vendredi 4 avril 2014

Harlem, shake!


Harlem Désir le bien nommé a réaffirmé qu'il ne démissionnerait pas de son poste de Premier Secrétaire du Parti Socialiste.

La gauche s'est pris une raclée aux Municipales, Jean-Marc Ayrualt a sauté, une quinzaine de ministres ont suivi, mais Harlem Désir est vissé sur son siège comme une bernique. La catapulte du PS semble enrayée.
Je suis socialiste. Militante et adhérente. Le combo. 
Mais je n'ai pas voté pour la motion soutenue par Harlem Désir pour les Européennes.
J'ai voté pour celle soutenue par Emmanuel Maurel, Jérôme Guedj, Gérard Filoche et Marie-Lise Lienemann.

Mais comme je suis une grande démocrate et que le Parti Socialiste a un fonctionnement tout à fait démocratique (mouarf), je respecte le résultat du vote des motions.
Mais, droit dans ses bottes, Harlem Désir a déclaré:
"Nous n'avons pas, aujourd'hui, à organiser un congrès socialiste et à nous donner en spectacle mais au contraire à être rassemblés. Il faut au contraire que les socialistes serrent les rangs, qu'ils débattent."
Que n'eut-il eu la même idée et la même fougue pendant les municipales!

Sur ce point, je rejoins complètement  Frédéric Cuvillier:
"Cette campagne [municipale] a révélé au grand jour l'absence totale du PS national. Nous n'avons reçu aucun soutien de sa part. Le PS n'a eu aucune stratégie. Le malaise est général. Voilà vingt-deux mois que le parti est inaudible, absent." 
Ici à Yerres, face à Nicolas Dupont-Aignan, nous n'avons reçu aucun soutien, rien, que dalle. Cela n'aurait sans doute rien changé au score, peu importe, ce n'est pas la question.

Pendant cette campagne, Harlem Désir était trop occupé à taper sur le FN, encore et toujours. Confectionner des pin's, mettre en place des infographies et des contre-argumentaires à destination des militants pour contrer la peste brune.

Comme si les militants socialistes étaient trop cons pour trouver par eux-mêmes les arguments pour contrer le FN.

On notera d'ailleurs que ça a été un succès tout à fait remarquable cette campagne anti-FN, au vu des résultats sans précédent des municipales.

Laisse-moi rire Harlem. 

Harlem Désir a fait beaucoup pour la lutte contre le racisme... En 1984. Mais le Parti Socialiste n'est pas, n'est plus, la succursale d'SOS Racisme. Harlem Désir est resté bloqué dans une faille spatio-temporelle qui date de 1984.

Il est temps de se secouer.

Partout, dans presque toutes les sections PS de France, les militants en ont plein le dos de ce Premier Secrétaire qui ne les fédère plus, si tant est qu'il les ait fédérés à un moment.

Je ne dis pas qu'Harlem Désir est incompétent sur le plan européen, mais je pense qu'il serait plus compétent à un poste de Secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes qu'à celui de Premier Secrétaire du Parti.

Je ne voterai pas pour Harlem Désir.
Mon vote ira à Nouvelle Donne, au FdG ou à EELV. 
Et je ne ferai pas non plus campagne pour Harlem Désir.

Et j'attends avec impatience que la bernique se décroche.

Et je ne suis pas la seule. A lire aussi:
Chez Jégoun:  Libérez le Désir!

Et m'est avis que d'autres billets sur le même thème vont fleurir un peu partout sur la toile.

21 commentaires:

  1. tu vas faire philipper ce pauvre harlem

    RépondreSupprimer
  2. Je suis socialiste. Militante et adhérente. Le combo.

    Je ne comprends pas : quelle est la nuance entre militante et adhérente ? Les militants, normalement, sont ceux qui sont encartés-et à jour de leur cotisation.
    Ou alors, pour vous, on peut militer sans adhérer et les sympathisants sont aussi des militants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me suis mal exprimée... Je voulais dire "militer" au sens propre. Militer en faveur d'une cause quoi.
      On peut tout à fait militer en faveur du PS sans y être encarté.
      Mauvaise expression, j'avoue. On peut aussi être sympathisant sans être militant. C'est-à-dire être sympathisant au sens propre sans participer aux actions militantes.

      Supprimer
    2. On peut également, il me semble, être encarté, payer ses cotisations, etc., sans aller pour autant coller des affiches, faire de la retape sur les marchés ou le guignol dans les réunions publiques. Donc, vous avez eu raison d'accoler les deux mots.

      (En revanche, votre "que nenni" tombe mal t'à propos…)

      Supprimer
    3. Oui, ou alors militer (au sens strict) c'est faire partie d'une organisation portant un projet idéologique global, ça implique qu'on obéisse à une certaine discipline de parti (militant/militaire) ; militer (au sens vague, dans l'autre acception du terme) c'est s'engager individuellement sur une problématique restreinte.

      Supprimer
    4. Mais Didier, quel est l'intérêt de militer dans un parti sans participer aux activités du dit parti ? Pour le plaisir d'être membre honoraire ?

      Supprimer
    5. Bon alors j'ai viré le que nenni en effet.
      Mis à part ça, on peut, je crois, donner, adhérer, financer un parti parce qu'on adhère à ses idées et parce qu'on souhaite le voir faire des trucs bien sans pour autant avoir l'âme d'un militant de terrain. Non?

      Supprimer
    6. Si, si, bien sûr. Je précise que ma première remarque n'était pas condescendante (genre : les seuls vrais militants, c'est ceux qui vont sur le terrain, qui collent des affiches la nuit en territoire ennemi avec des manches de pioche dans le coffre de la camionnette).

      Supprimer
    7. Ah mais j'avais bien compris, pas de souci.

      Supprimer
    8. J'ai un problème avec votre souci…

      Supprimer
    9. À Malavita : tant que c'est En territoire ennemi, ils ont mon soutien…

      Supprimer
    10. rrrrâââ mais flûte... Je voulais dire:

      "Ah mais j'avais bien compris, pas de jonquille".

      Supprimer
  3. Compétent sur les questions européennes ?

    J'aimerais le croire !

    Si seulement, il était plus présent en commission à Bruxelles !

    Mais sinon, il doit être compétent, c'est sur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est tous un peu compétents...

      Bon OK, c'est nul.

      Supprimer
  4. "Des manches de pioches dans le coffre de la camionnette" ...... Je rigolle trop là .....
    Parce que si des mecs veulent atraquer des militants en territoire ennemi ils vont leur laisser le temps d'aller chercher leurs manches de pioches ? ....... N'importe quoi ! ......
    Les mecs tu leur tombes dessus .... Tu leur brises les jambes à coups de bâtes de ce sport à la con dont j'ai oublié le nom .... Tu leur matraques la gueule à coups de tuyaux d'arrosage ...... Tu les savates .... Et puis tu te barres vite fait .......
    Alors ! les manches de pioches il faut les avoir sous la main , pas dans le coffre de la camionnette ....... MERDE ! ......
    Viva la muerte !
    Y abajo la inteligentia ! .......
    Vive la haine ! .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Des manches de pioches dans le coffre de la camionnette"

      Tu parles de quoi?

      Supprimer
  5. Nous sommes tous des cons pétants ! ......
    Ouaih ! ...... ça c'est du slogan que c'est pas de la merde ! .......
    Les écologistes ont vocation a exercer le pouvoir ! .......
    Ouaih ! ..... ça c'est du slogan que c'est pas de la merde ! .......
    HULK au pouvoir ! .....
    HULK au pouvoir ! .......
    Non mais ! c'est pathétique ce cirque médiatique ! .......

    RépondreSupprimer
  6. nique nique rage la bernique :-) encore un qui attend la marée haute avant de s'en détacher comme un arapède à son rocher

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise