dimanche 2 mars 2014

Regarder Nicolas Dupont-Aignan dans les yeux et lui dire: "Je ne voterai pas pour vous"

Le temps me manque.
Je n'ai plus le temps de bloguer, pas trop le temps d'aller chez le médecin, plus le temps de faire les courses...
Bref, une campagne municipale, ça prend du temps.
Ce matin, je suis donc allée au supermarché. Oui je sais, c'est mal. Quand on est une vilaine gauchiste comme moi, on ne devrait pas mettre les pieds dans un magasin le dimanche dès lors qu'on est contre leur ouverture ce jour-là.

Personne n'est parfait. Moi la première.
Epargne-moi tes remontrances, je m'auto-flagelle déjà.

Je n'étais pas du tout comme Perrette, "légère et court-vêtue", j'étais pressée et soulée de me retrouver là un dimanche matin.
Et comme la campagne bat son plein, j'ai aperçu un petit groupe de militants, programmes sous le bras. 
Je gare mon carrosse et je réalise que ces militants ne sont pas de mon camp puisque le programme qu'ils distribuent est bleu-vert et vert clair.

Ça sent l'équipe sortante à plein nez.
"Bonjour, est-ce que je peux vous prendre un programme?"
Bah oui... J'ai beau être de gauche, il n'est pas question que je ne m'informe pas de ce que va nous proposer l'équipe sortante.
"Mais avec plaisir madame!"
Une voix derrière moi:
"Aaaaahh ça! Ça fait plaisir Madame!"
Nicolas Duppont-Aignan himself, main tendue saisissant la mienne. Je lui serre la main. J'ai beau être de gauche, je ne suis pas mal élevée.
"Ah mais ne vous réjouissez pas trop vite Monsieur Dupont-Aignan, je ne voterai pas pour vous et je fais campagne contre vous."
Il me lâche la main et ne sourit plus. Mais il insiste, c'est le jeu:
"Après lecture de mon programme, je suis sûre que vous changerez d'avis..."
"Il y a peu de chances Monsieur, j'ai changé d'avis le jour où j'ai eu le droit de vote!"
Rires moqueurs... C'est de bonne guerre. Mais comme je suis polie et fair-play, je les quitte en leur souhaitant:
"Bonne journée! Et bonne campagne!"
J'ai donc feuilleté son programme, bien que je le connaisse déjà puisque la moitié n'est pas un programme mais un bilan.
J'ai fait connaissance avec les membres de sa liste: 12 colistiers déjà en poste depuis des lustres, 22 nouveaux. 

Et un numéro 3, Olivier Clodong, que je soupçonne fort d'être celui qui succèdera à Nicolas Dupont-Aignan lorsqu'en 2017, il devra choisir entre son mandat de maire et celui de député. Mais ce n'est que pure supputation, loin de moi l'idée de répandre une rumeur. ce n'est pas mon genre.

En numéro 18, on retrouve Fanny Melili, une jeune chanteuse qui avait participé à l'émission The Voice l'année dernière et dont Le Journal des Yerrois s'était fait l'écho.
Ça, c'est pour l'anecdote.

Quant à nous, liste de gauche, nous distribuons aussi notre programme.

31 commentaires:

  1. Elle l'a fait!
    (Bravo, les yeux dans les yeux, fallait oser).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah! J'allais pas regarder ses pieds quand même!

      Supprimer
  2. Youppi bravo à toi!

    Et c'est HiMSelf pas Hismelf petite erreur de typo ;)

    J'ai dit quasi pareil à des jeunes qui tractaient pour PY Bournazel dans mon quartier :D

    RépondreSupprimer
  3. Je lui sers la main

    Sur un plateau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tiens. Avec un ou deux spéculoos en prime.
      C'est corrigé. Danke.

      Supprimer
  4. Bravo !
    Tu me rappelles une remarque vieille de 6 ans, la campagne précédente.
    Je croise une équipe de Gaudin (qui à l'époque était déjà là depuis trop longtemps). Ils me tendent un tract en me disant qu'il fallait absolument voter pour lui.
    Comme je ne prends jamais un papier sans avoir identifié l'origine (dès fois que je me salisse les mains), je jette un oeil et leur réponds : Non merci. Marseille a besoin de quelqu'un de sérieux.
    J'attends encore leur réponse.

    RépondreSupprimer
  5. Waouh ! la p'tite fille a eu son heure de gloire ! Dans cinquante ans, elle continuera à faire chier ses petits-enfants avec son moment de résistance, façon Jean Moulin.

    (Oui, Mamy, on sait : le jour où tu as rencontré Dupont-Machin… Pff… On peut sortir de table, là ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouhlà! Pas du tout.
      C'est déjà oublié.
      Il n'y a aucune gloire à croiser son maire dans sa ville et à lui parler.

      Supprimer
    2. Menteuse ! Si j'étais vulgaire, je dirais que vous en mouillez encore ! Vous avez rencontré votre "ennemi" (c'est-à-dire votre modèle) et il a distrait une demi-minute de son temps pour vous !

      Bon, bon, ça va, je rigole, je me moque… Mais j'(ai le droit, quand même, non ? Vous jouez à la femme politique, dans une ville où vous n'avez aucune chance et où, je suppose, vous êtes dix-huitième tête de liste, donc éligible quand vous aurez soixante-huit ans.

      Eh bien, malgré tout cela, non seulement je ne vous en veux pas, mais – et c'est sincère – je vous admire. Foncez, bordel !

      Supprimer
    3. Allons bon. Vous n'allez pas devenir sympathique maintenant, si?
      Et puis je ne suis pas dix-huitième mais 2ème sur la 1ère liste d'opposition (4 listes en tout sont en lice en comptant celle de NDA).

      Supprimer
  6. Tu as de la chance de le rencontrer dans la rue, "ton" maire. Il y a quinze ans que je suis revenu habiter dans le centre de Marseille et je ne l'ai vu qu'une seule fois.
    Veinarde!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, on peut difficilement comparer Yerres et Marseille.

      Supprimer
  7. Le maire de secteur, qui est aussi député, est souvent rencontré dans la rue, quand à Gaudin, c'est un énorme cumulard qui a été en même temps maire de la 2° ville de France, jusqu'il y a 6 ans, Président de la Communauté de Commune plus vice-président du Sénat et un des tout premier numéro de l'ump.
    Il a besoin de repos !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... Les cumulards. Quelle plaie.
      Nous il est aussi président de la communauté d'Agglo.

      Supprimer
  8. Allez Yerres ! Vas-y Alain ! Je serai là le 10.

    RépondreSupprimer
  9. Juste un petit bémol , l'affiche est un peu trop sage. Vous auriez pu mettre "Avec Alain Bétant à Yerres demain sera un autre jour." Oui je sais elle est un peu facile..(d'abord heureusement que son prénom n'est pas Jean) , mais l'important c'est qu'elle frappe les esprits, car l'humour même ringard ça peut servir aussi... regardez notre président :)
    Et bravo pour la candidature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue: on a fait sobre!
      Vive Yerres demain!

      Supprimer
  10. Bien que je n'avais pas grand chose à reprocher au député-maire de mon ancienne ville de domiciliation, j'ai toujours répondu aux militants qui tractaient que je ne voterais jamais UMP (et RPR avant).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. Mais NDA lui, il ne mentionne pas son parti. Nulle part. J'aime pas.

      Supprimer
    2. Il mange dans la même gamelle.

      Supprimer
  11. Wah, deuxieme de liste soit le poste de 1ere adjointe :)
    Bonne chance

    RépondreSupprimer
  12. Bon , va'z'y ! ..... Fonce ! ......
    Merde ! ..... On n'a qu'une vie .......
    Alors fonce ! .......
    Oui au fond tu risques ta vie dans ce jeu ...... de dupes ...... qu'est al politique .....
    Mais , FONCE dans le tas ..... Le tas de connards ..... Tu n'as plus le choix si tu veux continuer : Fonce ! ...... ou alors .... crève ! ....... Si cela est ta guerre , alors .... FONCE !!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fonce ou crève. Y'a un juste milieu non?
      En même temps, comme je comprends de moins en moins tes commentaires, je ne sais que te répondre.

      Supprimer
  13. Ne pas comprendre est un bon moyen de défense .
    Continue de ne pas comprendre .....
    Mais en fait , non ! ..... Il n'y a jamais de juste milieu ......
    Le milieu est toujours injuste avec tout le monde ......

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise