jeudi 2 mai 2013

Revoter François Hollande. Aux deux tours.

Bilan de la 1ère année de François Hollande
Le 6 mai approche à grands pas mais comme je ne sais pas si je serais revenue de ma petite escapade de fin de semaine pour fêter ça, j'anticipe.
Je pourrais résumer le bilan de la 1ère année de François Hollande en m'inspirant de ce qui vient d'être publié sur le site de l'Elysée.
Mais je ne le ferai pas.

Pourquoi?
  1. Parce que je suis une feignasse
  2. Parce que ça ne changera rien à mon bilan.
  3. Parce ce bilan officiel ne m'influencera pas.
Je pourrais mentir et dire que je saute de joie tous les matins depuis 1 an.
Mais je ne le ferais pas non plus.
  • Parce que je ne saute pas de joie tous les jours.
  • Je ne trinque pas à la santé de Pépère tous les soirs.
  • Je n'ai pas tapissé mon appart avec des objets collectors FH2012.
Je ne crois pas être une hollandâtre même si je ne suis pas loin d'être une blogueuse de gouvernement.

Mais qu'importe.

Le plus important, c'est que j'ai voté pour François Hollande et je ne le regrette pas.
La vraie gauche de la gauche avec des poils dans les oreilles me dira que je suis une grande naïve qui n'y comprend rien et qui est en train de se faire avoir.
La droite me dira que je ne suis qu'une sale gauchiste qui ne pense qu'à dépouiller les riches et à dépraver la jeunesse pour que les garçons puissent épouser des garçons et les filles des filles.
Mais qu'importe.

On me dira que François Hollande est mou du genou.
Je te répondrai qu'il est aussi mou du poignet quand il sert la main. Bah oui. Je lui ai serré la main. Et pas qu'une fois.
Tu vois? Quand il sert la main il va de haut en bas, il te pète pas tous les doigts en 1/2 secondes. Comme Jacques Chirac d'ailleurs. Bah oui, j'ai aussi serré la main de Jacques Chirac quand j'étais au lycée. Mais bon, je m'égare.

Mais mon bilan à moi, celui que je fais de la 1ère année de François Hollande, il est positif. Bien plus positif que celui que j'aurais pu essayer de faire de la 1ère année de Nicolas Sarkozy ou de Jacques Chirac.

Il est au plus bas dans les sondages François Hollande, et alors?
Je m'en contrefous.
  • Il n'a pas été élu pour tout résoudre en un an.
  • Il n'a pas été élu pour que ses sympathisants se paluchent à chaque fois qu'on prononce son nom.
Il a été élu dans un contexte de merde.
Bien implanté le contexte.
Bien enraciné grâce à l'engrais que 10 ans de droite ont savamment déversé.
Un contexte de merde que nous a laissé en héritage un Nicolas Sarkozy moisi, énervé, excité, omnipotent, omniprésent, fatiguant, dérivant.
Tellement omniprésent qu'on ne sait même plus ce que c'est un président normal aujourd'hui.

Pendant 5 ans et même plus si on compte la période où il était Ministre de l'Intérieur, on a mangé du Nicolas Sarkozy matin, midi et soir, à la TV, à la radio, dans les journaux, en long, en large et en travers, en dolby surround, en boucle, en information continue.
A tel point que les gens (et moi la première), ont cru que c'était ça "être président": 
  • truster les médias,
  • pondre une loi à chaque fais divers,
  • se pavaner sur des yachts,
  • s’empiffrer dans les restos du 8ème,
  • se déhancher en short et RayBan Pilote à la plage avec une pouffe liftée,
  • taper sur les musulmans,
  • psychoter sur la racaille,
  • stigmatiser les chômeurs,
  • faire des cadeaux aux riches...
A tel point qu'aujourd'hui, on se demande régulièrement:
"Mais qu'est-ce qu'il fout Hollande? Il est où? On le voit jamais!"
Bah il taf le Président. Il fait son taf. Un taf de président normal. A sa place.

Alors on me dira que dans un contexte anormalement de merde comme le nôtre, on n'a pas besoin d'un président "normal".
Et bien moi je pense que si.

Il faut être patient.
Et je le suis.
Et je n'ai pas élu François Hollande pour en manger matin, midi et soir vers l'infini et au-delà.
Je l'ai élu pour qu'il fasse le job.
Et il le fait.
Comme en témoigne son bilan.

Et puis sinon? Qui d'autre pour faire le job?
  • Un Jean-Luc Mélenchon vociférant et insultant?
  • Un François Bayrou apoplectique?
  • Une Marine Le Pen soit-disant dédiabolisante?
  • Un Nicolas Sarkozy outrancier?
Au risque de passer pour une grande naïve devant l'éternel, je ne regrette pas mon choix. 

Et si c'était à refaire, si l'élection avait lieu demain, je revoterais François Hollande.

Aux deux tours.                 

31 commentaires:

  1. Je pense que beaucoup des actions présentent les bonnes bases pour de bonnes retombées futures. Cependant il manque encore au gouvernement une orientation à gauche clairement définie au niveau de son traitement de la finance et de la croissance. Créer des effets d'aubaine avec des crédits d'impôts ce n'est pas notre culture économique. Bien sûr la dette est une réalité, mais pourquoi s'imposer un rythme de réduction des dépenses aussi rapide.

    Il faut qu'on revienne a ce qui a fait la grandeur de la Gauche et des pays occidentaux pendant des années. Une politique de la demande, axée principalement sur le consommateur et pas forcément l'entreprise. Certes motivée par la dette. Un encadrement du marché l'empêchant de spéculer sur ladite dette.

    Je reconnais à ce gouvernement d'avoir ces bases de responsabilité et de réalité qui manquait à l'opération com' sarkozyenne. Cependant, il faut quand même avouer que certaines de ses mesures économiques n'ont pas réellement de sens quand on veut défendre les plus faibles de notre société. C'est en s'adressant directement à eux qu'on arrangera selon moi les choses, en n'ayant pas peur d'user de l'outil d'Etat, en acceptant même cette part de conflit qui créé la dynamique de la société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends.
      Je fais partie de celles et ceux, nombreux, qui pensent que l'urgence du contexte nécessitait ce genre de mesures, impopulaires pour certains, pas assez à gauche pour les autres, molles ou incomplètes pour d'autres encore... Avant un prochain cap à gauche, plus tard.

      Supprimer
    2. Andy Amin Dada2 mai 2013 à 23:14

      (oui du coup j'ai repris mon vrai pseudo)

      J'ai peur que les gens se découragent avant et que la société redouble de violence sociale dans ce cadre, que la collectivité s'étiole, que ceux qui ne veulent que son mal puisse s'engouffrer dans la brèche

      Supprimer
    3. Ça fait parties des risques c'est sûr. Mais je suis une grande naïve (;-) et je pense que ça n'arrivera pas.

      Supprimer
  2. Je suis globalement d'accord avec tout ce post. Il ne faut pas non plus vouloir des miracles ! Je déplore juste que la gauche ne sache pas résoudre son problème de tirage de balles dans le pied. Je trouve que la joyeuse cacophonie fait aussi le charme du PS, mais ça fait vraiment désordre au pouvoir. Alors non tout n'est pas parfait, mais je reste intimement convaincu que (a) personne n'avait promis de miracles et que (b) ç'aurait été bien pire avec Sarkozy : on en aurait pris plein la gueule pour pas un rond, on nous aurait expliqué que les chômeurs sont des feignasses qui gagnent trop (#OhWait), et tout aurait été de la faute des musulmans et des roms (#OhWait x2). On aurait aussi pris un coup de rabot sur toutes les prestations sociales et l'ANI aurait plutôt été un accord national négocié avec le seul Medef.

    Quant à tout vouloir tout de suite... no comment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux!
      La droite au pouvoir c'est militaire.
      La gauche, c'est le bordel. En même temps, la gauche n'est pas connue pour sa culture du pouvoir!

      Supprimer
  3. Pareil! Deux tours!
    Même trois s'il le faut... OUI.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Hélas. Au niveau de l'homme en tant que tel, venant du pire on a mieux, c'est indéniable.

    Au niveau des "mesures", des lois passées, etc... nous sommes exactement dans l'exacte continuation de son prédécesseur. TSCG, ANI, ce sont des "nouveautés" impardonnables. Pourquoi ne pas revenir sur la dette et sa légitimité ? Pourquoi rester dans l'OTAN, qui est un carcan d'attaque, et non de défense ? (je rappelle que le seul grand risque mondial de conflits, ce sont les USA) Pourquoi ne pas avoir davantage tapé du poing sur la table avec Mittal, désavouant ainsi Montebourg ?

    Le 31 mars 2012 j'ai écrit à François Hollande pour lui suggérer fortement de se désister en faveur de Jean-Luc Mélenchon, dont j'étais persuadé que lui ferait une politique de gauche, même timorée. Bien entendu la réponse (car il y a eu réponse) fut d'une magnifique langue de bois. Mais que pouvais-je faire de plus ?

    Je ne suis donc pas tellement surpris de la politique menée depuis presque un an maintenant, bien que je considère qu'il a tout de même fait fort... dans le mauvais sens.

    Au second tour j'avais voté pour lui avec beaucoup de réticence. Quel que soit son adversaire une autre fois, s'il y en a une, je ne le referai pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans surprise nous ne sommes pas d'accord mais bon... Il en faut pour tous les goûts.

      Supprimer
  5. Pour ceux que plus de deux heures d'insultes et de vociférations intéressent :

    4 vidéos de Mediapart (le première discussion Mélenchon et Pascal Durand de EELV -- Harlem Désir s'étant fait porter pâle) :

    http://www.dailymotion.com/fr/relevance/search/mediapart+melenchon/1#video=xzj2m1

    attention, beaucoup de phrases d'une grande violence verbale, voire même un niveau sonore élevé... je vous aurai prévenu, venez pas vous plaindre si ça vous débouche les oreilles et le cerveau !

    @ elooooody : pas la peine pour vous, vous êtes tellement illuminée, ça va vous faire de la peine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous allez vous détendre et changer de ton pour commencer.
      Que je sois illuminée ne vous donne pas tous les droits hein.

      Supprimer
    2. je suis très détendu, pas de problème !

      attention, encore une insulte : "BALAI !"

      " BAAAAA-lAI !"

      Supprimer
  6. C'est beau comme du Nicolas J, saupoudré d'un soupçon de Bembelly…

    RépondreSupprimer
  7. je ne sais pas qui sont Nicolas J. et Bembelly... quelqu'un peut m'expliquer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûr que l'on doive d'explications aux anonymes…

      Supprimer
    2. Bernard Vincent3 mai 2013 à 13:18

      et comme ça, "Didier Goux", j'ai ma réponse ?

      Bernard

      Supprimer
    3. Ben vous voyez, quand vous voulez ! Bon alors, voilà : Nicolas J, c'est Nicolas, qui commente pratiquement chaque billet de l'aimable taulière ; et Bembelly, c'est Bembelly, qui a commenté ici même juste avant vous.

      Supprimer
  8. pondre une loi à chaque fais divers

    Comme par exemple : affaire Cahuzac/loi sur la "moralisation de la vie publique"?

    RépondreSupprimer
  9. Vous vous défendez d'être hollandolâtre. On vous comprend: par les temps qui courent, c'est difficile à assumer. En vous lisant, on a surtout l'impression que vous êtes encore obsédée, un an après, par Nicolas Sarkozy et que c'est là votre seule motivation pour revoter François Hollande... Vous avez pensé à voir un exorciste?

    RépondreSupprimer
  10. Cretinus Alpestris3 mai 2013 à 11:25

    "Il faut être patient."

    Oui, ok, mais combien de temps ???

    RépondreSupprimer
  11. D'après le dernier "baromètre" du JDD, seuls 2 % de Français seraient "très satisfaits" de l'actuel président : ma chère, il va bientôt falloir vous mettre sous cloche, Nicolas et vous, si l'on veut pouvoir vous montrer aux générations futures…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon Dieu! Sous cloche avec Nicolas ?!?!

      Supprimer
  12. Bref, tu viens de faire mon billet pour ce lundi ! (non je déconne ^^' mais je ne peux qu'abonder !:))

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise