samedi 28 juin 2014

Egalité, laïcité, fierté?

Aujourd’hui, c'est la Marche des Fiertés. Certains réfractaires (notez que je n'ai pas dit "réacs") diront que c'est complètement débile et que les hétéros ne défilent pas pour revendiquer leur fierté d'être hétéro.
On pourra se dire que c'est un peu comme le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les 364 autres étant ceux des hommes.
On pourra donc en conclure qu'il n'y a pas de mal à ce qu'une fois par an, les lesbiennes, les gays, les bi et les trans manifestent leur droit à la différence et à l'égalité. 

Bref, chacun y ira de son petit argument pro ou anti marche des fiertés.

On attend d'ailleurs avec impatience les analyses pertinentes de Christine Boutin sur la question.

Hier, Le Refuge annonçait la mort de Peter, un jeune homosexuel dont le corps a été retrouvé par un randonneur en contrebas d'un pont. Toutes les hypothèses convergent vers un suicide. Et pour cause, en septembre dernier, Peter écrivait:
"Mes parents deviennent de plus en plus hard dans leurs prières latines contre le diable. De toute façon, plus rien ne m'étonne après qu'ils aient fait appel à un prêtre exorciste pour me faire changer de bord."
Ce n'est pas la première fois qu'un homosexuel se suicide parce qu'il est rejeté de toutes parts par ses proches. Ce n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière non plus. Hélas. Particulièrement depuis 2 ou 3 ans où la parole homophobe et / ou conservatrice s'est lâchée. Ou comme dirait mon camarade Byayaba, on assiste impuissants à une parole de "droite décomplexée et détendue du slip". Sauf que. Détendue du slip, OK, à condition qu'il soit hétéro le slibard.

Les pires prises de position ont pignon sur rue: Christine Boutin, Frigide Barjot, Marine Le Pen, Civitas, prières cathos de rue, Manif pour tous... Sans parler du cliché "un papa, une maman", qui peut tuer aussi bien des femmes, que des hommes, des hétéros ou des homos.

Dans ce contexte moisi qui n'en finit plus de se putréfier, j'ai retenu deux informations dans la nébuleuse médiatique de cette fin de mois de juin:
  • La pétition lancée par Marianne que je viens juste de signer même si je ne me fais aucune illusion sur son impact. J'adhère totalement au texte et je mets dans le même sac les musulmans extrémistes, les parents de Peter et les Juifs radicaux, pour ne parler que des 3 grandes religions monothéistes. Ces gens ne méritent rien d'autre que la taule quand ils se servent de leurs croyances pour élaborer une pseudo justice conservatrice dangereuse au nom de valeurs familiales ou sociétales moisies. La religion est et doit rester dans la sphère privée et elle ne doit pas entraver les libertés de celles et ceux qui la pratiquent ou de leurs proches. Je suis athée. Ce n'est pas une revendication. C'est un fait. De même que je ne m'attaque pas aux croyants de tout bord, il serait de bon ton qu'il y ait réciproque. Et je plains sincèrement les cathos ou musulmans qui pratiquent leur religion tranquilles pépères sans faire chier personne et qui sont continuellement assimilés à des extrémistes.
  • Égalité filles-garçons: le gouvernement abandonne les ABCD. On peut dire qu'ils ont le sens du timing au Gouvernement. Balancer ça aujourd'hui 28 juin, c'est magistral: "Sacrifier les 'ABCD', expérimentés depuis l'automne dans 275 écoles – sur 48 000 –, pour que les enseignants, pris pour cible par les lobbys traditionalistes, puissent endosser plus sereinement leur mission ? C'est le message que s'échine à faire passer le ministre de l'éducation, Benoît Hamon, sans réussir à gommer l'impression, quatre mois après l'abandon de la loi famille, que le gouvernement cède du terrain aux 'anti-genre'''. J'ai franchement du mal à avaler la pilule

 
Du coup, j'en arrive à me demander si la pétition de Marianne qui s'intitule "Laïcité, il est temps de se ressaisir", ne mériterait pas d'être déclinée en:
 
"Égalité femmes-hommes, il est temps de se ressaisir".

44 commentaires:

  1. Pas d'accord avec ta conclusion. La laïcité régresse en France en partie à cause de la gauche alors que l'égalité progresse, peut êtreas assez vite, mais elle progresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle progresse mais le gouvernement est mou du genou. C'est pourquoi il faut se ressaisir selon moi.

      Supprimer
    2. l'abandon des abcd de l'égalité est assez crétin de la part de Hamon: même sur des sujets sans enjeux financiers, il recule...

      Supprimer
    3. Hamon est une verrue et une tache sur le travail de l'égalité femmes-hommes. Je commence à me demander s'il n'est pas un peu coincé du cul...pardon je m'égare, je disais : coincé du ciboulot. Bravo pour le timing plus pourri qu'un extrémiste intégriste.
      Il est temps qu'on continue à se battre pour cette égalité. Ne flanchons pas ! Je préfère être taxé de féministe hystérique que de renoncer à ce qui est, à mon sens, le point le plus essentiel au bien-être de tous ! Et je suis toujours peiné que d'affreux jojos poussent au suicide des gens vulnérables. j'ai ce sentiment d'impuissance quand je vois des LGBT être persécutés juste car ils sont en adéquation avec leur nature profonde mais que ca ne passe pas aux yeux des réactionnaires, intégristes et traditionnalistes (au mauvais sens du terme).
      Donc oui, je pousse un coup de gueule en direction de ces gens qui veulent qu'on se plie à leurs normes : Laissez nous vivre comme on est et respectez-nous !

      Supprimer
    4. @Mika si vous vous battez pour que vous soyez reconnue comme un être humain à part entière très bien : on ne tabasse pas les gens parce qu'ils sont pédés. Pas bien.
      Mais laissez les gosses en dehors de tout cela et laissez les parents s'occuper de l'éducation de leurs enfants sans chercher à déconstruire chez eux quoique ce soit par l'intermédiaire de l'école. Le rôle de cette dernière étant d'instruire les enfants. Point barre.

      Supprimer
    5. Instruire et (accessoirement) construire des citoyens respectueux de toutes les mœurs, cultures et différences.

      Supprimer
    6. @Elooooody
      J'ai voyez-vous un blocage lorsque l'état met son nez dans les affaires privées, à savoir, l'éducation des enfants par leur parent. Mon gosse va à l'école pour apprendre à lire, écrire, compter, l'histoire et apprendre la géographie. A ma charge de lui apprendre à ne pas se curer le nez à être poli et à ne pas être violent.

      Supprimer
    7. Sauf que le Ministère de l'Instruction n'existe plus depuis qu'il est devenu celui de l'Education.
      Sans parler de l'éducation civique...

      Supprimer
    8. Instruction publique, j'ai oublié un mot

      Supprimer
    9. Oui et si vous voulez bien me permettre, c'est regrettable ! Ou alors on fait un autre Ministère, celui des curetages de nez, des règles de politesse et pour conclure sur cette note ironique je vous renvoi vers le sketch des Monthy Python Silly Walk (cliquer ici, lien hypertexte)
      Vive la liberté

      Supprimer
    10. je me permets de mettre du grain de sel dans plaie : je pense que quand les parents se mettent à démissionner au niveau éducatif, c'est l'école qui est le meilleur moyen d'ouvrir les enfants au monde qui les entoure. Et même pour les parents dont leur rôle est d'assurer une intégration correcte dans ce monde via le respect des diversités qui entourent cet enfant. Et le respect, ca s'apprend depuis tout petit. Ce n'est pas inné, et pis encore (n'ayons pas peur de déclencher un feu d'artifesse) quand les parents se mettent à biaiser sa perception car elle ne correspond pas à leur idéal, on fabrique des enfants qui n'auront aucune manière de vivre dans le respect d'autrui et dans le contrôle émotionne. Ce dernier point est essentiel à la vie en société : un gosse bourré de préjugés aura beaucoup plus de mal à se défaire de ses préjugés dans sa vie car il aura tendance à camper sur la position que ses parents lui ont donnée. Là où le gouvernement doit intervenir, c'est mettre à disposition la possibilité à l'enfant de voir sans à priori, ni perception biaisée la diversité humaine qui l'entoure. Croire que le gouvernement veut donner une leçon aux parents, c'est faire un raccourci simpliste. Comme de croire que le gouvernement veut changer le genre des enfants... c'est un peu gros à partir du moment où tout personne sensée sait que le genre ressenti par l'enfant ne peut être modifié par une vulgaire influence extérieure. Un autre point : nier le genre fondamental de l'enfant c'est criminel car on peut détruire sa construction psychique et son estime de soi. dont les conséquences sont dramatiques. Pour finir : l'enfant écoute ce qui l'entoure, c'est d'une importance primordiale de faire attention à ce qu'on lui dit. Dire que être LGBTQI est mal ou que ce n'est pas moral, ca peut le mettre en porte à faux vis à vis de lui-même s'il se sent LGBTQI. Le mieux à faire c'est de leur montrer que peu importe leur genre ou leur sexualité ou leur identité biologique ils restent à tous jamais citoyens bénéficiant de mêmes droits que n'importe quel autre citoyen. Pas pour rien que la République a les valeurs suivantes : égalité, liberté et fraternité. Ces Valeurs sont le moyen définitif de rappeler à certains que personne n'a à dénigrer les droits de tout citoyen vivant en France. Imaginez que la population soit livrée à elle-même : ce serait un chaos absolu où seule la loi du plus fort existerait : une hégémonie anti-démocratique dont n'importe qui peut être déchu pour la seule raison que cette personne est différente.
      donc je suis quand même content que le gouvernement intervienne afin de neutraliser les inégalités et favoriser une compréhension fine, moins manichéenne du monde qui nous entoure. Après c'est aux parents de voir s'ils vont laisser l'enfant vivre sa vie ou contrôler, biaiser sa perception. les enfants ne sont pas bêtes, ils ont suffisamment d'acuité pour se faire eux-mêmes leurs opinions au fil du temps. c'est difficile de se dire (pour les parents) qu'on a une vie entre nos mains : on se demande comment faire pour lui donner les clés du monde qui l'entoure.

      Supprimer
  2. Quand je lis tes malagame, je pense au petit australien utilisé comme sex toy et prostitué à 7 ans par ses deux papas homos.
    On av faire comme tu le fais pour Peter : ces deux homos qui ont adopté un bébé pour le violer, sont représentatifs de la communauté homo. c'est d'eux qu'il faut parler lorsque lon parle adoption , pour bien montrer, comme tu le fais avec l'exemple de peter (Catho = fasciste = suicide) que Homo = Pédophile.
    Pauvre conne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sûr: parce que tous les parents hétéros sont des saints, tout le monde le sait.
      Je te propose un jeu: tu fais la liste de tous les faits divers sordides chez les homos, et moi je fais une liste du même genre chez les cathos intégristes, les musulmans intégristes et les hétéros... Et combo gagnant: ensuite je mixe les données.
      Et prends un pseudo, ne sois pas couard par-dessus le marché.
      Pauvre con (ou conne aussi peut-être puisque je ne sais pas à qui je parle)

      Supprimer
    2. Anonyme a raison. Si Peter est représentatif, le gosse violé en Australie l'est autant. Vouloir faire la liste des exactions des uns et des autres pour savoir qui en commet le plus est d'une bêtise sans nom, puisque c'est impossible.

      Il n' y a là aucune réflexion véritable, seulement des opinions jugées tellement évidentes qu'elles se passent de toute argumentation.

      Par exemple, vous pourriez vous demander si le suicide des homosexuels, plus fréquent, est dû à la haine des hétéros à leur égard ou au mal-être (disons-le ainsi) que l'homosexualité provoque par elle-même.

      Figurez-vous par exemple que les vieux se suicident plus que les jeunes, les hommes plus que les femmes, les protestants plus que les catholiques, les célibataires plus que les gens mariés, les paysans plus que les citadins, etc. Les statistiques, ici, existent. Allez-vous nous expliquer que c'est à cause d'un rejet de l'altérité ?

      cette réponse est un peu courte.

      Ce ne serait pas aussi, par exemple, parce que les hommes passent à l'acte plus violemment que les femmes et donc se "ratent moins" ? Mais pourquoi leur passage à l'acte est-il plus violent (prendre un train dans la poire au lieu d'un ou deux médocs) ? Et voilà, quand on commence à penser on s'aperçoit qu'il y a d'autres raisons que le rejet des méchants autres qui refusent mon altérité, et bla bla bla.

      Au passage : on n'a jamais vu les défenseurs des homosexuels suicidés se plaindre du plus haut taux de suicide chez les hommes que chez les femmes. Il y a des "inégalités" qui ne choquent personne, hein ?

      Bande de tartuffes !

      Supprimer
    3. Quel con ! S'il y a un mal être parmi les homos ça ne serait pas à cause du regard dens autres ? S'il y a plus de suicides parmi les jeunes homos ça ne serait pas parce qu'ils sont homos ?

      Pondre une telle tartine pour démontrer que le suicide des jeunes homos n'est pas grave... A gerber. Quel connard.

      Supprimer
    4. C'est d'autant plus con que c'est une merveilleuse manière de tourner autour du pot sans jamais y mettre les deux pieds tellement c'est plein de merde.

      Supprimer
    5. Eh oui les amis, c'est plus facile d'insulter que de réfléchir.

      Le regard des autres ? Quelle insondable bêtise. C'est pour cela que les paysans sont la catégorie la plus touchée, peut-être ? Il faudrait leur témoigner plus de considération ? Faire des cours à l'école sur la normalité de la vie à la campagne ? Des abcd de la fierté paysanne ?

      Jegoun, apprenez à lire et revenez nous faire coucou.
      Votre haine sue par tous les pores parce que je vous ai percé à jour. Vous êtes bien un tartuffe. Vous n'avez aucune considération pour les paysans non-homos, c'est triste.

      Elodyyyy : lisez Durkheim et les travaux des sociologues, réfléchissez, et puis revenez me parler, après avoir ravalé votre haine de la pensée divergente.

      Ou bien continuez à croire que la vérité se découvre en lisant des blogs et en débitant des banalités sans arguments.

      Supprimer
    6. "Le regard des autres ? Quelle insondable bêtise. C'est pour cela que les paysans sont la catégorie la plus touchée, peut-être ? Il faudrait leur témoigner plus de considération ? Faire des cours à l'école sur la normalité de la vie à la campagne ? Des abcd de la fierté paysanne ?"
      eh Ducon !
      ya trente ans y a eu une épidémie de suicides chez les bouchers charcutiers (pourtant pas réputés homos)
      à to avis , pourquoi ?
      quand t'aura strouvé la réponse , tu l'auras aussi pour les (petits) paysans

      Supprimer
    7. Je sais lire Marco, tu tournes autour du pot pour faire dire que le suicide d'un jeune homo n'est pas grave. Tu n'as rien percé à jour, tu n'es qu'un trou du cul uniquement capable de pondre des tartines sans réfléchir. C'est mal.

      Supprimer
    8. Le suicide d'un jeune homo n'est pas plus grave que le suicide d'un paysan. Tous ceux qui se foutent du suicide des paysans et qui pleurent sur le suicide des homos sont tartuffes.
      C'est surtout ça qui est mal. Et aussi de considérer qu'on est un salaud parce qu'on aime pas plus les homos que les paysans.

      Bobcesttoi : pourquoi parlerai-je à un insulteur ? Tout ce qui suit ce "eh Ducon" est frappé immédiatement de nullité. Apprends donc à parler sans gros mots et reviens prendre ta leçon.

      Supprimer
    9. Et essayez de comprendre que ce n'est pas parce qu'on chasse en meute qu'on a forcément raison. Vous comptez appeler d'autres copains, encore ? Vous avez peur du méchant Marco Polo qui a lu des livres et apporte des arguments ? Faut vite le faire taire sous trois tonnes d'insultes ?
      Vos réponses affligeantes sont autant de confirmations : vous n'avez aucun argument, seulement des certitudes.

      Supprimer
    10. Je crois Marco, pais peut-être me goure-je, que vous avez pris ma réponse à Anonyme au 1er degré.Loin de moi l'idée de hiérarchiser le sordide et les causes de suicide. Je ne cherche absolument pas à minimiser le suicide en général, et j'ai lu Durkheim, ne vous en déplaise.
      Ce billet porte sur la marche des fiertés, et la difficulté qu'ont encore aujourd'hui au 21ème siècle, certains homos à vivre pleinement ce qu'ils sont à cause du regard des autres, et pire encore à cause de certains proches qui les rejettent pour ce qu'ils sont.
      Et si je puis me permettre, c'est vous qui débarquez ici en donneur de leçons.

      Supprimer
  3. Ce qui est absurde, dans cette "marche des fiertés", ce n'est pas qu'une poignée de pédés et deux douzaines de gouines aillent prendre l'air dans les rues au risque de réveiller les bébés qui dorment, c'est le mot "fierté". On ne peut pas être fier de quelque chose à quoi on ne peut rien. On peut en être content ou mécontent, le déplorer ou s'en féliciter, mais on ne peut pas en être fier.

    Sinon, l'abandon des ABCD constitue l'excellente nouvelle de la semaine, évidemment. Mais ne vous inquiétez pas : ils reviendront…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fierté est une revendication de tous ceux qu'une société veut mettre ou maintenir plus bas que terre, une façon de dire "vous dites que nous sommes moins que rien, mais nous valons autant que vous". C'était tout le sens du fameux "I'm Black and I'm proud".

      J'espère bien que les ABCD de l'égalité reviendront. Pour avoir pas mal discuté avec des opposants à ces fameux ABCD, j'ai constaté qu'aucun d'entre eux ne savait même de quoi il parlait, ne s'étant jamais donné la peine de consulter les documents mis à disposition par le CNDP (notamment les kits pédagogiques), présentant comme argument en en faisant des montagnes qui un document de l'OMS sur l'éducation sexuelle, qui une circulaire de l'Académie de Grenoble encore une fois sur l'éducation sexuelle (ou plutôt l'éducation à la sexualité), tous documents sans aucun rapport avec les ABCD.

      Supprimer
    2. Voilà. Nous sommes d'accord.

      Et quand les ABCD reviendront comme vous dites, alors on se demandera quelle était la raison de les abandonner. On marche sur la tête.

      Supprimer
    3. En ces temps schizophrènes pour Benoit Hamon, il est plus que jamais nécessaire de faire passer le message suivant : respect pour les LGBT et pas d'autre manière que de faire découvrir à la population afin d'anéantir les clichés éculés. Et je suis fier de m'investir dans une cause qui est juste car elle répond à une souffrance sourde.
      Et c'est toujours les minorités qui nous aident à éclairer la compréhension du monde qui nous entoure. Sans oublier que très souvent les problèmes des LGBT sont issus des mêmes causes que ceux des Femmes. (je n'oublie pas les hommes qui sont trop soumis aux normes et carcans sociétaux, comme quoi la masculinité pose beaucoup plus de problèmes aux hommes qu'aux femmes !)

      Supprimer
    4. Bien sûr qu'on peut être fier d'être PD ou gouine, il y en a bien qui sont fiers d'être con et de voler en escadrille.... Ce n'est pas à vous que j'apprendrai une chose pareille....

      Supprimer
    5. Non en effet ce n'est pas à moi.

      Supprimer
  4. C'est d'un ringard cette marche, totalement éculé. Ils ou elles devraient réhabiliter le supplice de la Roue en place publique sur un char géant, au moins ça aurait plus de gueule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tiens, une bonne séance d'écartèlement, y'a qu'ça d'vrai.

      Supprimer
    2. Vlad, je vois que tu as des fantasmes sexuels encore inassouvis....

      Supprimer
  5. Pour répondre à Vlad l'école catholique ne fait pas que d'instruire les enfants qu'on lui confie. Ce que les zélés défenseurs de l'école catholique approuvent pour leur école confessionnelle, ils devraient aussi l'approuver pour l'école laïque.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes façons, les écoles publiques laïques, c'est rien que des incapables.
      Allez hop! Tous dans le privé!

      Supprimer
  6. Il y a des fils de dial que je comprends pas.

    Au début on est sur un post cadré sur la laïcité et l'égalité - sujets déjà pas mal larges - et on termine par l’appétence des gens au suicide en fonction de leur orientation sexuelle...

    Et pourquoi pas en fonction du régime alimentaire, hein?!

    Les bouffeurs de nouilles, par exemple, ont-ils plus de probabilités de se suicider que les autres? C'est important ça, quand même!

    Ca concerne les Italiens et les Chinois, pour ne citer qu'eux. Une énorme part de l'humanité, avec plein d'homos dedans en plus. Et qui ne se sont pas tous suicidés.

    On voit tout de suite qu'il y en a qui font des fixettes sur les question sexuelles, alors que les vrais sujets sont évités.

    La nouille, c'est ce qui compte. Et en plus, on a des stats sur les nouilles. On sait tout de la nouille. Donc on peut en dire beaucoup.

    RépondreSupprimer
  7. "On voit tout de suite qu'il y en a qui font des fixettes sur les question sexuelles, alors que les vrais sujets sont évités."

    J'ai évoqué le suicide de Peter uniquement parce que ce billet porte sur la marche des fiertés et les revendications d'égalité qui l'accompagnent.

    On m'a reproché de faire une fixette sur le suicide des homos, sous-entendant que je trouvais plus grave le suicide d'un homosexuel parce qu'il est rejeté que celui des agriculteurs parce qu'ils en chient quotidiennement.

    Voilà comment c'est parti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le reproche - s'il y en avait un, car en fait, je ne comprends tout simplement pas de quoi on parle - n'était pas pour toi.

      La fixette, d'après ce que j'ai vu, ce n'est pas toi qui l'a faite (je parlais des nouilles juste pour... m'étonner)

      (dsl si je ne suis pas clair, le tort est pour moi)

      Par exemple, c'est Vlad, qui commence ainsi son com:

      "@Mika si vous vous battez pour que vous soyez reconnue comme un être humain à part entière très bien"

      Dans ce membre de phrase, Vlad se pose en juge de l'action d'une personne, Mika, et lui annonce qu'il la reconnait en tant qu'humain en raison de sa lutte, sans pour autant l'en féliciter ni même poser en base qu'elle est humaine, telle que.

      Dans mon esprit, il n'y a pas d'untermenschen, qu'ils soient valeureux ou pas.

      On peut toujours reconnaître du mérite à quelqu'un dans un combat, même injuste (reconnaitre du mérite à Mehra n'est pas un scandale), mais partir du principe que celle ou celui qui se bat accède à la valeur humaine par son combat, alors que pris hors de cette circonstance il ou elle n'est rien, ou il ou elle est inférieur à une donnée appelée "homme", ça c'est niet pour moi.

      Je trouve que Vlad loupe son coup, ce qui est dommage parce que sur le reste il n'avait pas tort.

      Mais en posant que Mika ne pouvait valoir qu'à son seul mérite le fait d'être humain, et pas à sa condition ni à sa nature, ni à ses actes, ni à sa culture, ni à tout ce qui fait qu'un amas de chair et d'os peut être qualifié à juste titre d'être humain, Vlad a lui-même sapé les bases de ce qu'il voulait démontrer: une universalité de l'humain et de sa filiation, donc une autonomie par rapport à l'éducation nationale.

      Son universalité de l'humain se fait au prix de telles exclusions qu'on n'a pas envie de le suivre.

      Vlad, il me semble, mais qu'il me corrige si je me trompe, développe ce qu'on pourrait appeler la condescendance de l'ancien combattant à l'égard des peuples colonisés: de bons combattants, qui accèdent à l’héroïsme par le sacrifice sur le champ de bataille métropolitain.

      Par exemple: dans le discours "colo", c'est dans le service de la patrie que le tirailleur sénégalais accède à l’héroïsme. Mais personne ne se pose la question de savoir quelle intensité de trouille a pu avoir cet homme en face de la bouche à feu des mitrailleuses allemandes, dont les rafales labouraient les corps des soldats pour les éparpiller en charpies sur un champ de bataille dont le sens échappait même aux officiers.

      Il me semble donc que Vlad se croit investi d'une sorte de supériorité morale qui lui permet de décider qu'untel est humain, et pas un autre.

      C'est l'égarement que je voulais décrire.

      Je ne comprends pas qu'en partant d'un fil de dial cadré sur la laïcité et l'égalité on en vienne à poser en filigrane qu'un être humain puisse se prétendre supérieur à un autre et alors, il faut peut-être le dire:

      Vlad, tu t'es jamais demandé si t'es pas qu'un sale con?

      Voilà une belle accusation qui le place en position d'infériorité dans l'ordre français où le sale con occupe une place subalterne, ce qui est justice.

      Une belle accusation à laquelle il est libre de répondre.

      Comme à celle-ci, encore plus vicieuse: si c'est la vertu de l'homme qui fait sa valeur, au nom de quoi refuser à l'éducation nationale le droit d'instruire nos enfants, puisqu'elle est certainement en tant qu'institution beaucoup plus vertueuse que nous, parents, en tant qu'hommes?

      S'il ne gamberge pas sur une question pareille, pariez que c'est un abruti.







      Supprimer
    2. Attendons sa réponse alors...

      Supprimer
    3. T'inquiète, les types dans son genre répondent jamais. 'Sont des prudes.

      C'est marrant d'ailleurs, parce que, quand on leur répond, on sent bien que, quelque part, on les blesse.

      Ils ont une mentalité de jeunes filles de bonne famille qui a été mise au couvent: leur rébellion, très momentanée, dépend des heures de parloir, avec la mère sup qui surveille ce qui se dit. Dès qu'on engage avec eux ce qu'on croit être une conversation, on se rend compte que la règle qui s'applique, c'est le vœux de silence.

      Ya toute une éducation derrière les propos de Vlad. Il y a un corset et faut pas croire qu'il peut en sortir comme il veut.

      Supprimer
    4. @TSHOK
      Je viens de découvrir vos commentaires, tardivement. Je viens de les lire péniblement, je tiens à le préciser, car j'ai en ce moment quelques soucis de santé qui altèrent ma concentration. Aussi, si vous trouvez la réponse qui va suivre morcelée ou imparfaite, sachez que je n'aurais pas forcément la force de participer au débat en ajoutant d'autres réponses. N'y voyez donc aucune fuite, dérobade, ou stratégie.
      Sachez Tschok que vous vous méprenez totalement sur l'interprétation que vous avez faite de ma phrase que je colle ci-après :
      "@Mika si vous vous battez pour que vous soyez reconnue comme un être humain à part entière très bien"
      -> En aucun cas je ne me pose en juge et en aucun cas je déclare que telle ou telle personne mérite son statut d'être humain en fonction de sa bravoure au combat.
      Relisez ma phrase, comment avez-vous pu lui donner ce sens-là totalement erroné et tordu ?
      Ma phrase laisse entendre que l'homme est homme au sens universel du terme et il n'y a aucun facteur discriminant ni clause particulière.
      Libre à vous Tshok de penser le contraire, si cela peut vous aider à donner matière à un combat qui façonne votre matière de penser.
      Sachez en revanche vous extraire d'une perception des rapports humains avant qu'elle ne devienne un carcan et ne rétrécisse votre grille de lecture, je vous dit cela en toute amitié. La transition est toute faite pour vous dire que je suis farouchement attaché à la liberté, et celle-ci se gagne également sur notre propre esprit qui peut nous jouer des tours et nous enclaver dans des réflexions étriquées. Quand bien même elles sont justes au départ, il faut savoir se remettre en cause perpétuellement. Sans cesse car le combat, c'en est un autre, n'est jamais gagné d'avance. Ceci répond sans doute à votre interrogation : je me suis toujours demandé si je n'étais pas qu'un sale con, et quand je dis toujours c'est je pense du collège à nos jours, cela fait donc 30 ans que je tente de me remettre perpétuellement en question. L'auto-dérision que j'use régulièrement y participe pour beaucoup.
      Pour finir, et c'est nettement moins important pour le lecteur, car il s'agit de moi et en vérité on s'en fout totalement, je ne suis pas un prude ni corseté pour reprendre vos termes. Encore une interprétation qui m'échappe. Bonne journée à tous.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise