jeudi 20 juin 2013

Hugues Foucault, suceur de conneries

Hugues Foucault, illustre inconnu du grand public, maire illustre de Bretagne, s'est illustré hier par une connerie en 140 caractères sur un illustre réseau social.


Illustration parfaite d'un certain imaginaire masculin salace, lubrique et machiste, il a tweeté ça:


Tollé.
Bien joué Hugues! Il y aura un avant et un après tweet.
Avant: inconnu
Après: célébrité twittosphérique.
Mais pas de chance pour lui, sa prose ne fait pas l'unanimité.
C'est le moins qu'on puisse dire.

Il a donc fallu qu'il nettoie l'étron qu'il avait laissé trainer.


Non sans une pointe d'hyperbole hypocrite mais bon.
Enfin, comme chacun sait: sur Twitter, aucun tweet n'est jamais perdu même si son auteur l'a effacé sitôt tweeté.

Mais au-delà de ce tweet, ce qui est intéressant, c'est quand l'imaginaire fantasmatique d'une certaine catégorie d'hommes prend le dessus sur le bon sens et la bienséance.

Chassez le naturel, il revient au galop comme disait ma grand-mère.
Cette histoire de stylo dans la bouche d'une ministre est l'arbre qui cache une forêt de phallus.

Les phallus sont partout:
- stylos
- bananes
- esquimaux
- glaces
- concombres
- carottes
- barres chocolatées
- pailles
- sucettes
- ...etc...

Et s'ils ont le malheur d'atterrir dans la bouche d'une femme, c'est  lâcher de ballons à tous les étages.

(Notez que j'aurais pu écrire "lâcher de purée" mais ma bienséance m'en empêche.)

Rien de nouveau sous le soleil donc.

Ce Hugues Machin-Truc est un beauf salace qui ne sait pas se tenir en public.
Bah ouais, il a oublié que Twitter c'était public.

Le con.

billet sucé depuis un iPhone.

31 commentaires:

  1. Le truc à l'UMP c'est désormais:

    1. Je fais un tweet-con
    2. Ensuite, je m'excuse
    3. Je ne suis pas exclu, Copé dira: Il s'est excusé donc, plus de polémique
    4. Puis, un autre recommence...

    Je n'accepte plus ces excuses à la con.

    Point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Un con chasse l'autre, ça devient lourd.

      Supprimer
  2. Faudrait jamais tweeter bourré…

    RépondreSupprimer
  3. Et si Messire Bembelly a décidsé de ne plus accepter les excuses, c'est vraiment que l'heure et grave ! surtout, ne dites rien à Moreau, il pourrait avoir un geste fatal et on aurait sa mort sur la conscience…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merdum ! j'ai mélangé Foucault et Moreau, gros imbécile que je suis !

      Supprimer
    2. Ouf ! j'ai eu chaud aux noix !

      Supprimer
    3. Faudrait jamais commenter bourré.

      Supprimer
    4. J'étais parfaitement à jeun, espèce de langue sale ! (Expression québécoise pour "mauvaise langue"…)

      Supprimer
    5. Tabernacle! vous êtes bilingue?

      Supprimer
  4. Encore un du parti de Boutin. Faut dire qu'ils sont à bonne école.

    RépondreSupprimer
  5. Le sport international de la mâlitude (à part une minorité (opprimée) d'entre elle) c'est de réduire les femelles à trois orifices à son service. De bandit de bas étage à l'élu de la République, on ne voit qu'un seul gland.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hugues Foucault étant l'arbre qui cache une forêt de glands...

      Supprimer
  6. Vous n'en avez vu qu'un seul?

    Dans toute votre vie?

    Ca explique bien des choses.

    RépondreSupprimer
  7. Soupirez pas.

    La question commande une solution: l’anatomie. Féminine, en plus.

    La femelle a trois orifices (proposition d'Euterpe).

    Mais si c'est une cul serré (ou une con serré) ça ne lui en fait plus que deux.

    Or, le féminisme a ceci de particulier: il partage avec la religion une fascination pour les sphincters. Pour les serrer, hein, pas pour les ouvrir.

    Maintenant, faites le calcul et dites moi exactement où vous mettez quelqu'un comme... disons Euterpe.

    Ou Rosa L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me livrerai pas à ce calcul pour la simple et bonne raison que si vous avez un problème (ou autre chose) avec Euterpe ou Rosaelle, je vous invite à leur dire chez elles et non ici.

      Supprimer
  8. vous savez que ce n'est pas possible: elles n'ont pas le niveau de tolérance requis pour la dialectique sur leur blog (le dialogue des arguments contraires).

    D'un autre côté, je ne vous demande rien, non plus.

    Pourquoi vous intervenez?

    Elles vous semblent faibles?

    Elles sont deux. Je suis seul.

    En principe, le duel me semble équilibré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que sur mon blog, j'interviens. C'est un peu le principe.
      Parce que votre commentaire n'a pas grand intérêt sinon celui d'attaquer nomément deux personnes. Parce que Rosaelle n'est même pas intervenue ici. Parce que c'est pas parce que vous êtes black-listé chez Machin ou Truc qu'il faut vous lâcher ici hein!

      Supprimer
  9. Oui, je comprends. Vous avez raison.

    D'un autre côté, ça leur rend pas service non plus.

    L'une se renforce dans la censure, l'autre dans les réactions hystériques, mais toutes les deux perdent progressivement leur aptitude à faire face à la contradiction.

    Elles sont enfermées dans leur citadelle, elles font du gras, plus du muscle.

    Faut les faire sortir un peu, quoi. Pour les remettre dans le bain de la contradiction dans des conditions normales.

    Je change de sujet pour vous faire comprendre où est l'intérêt: lors du débat sur le mariage homo, je suis allé sur les blogs d'opposants, fraction aile dure (les réacs, les cathos, la droite tradi).

    Dans l'ensemble, c'était assez navrant parce que les mecs étaient comme des postes de radio bloqués en position "émetteur uniquement". Ils ne branchaient pas la fonction "réception", du coup il n'avaient plus de retour.

    Certes, c'est une façon comme une autre de dire ce qu'on a à dire. Mais l'inconvénient était que, faute de retour, ils ne percevaient plus que leur discours était à côté de la plaque par rapport au reste de la société.

    C'est une des raisons qui ont fait qu'ils ont perdu la bataille.

    Tout cela pour vous dire que je comprends très bien votre position: votre blog n'a pas à être le champ d'une bataille qui n'est pas la vôtre, après tout. Elle n'est d'ailleurs pas la mienne non plus, en fait.

    Mais d'un autre côté, il est toujours utile à la défense du féminisme auquel vous êtes attachée de prendre conscience d'une certaine forme d'autisme qui risque de le condamner à l'échec, et finalement le renvoyer au fanatisme.

    Et là, ça devient un sujet intéressant en soi.

    Non?

    Surtout sous un billet qui traite de l'insulte sexiste, qui est une mécanique de guerre dont les ressorts ne fonctionnent que, justement, par rapport à un féminisme autiste, enfermé dans sa fébrilité.

    Je ne vous propose pas un règlement de compte avec x ou y, ce serait au maximum drôle, mais sans plus.

    Je vous propose de démonter une mécanique (ce qui est hélas moins drôle).

    Sur ce, bon WE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "D'un autre côté, ça leur rend pas service non plus" ben si, car, pour ma part, je m'épargne une grosse perte de temps inutile. C'est donc un service énorme, au contraire.

      Supprimer
    2. Chacun fait ce qu'il veut sur son propre blog. CQFD.

      Supprimer
    3. Bonjour Elody,

      Qui dit le contraire?

      Blogueur est maître chez lui. Il n'y a rien à démontrer.

      Tenez, vous par exemple, donnez dans l'injure (contre les hommes politiques de droite). Qui vous en empêche? Personne, que je sache. Vous êtes donc bien libre, et par conséquent, responsable de vos propos.

      Euterpe censure les uns, vous injuriez les autres: c'est vote liberté d'expression en tant que blogueur. C'est... normal.

      Je ne vous parle pas de ça: je vous parle d'échange.

      Je ne remets pas en cause votre souveraineté (n'avoir de compte à rendre à personne d'autre que soi-même) sur votre blog, je vous dis juste que cette conception de la liberté d'expression, très centrée sur soi-même, réduit mécaniquement nos surfaces d'échange avec les autres.

      Certes, l'entre-soi nous procure l'illusion de l'échange. Mais dans un entre-soi on est tous pareil. On se fait vite chier, donc.

      Reste les arrangements: l'idiot utile, l'homme de paille, le con du dîner de cons. Les trois habillages de l'Autre quand on a perdu le talent d'échanger et gagné la liberté de dire tout ce qu'on veut dire, "chez soi", sur son blog à soi, revendiqué et vécu comme tel.

      Ici même, Didier Goux joue ces trois rôles avec vous. Nicolas joue ces rôles sur le blog de Didier Goux, et réciproquement.

      Moi-même je le joue.

      Et sur le blog de Rosaelle. Etc.

      Mais dans l'ensemble, les surfaces d'échange sont très limitées.

      Tous ces gens sont libres, je ne vous parle pas de ça (ils le sont vraiment, en plus). Il y a donc de la diversité, vu la multitude des gens libres. Mais la diversité est spécialisée et ses interactions sont pauvres, faute d'échanges.

      En somme, chacun est libre, dans son coin. Mais le collectif, qui n'est pas que la somme des talents individuels, est pauvre. Ca ressemble à un supermarché: beaucoup de produits, mais dans le fond, peu de choix. Un seul, même: consommer.

      C'est tout ce que je voulais dire. Pas porter atteinte à votre liberté, qui est sacro sainte et que je reconnais ainsi.

      Supprimer
    4. @ Euterpe,

      Vous vous épargnez trop de douleur depuis trop longtemps pour être une vraie combattante de la cause que vous prétendez défendre.

      Vous devenez paresseuse. Vous faites du gras. Plus du muscle. Vous vous spécialisez dans une rente: le féminisme radical.

      Sachez que je m'en félicite.

      Supprimer
    5. Rrrrraaaaa... Vous allez encore une fois m'obliger à clore les débats.

      Supprimer

    6. Ce qui suppose qu'il y en a eu, ce qui est déjà pas mal.

      Clôture.

      Merci pour votre attention et votre permission.

      Supprimer
  10. C'est elle qu'a tort
    Une femme de bonne famille ne suce rien en public, épicétou.

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise