mercredi 5 novembre 2014

Hommes et femmes égaux devant le diktat du marketing

Jegoun m'a dédié son billet intitulé: "Encore une inégalité hommes-femmes!"
Allez le lire, j'ai rigolé. Même si sur le fond, il n'y a pas de quoi rire.
Il y est question des différences de prix entre certains produits ou services de grande consommation selon qu'ils s'adressent aux femmes ou aux hommes.
Nous sommes des moutons et des brebis. on suit le troupeau et les femmes achètent des machins "pour femme" et les hommes des bidules "pour homme". Et il s'avère que les machins "pour femme" sont plus chers que les bidules "pour hommes".

Les exemples cités sont les rasoirs, le pressing et le coiffeur.

J'avoue que ça me fait une belle jambe, c'est le cas de le dire, puisqu'il m'arrive fréquemment de chourer un rasoir à Monsieur pour faire ce que j'ai à faire et que ça rase bien mieux que les Bic jetables à 2 balles (façon de parler) qui te déchirent la peau (au sens propre). 
Cette histoire de rasoir me fait penser à l'épilation. Est-il normal que les prestations d'un salon de beauté soient plus chères pour les hommes que pour les femmes? Est-il normal que certains salons refusent d'accueillir les hommes?

Le pressing, je n'y vais pas. Mais quand bien même j'irais, je serais bien curieuse qu'on me démontre par A + B en quoi repasser une chemise "de femme" (appelée "chemisier" dans le jargon) est plus compliqué que de repasser une chemise d'homme. Jusqu'à preuve du contraire, les hommes étant en moyenne plus grands et larges que les femmes, la plupart de leurs chemises sont 2 fois plus grandes en long et en large que celles des femmes, non? Donc pourquoi cela coûterait-il plus cher de repasser une chemise d'homme que celle d'une femme? Parce que, selon Monsieur Pressing, les chemises des femmes sont ajustées aux entournures et à la poitrine et que donc, le slalom du fer à repasser est plus ardu.

Argument en polyester selon moi.

Pour le coiffeur, je suis d'accord, il y a de l'abus. Pourquoi un type aux cheveux longs, voire plus longs que ceux d'une femme, paierait-il moins cher sous prétexte qu'il est un homme?

Je pose la question.

Dans le commentaire que j'ai laissé chez Jegoun, j'évoque le cas des assurances auto qui, jusque très récemment, coûtaient moins cher aux femmes sous prétexte qu'elles étaient moins souvent impliquées dans des accidents de la route que les hommes. Je suis ravie que ce ne soit plus le cas. Les assurances auto fonctionnent déjà en bonus-malus et je trouve tout à fait normal qu'on n'ait pas un bonus d'office au moment de la souscription juste parce qu'on est une femme.
Il y en a que ça choquent et qui considèrent que le réajustement à l'équité des assurances auto est une mauvaise chose pour les femmes.

C'est complètement con.

Que Bercy, via la DGCCRF, ait "ouvert une enquête" comme on dit est plutôt une bonne chose. C'est à cela que sert la DGCCRF et les agents du Pôle C de la DIRECCTE. Donc, je n'ai rien à redire là-dessus. En revanche, ce que je crains c'est que les grandes marques et services soient obligées de rétablir leurs prix à l'équité, que ce réajustement soit fait à la hausse et qu'on soit tous-tes perdant-e-s.

Alors que si on n'était moins victimes du marketting, il nous suffirait à nous, les femmes, d'acheter des rasoirs de mecs et d'affirmer quand on va chez Monsieur Pressing que non non non cette chemise n'est pas une chemise de femme, c'est celle de mon fils de 14 ans. Il suffirait que toutes les femmes aux cheveux courts exigent de payer le forfait homme pour une simple coupe brushing et le tour serait joué.


Ça ne se passe pas comme ça parce que nous sommes des moutons et des brebis et quand on erre comme une âme en peine dans les rayons XXXL du supermarché du coin, il ne nous viendrait pas à l'idée nous, les femmes, d'acheter, un rasoir pour eux, les hommes. Enfin si, on peut acheter un rasoir pour lui hein. Enfin bref, tu as compris. De même qu'il ne nous viendrait pas à l'esprit d'offrir un parfum qui sent la vanille à Monsieur et un qui sent le cèdre à Madame. Et pourquoi donc? 

Je pose la question.

Tiens, récemment, il y a truc qui m'a chiffonnée, moi la gonzesse forcément victime futile de la mode. Je suis allée faire les boutiques avec Monsieur pour qu'il s'achète des fringues, et bien j'ai relevé une autre injustice bassement consumériste: la disproportion criante entre le nombre de boutiques "pour femmes" et celles "pour hommes". 9 boutiques sur 10 sont pour nous, les femmes. Et je ne te parle pas des prix ou, clairement, un futal pour homme est bien plus cher qu'un futal pour femme dans des enseignes équivalentes (Jules/Camaieu ou Celio/Etam).

Tu trouves ça normal?

On pourrait déblatérer comme ça longtemps sur:
  • les yaourts machins, 
  • les vins trucs, 
  • les bières comme ci ou comme ça, 
  • le gel douche, 
  • le shampooing, 
  • les brosses à dents, 
  • les brosses à cheveux adaptées à la poigne virile et ferme de l'homme, 
  • la brosse à dents "pour elle", 
  • la brosse à dents "pour lui", 
  • le stylo Bic (tiens encore cette marque) "for her", 
  • les Apéricubes "spécial soirée entre greluches", 
  • le GPS pour elle en mode "orientation pour les femmes qui n'ont évidemment pas le sens de l'orientation". Ah oui mais ouf! Il est rose, nous sommes sauvées les filles!
  • Les chaussettes Kindy en taille 36-40 moins chères que celles en 40-44
On pourrait aussi saisir la DGCCRF pour qu'elle contrôle les prix de certaines enseignes de prêt-à-porter qui, selon que tu sois rachitique ou obèse, te proposent des fringues dont le prix varie du simple au triple. Et Monsieur Pressing, il en pense quoi? A quand une facturation plus importante pour les chemises d'hommes en taille 72?
 
Tiens! Un autre truc me vient à l'esprit. Est-il normal que certaines boîtes de nuit pratiquent des tarifs moins chers, voire carrément la gratuité, pour les femmes? Ça les choque pas ça les féministes en béton armé? Et les sites de rencontre? Est-il normal qu'ils soient eux aussi moins chers, voir carrément gratuit les premiers mois, pour les femmes tendis que les hommes paient plein pot?

Elles en pensent quoi les féministes en polyuréthane?

Bienvenue dans le monde merveilleux du marketing.

26 commentaires:

  1. Ah vous êtes contente de payer plus cher d'assurance, au nom de l'égalité. C'est à ce genre de choses que l'on reconnait les fanatiques.

    90% des accidents de la route doivent être le fait des hommes, une prime d'assurance étant calculé selon des statistiques et des probabilités, il était normal de tenir compte de cet élément. Mais bon le féminisme a déjà pourvu les capitalistes d'une armée de travailleuses pauvres, maintenant il donne de l'argent aux assureurs, et demain il exigera que les hommes payent 25 euros de coiffeur (pour 15 min de coupe) pour que ce soit comme les femmes (30 min à 1h de coupe). Et biensûr vous voulez aussi qu'on paye plus cher nos rasoirs.

    Sinon la liberté des prix, la liberté du vendeur et de l'acheteur ? On en a rien à foutre n'est-ce pas. une assoc de féministe sait bien mieux qu'un commerçant ou un industriel et bien mieux que les acheteurs combien un produit doit être vendu, c'est évident.

    Allons plus loin, interdisons tous les produits "genrés", obligeons tout le monde à sa raser le crâne au nom de l'égalité (5 euros le coup de tondeuse égalitaire >>> hop des économies)

    Vraiment la dernière indignation en plastique d'urbaines désœuvrées, elles ont une cause à leur niveau je suppose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soit mon billet n'est qu'un condensé de charabia imbitable, ce qui est fort possible.
      Soit vous avez lu de travers.
      Soit vous n'avez rien compris.
      Je n'ai jamais dit qu'il fallait payer plus cher au nom de l'égalité, j'ai dit qu'il fallait payer le même prix au nom de l'égalité. Et que si les femmes conduisent lieux que les hommes, elles auront davantage de bonus et vice-versa. Normal quoi.
      J'ai même écrit qu'avec ce genre de revendications, on s'exposait tous à une hausse généralisée des tarifs.
      J'ai aussi écrit que nous n'étions que des moutons et des brebis victimes du marketing et que si les femmes sont assez idiotes pour acheter un rasoir 3 fois plus cher, c'est leur problème.
      Sinon, rapport au coiffeur, suffirait de pratiquer 2 tarifs: un pour cheveux longs, un pour cheveux courts et le problème serait réglé.
      Z'avez lu en biais ou quoi?

      Supprimer
    2. Quand tu coupes un cheveux, qu'il fasse 20 cm de long ou seulement 0,5 cm ne change rien à l'affaire: tu le coupes.

      Même chose pour une corde: elle peut faire 300 m de long ou seulement 10.

      Alors faut savoir ce que tu payes: la coupe ou la longueur du cheveu? Le client veut payer au kilo de cheveux par terre (donc en fonction de la longueur des cheveux). Le coiffeur veut être payé en fonction de son travail, donc de la coupe.

      La vraie distinction c'est pas entre hommes ou femmes, c'est avec les chauves. Pourquoi un chauve paye autant? Là y a une grosse discrimination et l'Europe ne fait rien, ce qui est un vrai scandale.

      Mais l'insurrection va venir, j'te le dis.

      Supprimer
    3. Je vais lancer une pétition pour les chauves.

      Supprimer
  2. Une bricole : tu parles de la DGCCRF. Que ces braves gens fassent ce qu'ils veulent dans le cadre des missions qui leur sont filées (et dans le cadre de leur budget disponible, parce qu'à mon avis, heu...). Néanmoins, les dépêches qui parlent de cette histoire parlent du ministre de tutelle, ça devient donc politique.

    Le fond : est-ce qu'une loi empêche de faire des tarifs différents ? A priori non : la DGCCRF n'a donc probablement rien à faire. Néanmoins, le cas des boites de nuit qui accord la gratuité aux femmes serait probablement intéressant à étudier.

    Surtout, tu mets le doigt sur le "vrai sujet" : le marketing. Tu parles des pantalons pour homme, par exemple. On pourrait parier que la majorité des hommes se fout totalement des pantalons qu'il porte. C'est du moins mon cas. Ca fait des semaines que je porte le même pantalon pour aller bosser (je le lave le week-end, hein !). Donc, quand j'achète un pantalon, je préfère y mettre le prix, ça me rassure sur la qualité. On pourrait faire un commentaire de trois pages à ce sujet mais il est probable que l'achat de fringues est un truc féminin (je ne te parle pas d'inné ou d'acquis et de ces choses : je veux bien croire que ça vient de l'éducation). C'est un sujet que je médite souvent : mon appartement (qui est petit, d'où ma méditation) est plein de choses achetées par des femmes de la famille. Par exemple, j'ai deux étagères de 80 cm sur lesquelles sont entassées des serviettes de toilettes offertes par des tantes qui ne savaient pas quel cadeau faire à un neveu pour ses 18 ou 20 ans sans même penser que ma mère m'avait fait le même cadeau. Un gars qui s'installe doit avoir des serviette de toilettes. Mes héritiers auront des serviettes qui n'ont jamais servi, vu que j'ai une serviette de bain que je colle dans le lave linge sèche linge après ma douche du matin ou du soir et la récupère pour la prochaine (je ne dis pas que l'achat compulsif est féminin mais que l'achat de certains truc l'est. Les mecs ont leur défauts, aussi, j'ai aussi des étagères pleines de trucs que j'ai acheté quand j'ai emménagé et qui ne me servent à rien).

    Toujours est-il que les hommes achetant globalement moins souvent certains types de fringue, il est logique que le marketing décide de le leur faire payer plus cher...

    Aussi, quand le femmes sont prêtes à dépenser plus pour d'autres âneries, ce n'est pas à des militantes politiques, des féministes, de se saisir du dossier pour le refiler au ministère en charge de la consommation (elles peuvent le faire au ministère en charge du droit des femmes si la loi n'est pas suffisante).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que dans le fond, je suis assez d'accord avec toi. Et surtout ta conclusion, elles auraient en effet du saisir le MDDF... Ou faire une class action!
      Je reste convaincue que si les femmes et les hommes sont insatisfaits de tel ou tel produit, ils ne tient qu'à eux de se tourner vers d'autres produits. Donc si des femmes acceptent de payer 3 fois plus cher un rasoir rose qui rase pareil qu'un bleu, c'est qu'elles sont pas fute fute.

      Supprimer
  3. EloÔoÔody ! ..... En tant que travailleuse agricole je tiens à te signaler que les moutons ne sont pas les mâles des brebis ... En effet les brebis sont bien des femelles , mais les mâles sont des béliers ....
    Les moutons sont des mâles castrés ..... Ceci dit on peut tous les tondre , mais il est plus facile de tondre une brebis qu'un bélier ..... Bon , une tondeuse à cheveux c'est pas cher et tu peux aussi te tondre la toison avec et ça fait des économies de coifeur .... Je ne vais jamais chez le coifeur alors je ne sais même plus comment ça s'écrit .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Scuse moi Stéphanie mais j'ai l'impression que tu te goures.
      "On désigne le mâle et la femelle, sans faire de distinction de sexe, sous le terme générique de mouton." selon Wiki

      Supprimer
    2. Les moutons sont des animaux à poil laineux ......
      A poil les nœuds ! ..... A poil les nœuds ! ...... A poil ! .......

      Supprimer
  4. "Est-il normal que certaines boîtes de nuit pratiquent des tarifs moins chers, voire carrément la gratuité, pour les femmes? Ça les choque pas ça les féministes en béton armé?"
    Bien sûr que si. Ça veut simplement dire que la femme est le produit. C'est comme chez Google, si tu payes pas, c'est que le produit, c'est toi. Les féministes sont au courant et le disent depuis longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Est-il normal que LA femme soit le produit des boîtes de nuit"?

      Supprimer
    2. De plus, pour ce qui concerne les boîtes de nuit, c'est un produit qui n'était jamais disponible en rayon quand moi j'y allais…

      Supprimer
    3. Forcément, Didier, à force de fréquenter des boîtes pour pédés...

      Supprimer
    4. Détrompez-vous : il était plutôt plus facile de ramasser des filles dans les boîtes de pédés que dans les boîtes normales. Certes, il s'agissait de boudins pas très loin de la démence, mais enfin ça restait un vagin avec du gras autour.

      Mais, évidemment, une fois qu'on était là, le plus simple et le plus convivial était encore de se taper un mec, ou alors un travelo histoire de concilier les extrêmes.

      Supprimer
    5. Vous allez encore nous indisposer la taulière…

      Supprimer
  5. Sinon, le plus simple, je crois, c'est de ne plus acheter que du plug anal : ça, au moins, ç'a l'air tout à fait unisexe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout. Du moins pas plus que le rasoir.

      Faudrait faire une loi pour que le plug anal soit rose ou bleu selon à qui il s'adresse.

      Supprimer
    2. Vous allez encore nous indisposer la taulière…

      Supprimer
    3. rrrrôôôô mais enfin, pas pour si peu!

      Supprimer
  6. Ah le coiffeur !! J'ai beau exiger, rien n'y fait ! Et je ne comprends pas pourquoi je paye plus cher ! Et le commentaire de l'autre espèce de Buck est vraiment débile ! A une époque, Gots avait les cheveux longs, et moi (toujours) les cheveux courts : il passait plus de temps chez le coiffeur que moi !!
    Pour le marketing, j'essaie de le débusquer et de ne pas tomber dedans. Je n'ai jamais été très girly de toute façon ! C'est plus difficile avec Lili ... Je ne comprends pas comment, pourtant éduquer dans notre famille, elle est, elle, très fille que pour certaines choses ! C'est donc souvent la guerre ! Mais je pense qu'il est important de (tenter) lui faire comprendre ce type de marketing pour essayer de le contrer (tant faire ce peut et parce que vraiment ça m'insupporte !).

    RépondreSupprimer
  7. Il parait que tous les coiffeurs sont homossexuels ......
    C'est un mouton tondu qui me l'a dit .......
    Mais je sais pas si c'est vrai ........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a du fumer la moquette confectionnée grâce à sa laine.

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise