobcestmoi, moi j'envoie du lourd, et y faut faire fonctionner le cerveau qui se la coule douce sous le joli casque vert pour me répondre... au boulot le chaton !

    A-nonyme

    (oui, je me réfugie sous l'anonymat, pas parce que je suis connu, mais parce que je suis timide)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord pour la limitation des mandat dans le temps, mais aussi en "âge". Perso, des parlementaires de 70 ou 80 ans, qui en sont à leur 12ème mandat, je suis contre. Mais quand bien même ils n'en seraient qu'à leur 1er mandat à 70 ans, c'est trop tard. Fallait se réveiller avant.
      Je suis contre le cumul des mandats aussi. Et j'espère vraiment que le PS et le Gouvernement vont mettre les mains dans le cambouis avant la saint glinglin.

      Supprimer
    2. d'accord sur les vieux !
      et vivement que le parti solférinien s'en occupe...

      tiens, d'ailleurs, dans ma tête les élus à l'assemblée constituante ne pourront pas être à nouveau parlementaires, et ceux l'ayant été ne pourraient y être élus...
      c'est bien ça, non ? des gens neufs pour faire une constitution neuve, et pis y rentrent à la maison une fois le travail accompli, et le peuple consulté par referendum pour dire si on l'adopte ou pas ? moi, j'aime bien

      A-nonyme

      Supprimer
    3. Et si le peuple n'accepte pas la nouvelle constitution? On recommence? Et on a le droit à combien d'essais?

      joke hein

      Supprimer
    4. le nombre qu'on veut, car la constituante est une assemblée ad hoc en plus de l'assemblée "normale" qui légifère. Donc bam on lui dissout sa gueule et on élit une autre qui fait une autre proposition de constitution ! faut pas avoir peur de voter dans ce pays...
      en tout cas, blague à part, faut juste prévoir le coup avant.

      A-nonyme

      autre solution : le peuple a voté non et on fait genre c'est oui en fait, et on adopte Lisbonne en loucedé, puis genre on dit qu'on renégocie le TSCG mais en fait non et on l'adopte aussi, et BIM ! le peuple avait qu'à réviser avant, pour donner la bonne réponse. c'est pas l'armée du salut non plus, faut laisser la politique aux grandes personnes, hein.

      Supprimer
    5. Mouais... Bah ils ont intérêt à être organisés et au carré ceux qui vont la réécrire la Constitution.
      Parce qu'elle sera réécrite tôt ou tard et je suis plutôt pour.

      Supprimer
    6. vous ne seriez pas tentée pour nous faire un ptit billet sur le processus constituant d'Islande ?
      je sais c'est pas Noël, mais ça me ferait plaisir d'avoir votre avis

      A-nonyme

      Supprimer
    7. Ah bah là tout de suite maintenant, non. Et vous?

      Supprimer
    8. vous ne seriez pas tentée pour nous faire un ptit billet sur le processus constituant d'Islande ?

      l'islande ? combien de divisions ?

      Supprimer
    9. bon j'ai dit Islande pour ne pas dire Équateur, ou pire Venezuela, histoire de ne pas réveiller bobcestmoi de son sommeil-du juste plein de certitudes...
      merde, c'est raté !!

      A-nonyme

      Supprimer
    10. Bon bah au moins j'ai de la lecture!

      Supprimer
  10. corrompu ou suspect ça veut dire quoi concrètement ?
    - mis en examen ? mais il est présumé innocent...
    - sur lequel Mediapart a des preuves mêmes si Apathie trouve que c'est du bidon ?
    - sur lequel Libé fait un couv racoleuse ? Mais alors FAFA, DÉMISSION !!!
    - condamné ? mais alors on lui laisse un an ou deux de rab ?
    - je raffine : condamné mais toujours éligible ? Condamné pour quel délit/crime ? On doit réfléchir à une liste avant ?

    désolé mais c'est un peu léger... il faut régler sérieusement les problèmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un mis en examen, je suggère le retrait et le remplacement pendant tout la durée de la procédure. S'il est coupable et condamné, il ne revient pas et il devient inéligible, s'il est innocent, tant mieux pour lui.
      Ne suffirait-il pas d'une loi pour ça?

      Supprimer
  11. désolé mais ça pose problème... car dans ce cas le déroulement de la procédure (et même la décision de l'engager) suivent explicitement un tempo politique... et qu'est-ce qu'on fait pour le président de la république ? il suffit qu'un juge rouge, par exemple du syndicat de la magistrature, décide de le mettre en examen pour qu'on se retrouve avec J-P Bel à la tête de l'État... bravo !

    Ou alors on organise l'irresponsabilité du PR en l'excluant du dispositif ?

    Donc avec votre proposition on a à la fois une séparation imparfaite des pouvoirs exécutif et législatif vis-à-vis de l'autorité judiciaire, et, au choix, un régime très fragile (si cette nouvelle loi s'applique à tous les élus) ou un régime où la stabilité est préservée au prix d'une impunité constitutionnalisée...
    beau travail !

    mais bon, si c'est trop compliqué on peut encore parler des outrances-verbales-qui-rappellent-les-années-30 de JL Mélenchon, ou donner depuis le PS (ou son orbite) des conseils -- désintéressés, bien sûr -- sur les choix stratégiques et le vocabulaire du concurrent FDG, ou peindre une fois de plus le tableau des gentils coco bien responsables et ok pour retourner à la niche vs les méchants fous furieux du PG...

    la propagande solférinienne, autant la lire à la source, hein...

    A-nonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah mais si le Président est pris dans une procédure, le PM ne peut-il pas le remplacer le temps d'une nouvelle campagne présidentielle?
      Je pose la question hein.

      Supprimer
  12. non car ce n'est pas un élu.

    A-nonyme

    RépondreSupprimer
  13. ben dans ce cas il faut changer de constitution et demander au peuple de tout remettre à plat...
    ou sinon on bricole une fois de plus en réunissant le congrès à Versailles ? c'est pas ça qui va réconcilier "les gens" avec "la politique"

    A-nonyme

    question subsidiaire : et si le PM lui même est mis en examen en plus du PR et qu'on est en plein quinquennat, on fait quoi ? On prend le porte-parole du gouvernement ? avec NV-B on serait pas rendus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah non. On prend le n°2: Valls.
      Enfin en même temps, avec des "si"...

      Supprimer
  14. Pour la seule fois de ma vie je citerai Marine le Pen : "Mélenchon est l'Yvette Horner de la politique".

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise