mercredi 18 juin 2014

Réforme des rythmes scolaires: et Nicolas Dupont-Aignan sortit un référendum de son chapeau

Je ne fiche plus grand chose sur ce blog depuis plusieurs jours. Mes activités d'élue me prennent beaucoup de temps, mais je ne m'en plains pas. C'est passionnant. C'est très prenant et même si notre maire affiche des scores électoraux aux municipales qui pourraient nous sabrer le moral, il n'en est rien.

Au contraire en fait.

Entre la Fête des associations dimanche, le Comité Consultatif sur la Vie Scolaire de lundi dernier et la préparation du Conseil Municipal de vendredi prochain, je ne sais plus où donner de la tête. Donc j'imagine que Monsieur le Maire ne m'en voudra pas si je n'assiste pas à la sauterie champêtre en mode garden party de vendredi après-midi.

J'ai un drôle de sentiment vis-à-vis de Nicolas Dupont-Aignan depuis plusieurs semaines. J'ai l'impression que comme il en est à son 4ème mandat et que ce sera le dernier, il est en train  de lâcher les ballons. Il manifeste de plus en plus souvent en certain mépris vis-à-vis des Yerrois qui n'en finissent plus de m'envoyer des mails pour savoir ce que je pense de telle ou telle décision:
Dans une ville où notre liste n'a récolté que 11% des suffrages, je ne m'attendais pas à être à ce point sollicitée par des Yerrois inquiets, ou surpris par les décisions municipales. Les deux dernières en date ne sont pas piquées des hannetons:


Alors que Nicolas Dupont-Aignan avait soit-disant placé la jeunesse et la petite enfance au cœur de son programme électoral, j'avoue que toutes les décisions qu'il sort de son chapeau depuis qu'il a été élu me laissent sans voix.
Lundi soir, après le CCVS, j'ai été interpellée par plusieurs parents stupéfaits devant autant d'obstination et face un maire totalement sourd à leurs demandes. Ils ne comprenaient pas. Ils m'ont demandé des explications que j'ai bien entendu été incapable de leur fournir puisque je ne suis élue que depuis 2 mois et que je suis dans l'opposition.
Ce à quoi l'une d'entre elle a répondu:
"Vous êtes dans l'opposition? Ah ben si j'avais su, j'aurais pas voté pour lui".
Toujours est-il que les mesures que je viens de citer, si elles ne me surprennent guère venant de Nicolas Dupont-Aignan, la communication qui les entoure, elle, me surprend. Car ici à Yerres, le maire a toujours eu la réputation d'être un bon communicant à l'écoute de ses concitoyens (réputation que je ne partage pas tu t'en doutes). Mais les parents que j'ai écoutés lundi soir étaient unanimes: les soit-disant concertations que la mairie a organisées autour de la réforme des rythmes scolaires n'ont servi strictement à rien puisqu'ils ont eu la même réaction que moi en entendant la proposition de référendum pour le début de l'année 2015: la stupéfaction.

Affaire à suivre.

16 commentaires:

  1. diantre ! des flics à la place d'assistantes maternelles ?! il a un grain dans son melon là.
    Il espère faire une ville hypersécurisée au détriment de l'éducation ?
    Je suis content car les Yerrois semblent se réveiller enfin même si ce n'est qu'un début.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant plus qu'avec notre centaine de caméras de vidéo-protection, on est tout de même suréquipés pour une ville de 30 000 habitants.
      Et puis, c'est pas comme si nous n'étions pas en pénurie de places de crèches familiales et/ou collectives...

      Supprimer
    2. 100 caméras pour 30.000 habitants, c'est pas beaucoup.

      Je veux dire: pas beaucoup pour faire de la "vidéo-protection".

      Pour faire de la de la vidéo-surveillance, en revanche, je crois que ça suffit. A vrai dire, on peut surveiller un cheptel de 30.000 têtes avec beaucoup moins: quelques caméras bien placées suffisent. J'espère que votre abonnement à l'entreprise ne coûte pas à la peau des fesses à la commune, ce serait trop payer: payer pour se faire surveiller et payer pour être protégé, c'est pas la même chose, et souvent, les entreprises vendent de la surveillance au prix de la protection.

      Le client final ne perçoit pas la différence - pourtant très nette- entre la vidéo-protection et la vidéo-surveillance.

      C'est le cas à Yerres?

      Supprimer
    3. Alors figure-toi que tu poses une très bonne question. Jusqu'à il y a quelques mois (peut-être 1 an), la municipalité parlait de vidéo-surveillance. Puis elle s'est mise à parler de vidéo-protection.
      Depuis que le langage officiel est passé à "vidéo-protection", je me suis fait - comme par hasard - éclater le rétro de ma voiture sous une caméra.
      Naïvement, je suis allée au poste de police municipale en leur demandant s'il ne serait pas possible de visionner les bandes pour retrouver le coupable (je t'abrège hein, je l'ai pas demandé comme ça mais ça revenait à ça).
      Et on m'a répondu que non, les caméras ne servaient pas à ça mais aux atteintes aux personnes. Je leur ai donc demandé si un visionnage aurait été possible si j'avais été agressée au volant de ma voiture et ils m'ont répondu "ah là, oui on se serait servi des bandes".
      Que dois-je en conclure?

      Supprimer
    4. que les bandes de visionnages ne servent qu'a des cas précis et que tout débordement d'usage sera sévèrement prohibé même si c'est suivre une logique shadokienne.
      Tu n'as pas remarqué que les aberrations d'usage sont très nombreuses en France ?
      Comme disons, à gaille, des caméras qui te bouffent un budget mais dont l'usage est très très limité et ne peut être étendu à d'autres cas parfaitement compréhensibles et logiques totalement pourvus de bon sens. CQFD, ce n'est pas le bon sens qui prime l'usage de ces caméras. Conclusion : Yerres se flique toute seule et a ruiné ses fonds en caméras à usage sporadique.

      Supprimer
    5. C'est en effet l'impression que ça donne...

      Supprimer
  2. Je vous signale, très Chère, qu'il faut une espace avant le "deux points"…

    Sinon, pour répondre à l'inénarrable Monsieur Mika, je ne vois pas bien ce qu'une assistante maternelle (qui, je suppose, est là pour changer les couches et nettoyer les traces de vomi – ce qui n'est d'ailleurs pas sans utilité ni même noblesse) a à voir avec l'éducation.

    Ce qui serait amusant, ce serait d'affecter les deux policiers remplaçants à l'école maternelle. Juste popur voir comment ils s'en tireraient, ces grands zouaves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais qu'il faut un espace devant 2 points. Mais comme je tape directement sur Blogger et qu'en anglais, il n'y a pas ces deux points, il arrive fréquemment que j'oublie de corriger.

      Vous conviendrez qu'une assistante maternelle n'est pas là que pour nettoyer le vomi et changer des couches hein... Ou alors, c'est que l'enfant a un souci si à 3 ans, il a toujours ce genre de problèmes...

      On pourrait aussi parler d'éveil, d'apprendre à manger tout seul... On n'est pas très loin de l'éducation non?

      Très bonne idée sinon pour les policiers. Le conseil municipal étant vendredi, je ne manquerai pas de suggérer cette idée à notre cher édile.

      Supprimer
    2. UNE espace, bordel !!
      (vous avez cru que Didier Goux employait le féminin pour vous taquiner ?)

      Supprimer
    3. En fait non. Mais comme je fais très souvent des fautes de frappe, je n'ai pas relevé.
      Comme dirait l'autre, ça arrive aux meilleurs...

      Supprimer
  3. "Je ne fiche plus grand chose sur ce blog depuis plusieurs jours." → Perso je commence à culpabiliser au bout d'un mois ^^

    Sinon, honte à moi qui n'ait pas beaucoup de connaissances de nos institutions mais le coup du référendum sur les rythmes scolaires, c'est légal ? Parce que je n'ai pas souvenir que d'autres communes, plus ou moins réticentes, y ont eu recours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un référendum local, oui c'est légal. Mais un référendum sur le décret d'une loi, je ne suis pas experte.
      Quand bien même ce serait légal, ce serait débile dès lors que notre maire est sensé appliquer ce décret.

      Supprimer
    2. Voilà, c'est pour ça que ça m'intrigue, si toutes les communes pouvaient avoir recours au référendum pour une loi qui ne leur plait pas (au hasard, le mariage pour tous par exemple), la constitution, le Journal Officiel...ne serviraient à rien vu que le pays serait éclaté entre différentes législations.

      Supprimer
  4. Nicolas Dupont-Aignangnan une tronche de premier de la classe, le charme discret d'une théière, le dynamisme politique d'un balladurien et il voudrait séduire à droite ? Mais il n'a pas compris qu'à droite c'est plein ! On y retrouve le socialistes déçus, les UMP furieux d'avoir été escroqué, les deux FN, alors un Dupont-Machin de plus elle va exploser, la droite. Et alors à gauche que reste-t-il ? Méluche, bien seul au milieu du désert...

    RépondreSupprimer
  5. Je pige pas. En quoi ca concerne la mairie les assistantes maternelles? A part donner l'agrement (et encore c'est pas la page?). Toutes les aides viennent de la caf pas des mairies

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise