vendredi 6 juin 2014

Nicolas Dupont-Aignan, superstar du matraquage fiscal

Je n'ai pas écrit grand chose sur ce blog depuis la semaine dernière. Mais j'étais prise par d'autres préoccupations locales et je me suis consacrée au site de l'opposition socialiste à Yerres.
Restons donc dans le même domaine si tu veux bien.

Le 26 avril dernier, Nicolas Dupont-Aignan était l’invité de l’émission On n’est pas couché sur France 2. Les 5 premières minutes de son interview étaient consacrées la fiscalité de Yerres: vaste sujet dont nous avons déjà parlé sur Vox de Gauche, tant les mensonges et contre-vérités assénés depuis 1995 par la majorité municipale sont surréalistes. 


Fort de sa récente réélection, Nicolas Dupont-Aignan s’est, comme d’habitude, posé en sauveur de la ville, soi-disant ruinée par son prédécesseur de gauche. C’est sur cette légende urbaine qu'il s’est forgé une réputation de redresseur fiscal. Sauf que Nicolas Dupont-Aignan oublie de dire que ce n’est pas Marc Lucas (maire PS de 1989 à 1995) qui a ruiné la ville mais bien Michel Prats, maire RPR de 1982 à 1989, qui, par ses ambitions mégalomaniaques a fait construire le parc aquatique du Triton qui a fait plonger la ville dans une dette abyssale (tu noteras au passage le jeu de mots).

En 7 ans, de 1989 à 1995, Marc Lucas a tout tenté pour stabiliser les comptes de la ville : un effort considérable que les Yerrois ont jugé insuffisant en propulsant Nicolas Dupont-Aignan à la tête de la Mairie en 1995. Une victoire alors de justesse puisqu'il a été élu avec 51,85% des voix.

Une fois en poste, Nicolas Dupont-Aignan a mis en place un matraquage fiscal inouï pour que les Yerrois paient l’ardoise léguée à la ville par Michel Prats, alors issu du même parti que Nicolas Dupont-Aignan qui - rappelons-le - est passé du RPR à l'UMP tout en se rapprochant de Philippe de Villiers et du RPF de Charles Pasqua avant que Debout la République ne devienne un parti à part entière.

Dans l'émission de Laurent Ruquier, j'ai assisté médusée, à cet échange ubuesque entre Aymeric Caron et Nicolas Dupont-Aignan.

Aymeric Caron, revenant sur le score sans appel de Nicolas Dupont-Aignan aux élections municipales ajoute : 
"C’est d’autant plus surprenant que vos impôts locaux sont les plus élevés de France".
Et la réponse de Nicolas Dupont-Aignan vaut son pesant de pistaches:
"Figurez-vous que ce n’est pas totalement vrai parce que je ne les ai pas augmentés depuis 1996. 18 ans. Quand on est arrivés, on avait une ville ruinée, il a fallu la redresser. On a réduit les dépenses, on a augmenté les impôts et on en a fait une des villes les plus agréables à vivre je pense."
Cette déclaration est tellement surréaliste que je m'y suis reprise à trois fois avant de la retranscrire. Monsieur le Maire n'aurait donc pas augmenté les impôts depuis 18 ans, mais il les a quand même augmenté en 1995. Cela veut-il donc dire qu'on a atteint la première marche du podium en une seule fois entre 1995 et 1996?

Nicolas Dupont-Aignan prend-il les Yerrois pour des buses? 

Le problème à Yerres, c'est que les impôts sont tellement élevés que beaucoup se sauvent au bout de quelques années et que les gens vivant à Yerres depuis 1995 ne sont plus aussi nombreux pour soutenir les propos qu'il matraque à qui veut l'entendre depuis qu'il est arrivé aux affaires comme on dit.

En fait, l’augmentation décidée par Nicolas Dupont-Aignan en 1995 fut telle qu’elle s’est répercutée d’année en année, doucement mais sûrement, faisant aujourd’hui de Yerres, la ville la plus taxée de France.

Mais regardons les chiffres d'un peu plus près, tu connais ma passion pour le calcul.

En 2012, les impôts locaux à Yerres ont atteint un montant total de 33 278 533€ soit une augmentation totale de 51,38% en 10 ans.

Mais Nicolas Dupont-Aignan n'a pas augmenté les impôts depuis 1996.

Sur le graphique ci-dessous, on peut voir pour chaque année la part prélevée par la commune (en bleu foncé), le département et la région.

En 2002, la municipalité a empoché 15 699 218€ et en 2012: 21 055 939€.

Soit une augmentation de 34%.

Mais Nicolas Dupont-Aignan n'a pas augmenté les impôts depuis 1996.


Petit détail qui tue: la zone bleu ciel, c'est intercommunalité du Val d'Yerres (CAVY), présidée par Nicolas Dupont-Aignan et dont la dette  s'est envolée depuis 2007. Donc la CAVY s'est également servie dans le portefeuille des Yerrois.

Mais Nicolas Dupont-Aignan n'a pas augmenté les impôts depuis 1996.

Source des chiffres et du graphique: site de la ville de Yerres et Nos impôts

17 commentaires:

  1. Robert Marchenoir6 juin 2014 à 15:12

    Excellent. Comme quoi les gauchistes peuvent être opposés aux impôts quand ça les touche directement.

    Encore un tout petit effort, et vous deviendrez "ultra-libérale"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où avez-vous lu que j'étais opposée aux impôts?
      Ne déformez pas mes propos je vous prie, je n'ai jamais écrit rien de tel.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir6 juin 2014 à 17:07

      Mais c'est vous qui déformez mes propos ! Je ne peux pas avoir lu précédemment que vous étiez opposée aux impôts, puisque c'est la première fois que je vous lis.

      J'ai écrit : les gauchistes peuvent être opposés aux impôts (donc les gauchistes en général, pas vous spécifiquement), et j'ai cru comprendre -- mais veuillez rectifier si je me suis trompé -- que vous êtes de gauche.

      D'autre part, vous conviendrez que la gauche, globalement pour ne pas dire dans sa grande majorité, est plutôt favorable aux impôts.

      Enfin vous ne pouvez pas nier que la quasi-totalité des gens de gauche se disent opposés au libéralisme, dont l'un des piliers est la croyance dans les effets bénéfiques d'un bas niveau d'imposition.

      Supprimer
    3. Là, je ne dis pas le contraire. Mais quand j'ai lu votre commentaire "Comme quoi les gauchistes peuvent être opposés aux impôts quand ça les touche directement", j'avoue ne pas avoir compris le rapport avec le présent billet qui ne critique pas les impôts en soi mais comment NDA communique sur ceux de Yerres en disant n'importe quoi.

      Supprimer
  2. Faut-il que vos concitoyens soient des buses arriérées, pour réélire triomphalement depuis près de 20 ans un type qui les pressure à ce point !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont pas les mêmes qui le réélisent depuis 20 ans hein.
      Mais c'est en effet une bonne question que j'ai déjà soulevée maintes fois ici.

      Supprimer
    2. Mainte fois, "mainte" au singulier : c'est plus élégant. (C'est dans la dictée de Mérimée.)

      Supprimer
    3. Et dire que j'ai déjà fait mainte fois cette dictée.

      Supprimer
  3. je me demande ce que fait "Zeredac" dans ta blog liste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien. Ça fait plusieurs jours que j'essaie de mettre à jour ma blogroll... Zeredac était un truc bien pendant la campagne de 2012 et puis c'est devenu ça. Je l'ai viré de mes abonnements ET de ma blogroll à 2 reprises mais il revient.
      Je crois qu'il va falloir que j'emploie les grands moyens pour tout remettre au propre là-dedans.

      Supprimer
  4. Tu as essayé de regarder du côté des amis et relations de Dupont-Aignan, c'est souvent là que se cachent les explications.
    Sinon, c'est un défi mais un défi qui peut se gagner: être 10 kms au-dessus de ce type, il finira par tomber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un défi qui peut se gagner en effet. A nous d'être sur tous les fronts pour dénoncer ses inepties et ses contradictions!

      Supprimer
  5. Recettes augmentées ne signifient impôts augmentés au sens où vous l'entendez.
    Rien ne dit que la base de prélèvement est été constante; l'augmentation des prélévements pour l'intermachin peut par exemple correspondre à l'entrée de nouvelles communes dans la structure ...

    Quant à l'évolution du budget communal (d'ailleurs modeste et en ligne avec l'inflation) elle doit prendre en compte l'accroissement ou la diminution de la population, des ses revenus etc pour pouvoir être interprétée;

    Vous avez probablement raison sur le fond (les impôts ont augmenté) mais ça reste à prouver ...

    Nathan b

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathan pour des précisions. Les chiffres n'étant pas mon fort comme vous l'aurez compris, si ma taxe d'habitation par exemple augmente plus que l'inflation, on peut en déduire que les impôts augmentent ou pas? Sachant que la population augmente elle aussi.

      Supprimer
    2. voila c'est ça ! la preuve que vos impôt augmentent c'est votre feuille d'impôts ! (pas la peine de la publier, on vous croit)

      Nathan b

      Supprimer
    3. Ah ben voilà. Merci Nathan!

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise