lundi 29 avril 2013

Union Nationale de la connerie

Union Nationale
Nicolas Dupont-Aignan est épatant.
A l'échelle locale, on ne le voit pas beaucoup, mais sur le plan national, on l'entend.

Il braille et il dit pas mal de conneries.
Mais il n'est pas le seul, loin s'en faut.

Ce week-end, le JDD a pondu un sondage dont lui seul a le secret: 78% des Français seraient favorables à un gouvernement d'union nationale.
Nombre de mes camarades en ont parlé.

Quand j'ai eu vent des résultats de ce sondage, je me suis d'abord dit que c'était du grand n'importe quoi.
Et puis quand j'ai vu ce que les sondés avaient répondu quand on leur demandait qui ils voulaient voir entrer au gouvernement, je me suis détendue.

C'est François Bayrou himself qui a eu cette brillante idée d'un gouvernement d'union nationale. Lui qui n'est plus grand chose sur le plan politique. Lui qui a fait 9,13% au 1er tour de l'élection présidentielle aimerait bien revenir au 1er plan.
Quitte a passer par la fenêtre.

Donc dans cette liste, on trouve:
  • François Bayrou: 47%
  • Martine Aubry: 37%
  • Louis Gallois: 34%
  • Bertrand Delanoë: 33%
  • Claude Bartolone: 29%
  • Ségolène Royal: 27%    
Ce serait donc une union nationale de gauche? Si on excepte la présence de François Bayrou en pole position.
Bref.

Suite à ce sondage, chacun y est allé de sa petite déclaration. Et Nicolas Dupont-Aignan a lâché ça: 
"Vichy, c'était un gouvernement d'union nationale! Il rassemblait tous les collabos. Alors on peut faire un gouvernement d'union nationale avec tous les incompétents et les incapables qui ont gouverné la France depuis 20 ans." (source)
Je ne sais pas trop comment interpréter cette sortie. Soit il considère que l'union nationale est une mauvaise chose (comme ce fut le cas pour Vichy), soit il considère que nos dirigeants depuis 20 ans ne valent pas mieux que ceux de Vichy.
Dans les 2 cas, la comparaison est un peu limite. 

Se raccrochant aux branches comme il peut, Nicolas Dupont-Aignan, gaulliste devant l'éternel, fait ensuite référence au Conseil National de la Résistance: 
"Parce que on peut faire un autre gouvernement d'union nationale, celui du Conseil national de la Résistance. Un gouvernement d'union nationale pour changer de politique. [...] Mais si c'est pour remettre les incompétents qu'on a depuis 20 ans et qui à tour de rôle gouvernent la France, je crois que les Français n'en veulent pas, et surtout pas moi."
Ça tombe bien, moi non plus j'en veux pas de cette union nationale qui ne mettrait au pouvoir, si l'on en croit Nicolas Dupont-Aignan, que des politiques qui n'auraient jamais gouverné.  Surtout que, quand on connaît le gus qui, à maintes reprises, a fait des appel du pied au FN, on se demande qui il verrait bien dans cette union nationale.
Lui qui a été à tour de rôle proche de Charles Pasqua et de Philippe De Villiers.

Et puisque Nicolas Dupont-Aignan semble amateur d'histoire, avec un grand H, rappelons-lui que les gouvernements d'union nationale n'ont de sens que dans des circonstances exceptionnelles.

Prenons l'exemple de l'Italie: son Parlement n'a ni une majorité de droite ni une majorité de gauche. Elle n'avait donc pas trop le choix. Il fallait bien qu'elle ratisse large pour constituer son Gouvernement.
Jusqu'à preuve du contraire, ce n'est pas le cas en France.

Si nous étions en guerre, ça aurait aussi du sens. Ce fut le cas pendant la Première Guerre mondiale, puis pendant la Seconde avec le GPRF de De Gaulle.
Jusqu'à preuve du contraire, nous ne sommes pas en guerre.
Mais peut-être ai-je loupé quelque chose.

Si nous avions élu François Hollande le 6 mai dernier, et que nous avions majoritairement voté à droite en juin, ça aurait aussi été envisageable.
Mais là non plus, ce n'est pas le cas. 

Et vu les désaccords majeurs entre la gauche et la droite en France, un gouvernement d'union nationale serait synonyme de bordel organisé.
Et si je puis me permettre, c'est déjà suffisamment le bordel à gauche, ce n'est pas la peine d'en rajouter.

Bref. Ce sondage ne sert à rien.
Et les déclarations de Nicolas Dupont-Aignan ne servent à rien non plus.

Mais c'est souvent le cas.

Rien de neuf sous le soleil, donc. 

14 commentaires:

  1. "Jusqu'à preuve du contraire, nous ne sommes pas en guerre."
    Bien sûr que nous le sommes .. Économiquement ! Et les tergiversations du gouvernement actuel démontrent leur incapacité à prendre les bonnes décisions.
    L'idéologie d'il y a 30 ans n'est plus à même de régler nos problèmes de croissance : trop de hauts fonctionnaires aux postes décisionnaires, pas de vision à long terme, pas de réforme structurelle en vue. Nous descendons la pente en toute inconscience, les médias ne font pas leur boulot d'information ; tout notre système
    social est en grand danger...
    Alors, le peuple souverain aura t'il le droit à la parole ou se laissera t'il mener vers le désastre par des gouvernants totalement aveugles à la réalité ?
    Il serait grand temps de se réveiller et de renoncer à une Vème république devenue obsolète, c'est mon avis ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends votre avis mais je reste convaincue que l'union nationale telle qu'elle est présentée ici n'est pas la solution.

      Supprimer
  2. je me suis arrété a la citation tronquée, ce qui a confirmé mes soupçons : du grand n'importe quoi cet article...

    Si vous aviez pris la peine d'écouter l'ITW en entier, vous auriez évité de vous couvrir de ridicule en ne comprenant même pas que Dupont-Aignan fait tout simplement ici le distingo entre Vichy et le CNR repris par De Gaulle.

    Ceci afin de souligner l'indigence d'une notion simpliste comme celle de "gouvernement d'union nationale", dépouillée de toute substance politique réelle (quel est le programme ?).

    En réfléchissant un tout petit peu, cette vérité historique est pourtant limpide. Mais encore faut-il avoir un minimum de culture historique, aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je l'ai bien compris et je vous remercie. J'ai même regardé l'interview en live. Mais j'ai cité le Lab pour ne pas avoir à intégrer la vidéo dans ce billet.
      Lisez mon billet en entier avant de dire n'importe quoi puisque j'écris noir sur blanc que je ne sais pas trop comment interpréter cette déclaration puisqu'il enchaîne ensuite sur les hommes et femmes politiques ayant gouverné depuis 20 ans.
      Je dis aussi qu'il est gaulliste et qu'il prend le CNR en exemple.
      Sinon, merci du conseil. Je pense que je vais me lancer dans des études d'histoire, il semblerait que je n'en aie pas fait assez.
      Et prenez un pseudo siouplaît.

      Supprimer
    2. Le minimum de culture, c'est d'abord s'identifier avant de donner un avis historique. Aussi, c'est plus simple de garder l'anonymat lorsqu'on est pas convaincu sur ce qu'on exprime. Sur Nicolas Dupont Aignan, encore heureux que quelqu'un le cite dans un billet.

      Supprimer
  3. PS je précise que Nicolas Dupont Aignan n'est pour moi qu'une marionnette pas crédible du tout ^^

    RépondreSupprimer
  4. C'est en effet du vraiment n'importe quoi...Et voir Dupont Aignan se parer des mânes du CNR, me parait un peu osé (pour rester soft)

    Et que je sache, le CNR n'a jamais gouverné. Ce n'était que le programme élaboré dans la clandestinité, qu'a mis en application le GPRF à la Libération du pays...

    RépondreSupprimer
  5. Il ne manque plus que Patrick Sébastien !Vouiii!
    "Et on fait tourner les serviettes
    Comm'des petites girouettes
    Ça nous fait du vent dans les couettes
    C’est bête, c’est bête
    Mais c’est bon pour la tête"
    ET ALLEZ !!!!

    RépondreSupprimer
  6. Article inutile. Quite a écrire un billet sur un politique tâchez de trouver des arguments qui ne soient pas des relevés de probables contradictions ou d'éléments mineurs dont le commun des mortels se fout, surtout en ce moment. Cordialement.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise