dimanche 1 septembre 2013

Syrie: on en est où? Qu'est-ce qu'on fout et où on va?

La Syrie prend beaucoup de place dans les blogs.
Normal.
On n'est pas tous d'accord.
Encore heureux.
Perso, je ne sais plus quoi en penser.

On est tous d'accord pour dire qu'on ne peut rester là à rien faire, spectateurs passifs de négociations immobiles et d'un compteur de victimes qui augmente chaque jour un peu plus.

Bachar El Assad était une star chez nous en 2008. Il se pavanait sous les Ray-Ban admiratives de notre ex-président et toute l'UMP applaudissait des deux mains, voire des deux pieds.

Sarko checkait Bachar sur le perron de l'Elysée en mode give me five yo c'est cool.

Aujourd'hui, tout le monde est d'accord pour dire qu'il faut qu'il dégage.
Oui mais comment?
Et pour qui?
  • Nicolas Dupont-Aignan, 1,79% aux dernières élections présidentielles, expert stratégique, géopolitique et militaire, plaide pour un départ de Bachar El Assad "en douceur".
  • L'UMP, celle-là même qui cirait les Berlutti de Bachar en 2008, ainsi que Jean-Luc Mélenchon, exigent aujourd'hui un vote de confiance à l'Assemblée. Jégoun explique par A + B que non, ça ne fonctionne pas comme ça, et je crois que je suis (encore) d'accord avec lui.
  • Le FN qui a tendance à voir dans chaque musulman un islamiste en puissance pense que si on intervient en Syrie, Bachar dégagera sans doute, mais laissera place à un régime encore pire.
On dit que François Hollande est mou du genou, qu'il obéit, tel un caniche, au doigt et à l’œil de Barack Obama comme le fit Tony Blair avec George Bush.
Sauf que tout le monde sait que le caniche est un chien con comme une valise qui n'obéit pas. Non parce qu'il est têtu. Non. Juste parce qu'il comprend que dalle.
Je crois que sur ce coup-là, Hollande n'est pas mou du genou. Par ailleurs, je ne pense pas qu'un président, quel qu'il soit, qui approuve ou suit un président américain, soit forcément son clebs.
Mais bon.

Donc aujourd'hui, on en est où? Qu'est-ce qu'on fout et où on va?

La France réclame depuis des semaines une intervention. La Russie et la Chine sont contre. On est kéblo. Et on attend. Et on compte les morts. Et on compte les exactions des deux camps. 
La guerre c'est mal. Ça tue des gens.
La pluie ça mouille.
La belle affaire!
Je crois que je me pose les mêmes questions.

Nicolas Dupont-Aignan propose qu'on négocie avec la Russie et l'Iran. Soyons fous! Négocions. 

Négocier quoi, ça, notre expert en géostratégie politique ne le dit pas. Mais allons serrer la pince de ces gentils dirigeants pacifistes et exemplaires, et négocions. Autour d'un bon bœuf bourguignon.

Et un copain s'interroge sur Facebook:
" Si j'ai bien compris si on est pour la guerre en Syrie on est un impérialiste et si on est contre on est munichois. Et si on n'en sait rien on fait comment ?"
Je crois que vais faire mienne cette question. Il fait référence aux propos d'Harlem Désir qui dénonce l'esprit munichois de l'opposition qui rechigne à appuyer François Hollande, davantage par principe que par conviction puisque Jean-François Copé soutenait les propos de François Hollande il y a encore quelques jours.

Pactiser avec l'ennemi, c'est ça l'esprit munichois.

Donc, je résume:
  • Tout le monde veut que Bachar dégage.
  • La Chine et la Russie sont en mode blocage depuis le début.
  • On en est à plus de 110 000 morts.
  • La guerre c'est mal.
Donc, qu'est-ce qu'on fout et où on va?

Si l'intervention française et américaine en Syrie est le seul moyen pour que cessent l’hécatombe et les horreurs et que - accessoirement - Bachar El Assad dégage, alors je suis pour la guerre et ça fait de moi une affreuse belliqueuse impérialiste.
Si le départ de Bachar El Assad doit laisser la porte ouverte à des connards d'Al Quaïda, alors y'a qu'à leur remettre un coup de semonce sur la tronche.
J'ai bon là? 

Plus sérieusement, comme le dit très justement Romain, si on ne devait invoquer qu'une seule raison pour intervenir en Syrie, ce serait celle-là:
"Rendre les armes chimiques inutilisables dans les conflits sur la planète. C’est la raison essentielle d’une intervention en Syrie."
Alors? On fait quoi?

47 commentaires:

  1. Voici ce que je pense:
    Le peuple syrien doit écrire son histoire comme sont en train de le faire nos amis tunisiens, égyptiens, libyens, etc... et Bachar ne fait plus partie de cette histoire. La Chine et la Russie sont des géants qui n'iront pas au bout de leurs menaces car leurs peuples aussi sont au bord d'écrire leur histoire et quand bien même la force de persuasion (ou non dissuasive) atomique, je n'ai jamais vu une espèce animale s'éteindre par elle-même. Il serait "idiot" de "penser" que l'intelligence dont nous, humains, sommes dotés, soit ce qui nous différencie des animaux dans ce cas précis. Seule inconnue de la carte des desserts du proche orient après une éventuelle intervention en Syrie: le conflit Israelo Iranien qui potentiellement peut exploser la région et là je cris aux responsabilités des deux peuples respectifs !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les conséquences... C'est bien là toute la question.

      Supprimer
  2. « On est tous d'accord pour dire qu'on ne peut rester là à rien faire, »

    Non ! On n'est pas tous d'accord, justement ! On peut parfaitement rester sans rien faire, au contraire. Laisser ces gens se démerder avec leurs dictateurs, leurs barbus, etc. Qu'est-ce que vous en avez à foutre, des Syriens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne m'empêche pas de dormir c'est clair. Mais j'ai le droit de ne pas être indifférente non?

      Supprimer
    2. en 39-45 on a bien été content que d'autres n'aient pas dit qu'est-ce qu'on en a à foutre de ces arriérés d'européens s'entretuent

      Supprimer
    3. Entre autres oui. Mais prenez un pseudo svp.

      Supprimer
  3. Je reconnais que cette affaire n'est pas évidente et j'aurais tendance à faire confiance en notre président pour prendre une décision difficile. Quoi qu'il en soit, il n'y aura jamais consensus sur sa décision, bref c'est la merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne fait pas confiance EN notre président, mais À notre président, grosse andouille !

      Sinon, continuez à adorer cette espèce de salamandre visqueuse…

      Supprimer
    2. Je fais plus confiance A notre président qu'A l'autre raclure de fond de bidet à talonnettes qui était au pouvoir de 2007 à 2012 et qui était pote avec toutes les raclures de fond de bidet du Maghreb et du Moyen-Orient.

      Supprimer
    3. Et pourquoi, cher Fred, faites-vous plus confiance à ce visqueux qu'à son prédécesseur ?

      Supprimer
    4. Je n'aime pas les gens qui plantent leurs amis dans le dos.

      Supprimer
    5. @ Fred Camino : Votre phrase ("Je n'aime pas les gens qui plantent leurs amis dans le dos.") peut être diversement interprétée...

      Supprimer
  4. Voyons il n'y aurait rien à négocier ?
    Il faudrait détruire l'état syrien avant l'Iran pour réduire le proche Orient à un ensemble d'émirats à la botte des multinationales du pétrole ?
    Mais il y a tout à négocier que rien de la guerre ne permettra
    La Palestine
    le respect des communautés non islamiques
    le droit des femmes
    Les Pipe Line de gaz
    le respect de la démocratie et d'un président élu en Egypte
    Le soutien de certaines monarchies aux extrémismes religieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connard. Vous pourriez essayer de réfléchir avant d'écrire ?

      Supprimer
    2. Et vous? Pourriez-vous ne pas insulter les gens, même s'ils racontent des trucs oripilants?

      Supprimer
    3. Oripilants ? Ils disent des trucs oripilants ? Personnellement ça m'horripile ! Que votre vérificateur d'orthographe soit en panne ne vous empêche pas d'être bien mignonne...

      Supprimer
    4. Jacques Étienne est con descendant. Et grossier. Si en plus Didier Goux traite les gens de connards à ma place, je vais finir par porter plainte. Cela étant des connards comme Jacques Étienne, je les insulte dans mon blog, pas dans ceux des autres. Smiley.

      Supprimer
    5. Jacques Étienne peut aussi être horripilant. Mais soyons compréhensifs, ne venir ici que pour corriger une faute d'orthographe, faut vraiment s'ennuyer à mourir.
      Et si j'étais Jacques Étienne, je supprimerais mon commentaire mal orthographié. Mais j'assume. Je corrige.

      Supprimer
    6. Alors voilà : on est gentil, on cherche à aider et que récolte-t-on ? Camouflets et insultes ! C'est à vous décourager d'être bon. Enfin, on ne se refait pas...

      Supprimer
    7. Peut-etre parce que vous n'avez rien à dire d'intéressant cher Jacques, intervenir juste pour une faute d'orthographe c'est plutot d'un puéril et comme dit plus faut il faut vraiment ne rien avoir à faire de sa triste vie ;)

      Supprimer
    8. Non, je ne trouve pas ça méchant. C'est un peu comme signaler à la boulangère qu'elle a oublié de nous rendre 3 centimes. Rien de bien méchant, rien qui ne vaille de s'offusquer.


      Poil au pied.

      Supprimer
    9. T'as vu ! Avec son billet, il t'envoie des trolls ! Dans son billet, il a oublié de préciser que la faute d'orthographe n'était qu'au sein d'un commentaire.

      Supprimer
    10. La boulangère n'est pas offusquée, elle a reconnu son erreur. La boucle est bouclée.
      Nicolas: non j'ai pas lu son billet, j'y vais de ce pas.

      Supprimer
    11. L'orthographe, c'est bien la science des imbéciles ?

      (Un libéral nul en orthographe mais qui aime bien qu'on le corrige car c'est comme cela que l'on progresse...)

      Supprimer
    12. Moi aussi. Je préfère qu'on me signale mes fautes, contrairement à ce que Jacques Étienne semble croire.
      Je préfère qu'on me les signale et je ne suis pas vexée. Si je l'avais été, j'aurais supprimé mon commentaire, et je l'aurait réécrit.
      Depuis un PC et non depuis un iPhone qui, comme chacun sait, est une galère sans nom pour commenter correctement sur Blogger.

      Supprimer
    13. Et puis finalement, si Jacques Étienne avait critiqué ce billet, comme ses lecteurs dont venus le faire, tout en me glissant sa remarque orthographique, je n'aurais pas eu l'impression qu'il venait ici juste pour faire le grammairien.
      Bref.
      Donc merci a tous et à toutes de continuer à me signaler mes fautes.

      Supprimer
  5. Si le départ de Bachar El Assad doit laisser la porte ouverte à des connards d'Al Quaïda, alors y'a qu'à leur remettre un coup de semonce sur la tronche. J'ai bon là?

    Oui, t'as bon
    (Pareil que toi)

    RépondreSupprimer
  6. Mais Kaisse Ki zon-T-a reprocher aux salamandres ? .....
    C'est pas vice queue les salamandres ..... Et c'est très joli les salamandres ..... Alors engueulez vous au sujet de Vachar el Sadique , mais laissez les salamandres en dehors de vos zistoires !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lançons une pétition pour sauver les salamandres!

      Supprimer
    2. Bon , j'ai LA SOLUTION pour la Syrie : Les USA envoient Chuck Norris et la France envoie David Douillet .... Ils cassent la gueule à Vachar el Sadique et puis voila ! ...... Et si c'est eux qui se font casser la gueule ? .... C'est pas très grave parce que Chuck Norris et Davis Douillet ils sont à la retraite de toutes façons , alors autant qu'ils finissent en beauté ...... En affrontant Vachar el Sadique ..... Ou alors les USA envoient Charles Bronson avec son flingue spécial anti méchants .......
      PS : mon sertificateur d'ortograffe n'est pas en pâne . Il est simplement assez farceur ..... Voir taquin et primessotier ...

      Supprimer
  7. De toutes façons c'est pas qu'on en à rien à foutre de la Syrie et des Syriens ... Simplement on sait bien qu'on va tous mourir et la seule question CON se pose c'est : Est-ce-que ça fait trop mal de mourir ? .....
    Alors voila , finalement toutes les autres question CON se pose sont un peu subsidiaires , et c'est dommage bien sûr mais c'est un fait .....
    Au fond je pense que l'humanité n'a plus d'horizon , alors ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui alors vu sous cet angle, évidemment.

      Supprimer
  8. D'abord, bon, on parle TOUT LE TEMPS du Moyen-Orient comme si nous vivions au Moyen-Orient et depuis que je suis petite, j'ai l'impression de vivre au Moyen-Orient.
    Voilà pour nos chers médias qui n'ont jamais que edux trois nouvelles à nous donner à commencer par celles du ? Moyen-Orient ! Bravo.
    Ensuite, je rappelle que la Syrie a été sous mandat français et qu'elle n'en a pas gardé un souvenir enchanté.
    Quand je pense qu'on tente de nous mettre dans la tête qu'une poignée d'Ukrainiennes sont de dangereuses néo-colonisatrices pendant que discretos on veut reprendre ses vieilles possessions syriennes d'avant les accords de Yalta (ou je ne sais plus quel traité qui a mis fin au mandat français), ce serait presque amusant si ce n'était pas triste.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis venue, j'ai vu et.... je ne reviendrai pas! Inintéressant au possible, aucune argumentation valable..

    RépondreSupprimer
  10. "Tout le monde veut que Bachar dégage"
    Où ça, à Wall Street ?

    Que le pauvre Dupont ne soit pas expert stratégique, géopolitique et militaire,
    Peut-être, nous restons suspendu à vos analyses pertinentes qui lui feront la leçon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne déformez ni mes propos ni mon intention s'il vous plaît. Je n'ai jamais eu la prétention de faire la moindre analyse, mais juste de donner mon avis hein.

      Supprimer
    2. C'est rigolo : alors que je fais des billets sur la Syrie pour dire que je n'y connais rien et me contente de donner un avis, tout en me foutant de la gueulant des pseudos spécialistes que l'on rencontre dans les réseaux sociaux, j'ai un tas de trolls qui viennent faire des théories, donner des leçons (j'efface beaucoup de commentaires, ils sont souvent insultants - vraiment - pour Hollande).

      Supprimer
    3. Oui c'est rigolo c'est clair!

      Supprimer
  11. Essayer de penser l'horreur . Essayer de rationnaliser . Pourquoi ? ...
    Pour tenter de la maintenir à distance alors que le sentiment de cette horreur t'envahis ... Alors se dire que peut-être ON (c'est qui ON?)pourrait tenter de faire quelque chose (mais quoi?) Comme une sorte de guerre humanitaire ? ... Parce que ne rien faire c'est laisser l'horreur t'envahir ... Mais c'est trop tard , l'horreur a déjà tout envahit ...
    Trop tard ? ... NON ! Ce n'est pas possible ! ON va faire quelque chose ! ... ON ne peut rien contre l'horreur , ce sentiment d'horreur qui envahit chacun , parce que chacun est seul avec ce sentiment d'horreur totale et totalitaire finalement ... On ne peut rien faire parce que "ON" ça n'existe pas ... Chacun est SEUL avec l'horreur impossible à penser .

    RépondreSupprimer
  12. Quoi qu'il arrive Bachar el Assad a gagné parce que L'HORREUR a gagné chacun ... Qu'on s'en foute complétement ou que cela nous touche profondément dans tous les cas L'HORREUR est dans la tête de chacun , donc elle a gagné et avec cette HORREUR qu'il a réussit à imposer au monde c'est LUI qui s'impose en sa TOUTE PUISSANCE TOTALITAIRE par son pouvoir absolu d'horrifier l'humanité ... Alors , quoi qu'il arrive maintenant , Bachar el Assad a gagné sa guerre ......

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise