mardi 21 avril 2015

Hé Madmoizelle, j'peux t'aider ? T'es charmante !

Yo.
La grande classe dans le métro. 
Hier, lors de ma petite virée parisienne sous le soleil à l'occasion d'une visite du SIG (Service d'Information du Gouvernement), j'ai pris mon courage à deux mains, ou plutôt à deux béquilles, pour me traîner jusque rue de Constantine dans le 7ème arrondissement.
Oui, figure-toi que je suis équipées de deux cannes anglaises, comme dirait ma grand-mère, depuis 15 jours à cause d'une fichue fracture de fatigue du 2ème métatarse.
Je t'interdis de rire.

Mais qu'à cela ne tienne, je n'allais pas refuser une telle invitation. Me voilà donc partie et arnachée pour un périple d'une heure. La joie des transports en commun quand tu es en béquilles, c'est de voir les gens te laisser leur place assise, tant tu leur fais de la peine. Je ne vais pas te mentir, je ne suis pas tomber sur d'affreuses manifestations d'incivisme.

C'est plutôt le retour qui fut épique. A croire que j'avais rendez-vous avec le seul relou de la journée entre Bibliothèque François Mitterrand et Gare de Lyon. En dépit du fait que je me débrouille comme une cheffe (si on met de côté les 2-3 coups de béquilles que je distribue malgré moi dans mes diverses contorsions) et que j'avais mes écouteurs vissés aux oreilles, j'ai eu le droit à un échange que Sophie de Menthon pourrait qualifier de "plutôt sympa".
Lui - Hey Mad'moizelle, j'peux t'aider ?
Moi - Pardon ?, dit-elle en lâchant une béquille pour retirer un écouteur.
Lui - T'as b'soin d'aide Miss ?
Moi - On s'connaît ?
Lui - Nan mais si y a moyen, chui preneur hein, t'es charmante.
Moi - Merci, ça ira pour aujourd'hui.
Et le meilleur pour la fin :
Lui - Vas-y, fait pas ta pute, va crever avec ta jambe de bois !
Moi - Dégage, enculé !
Lui - Pouffiasse.
... Et les portes salvatrices du métro 14 se sont refermées sur cet échange poétique et revigorant, malgré la frustration de ne pas avoir eu le dernier mot.

Alors évidemment, point de sifflet ni de main au cul... Donc, de quoi me plains-je

Mais de rien. Sinon que j'ai essayé deux secondes d'imaginer la scène dans l'autre sens où, moi, j'aurais interpellé un beau gosse en béquilles pour lui demander si "y avait moyen". Ça n'a duré que deux secondes.

Et ensuite, j'ai pensé à Sophie de Menthon. et je me suis dit que j'étais vraiment une vieille réac qui n'a pas le sens de l'humour et qui ne sait pas saisir la courtoisie quand elle s'offre à moi sur un plateau d'argent.

J'ai lu le rapport du Haut Conseil à l'Egalité Femmes-Hommes qui affirme que 100% des femmes ont déjà été harcelées dans les transports. Et contrairement à Sophie de Menthon, je ne l'ai pas trouvé "sympa" mon boulet de la ligne 14. Mais alors pas du tout.

Sans doute mon côté réac.

Enfin, c'est à Sophia Aram que j'ai pensé. Ou plus exactement à son billet d'humeur hier sur France Inter:
"Dans le cadre d’une envie commune, se faire peloter les fesses c’est formidable. Mais dans la rue ou dans le métro, et sans aucune autre forme de procès, c’est une atteinte à son intégrité physique. Pour s’en rendre compte, il faut imaginer toutes les femmes se mettant à faire des chat-bites à tous les mecs qui leur plaisent dans la rue ou dans les transports en commun. Mais entendons-nous bien, l’idée n’est pas de tuer dans l’œuf toute tentative de drague ou de séduction, du moment que ça se passe dans une relation équilibrée, consentie et réciproque...mais certainement pas dans une relation inégalitaire dans laquelle un homme rabaisse une femme au niveau d’un clébard que l’on siffle pour lui demander de revenir aux pieds de son maître."



... Mais rien avoir non plus, me répondra Sophie de Menthon.

Et elle aura raison. Je n'ai été ni sifflée, ni pelotée, ni violée.

Épiphénomène de la vie ordinaire.

28 commentaires:

  1. On espère seulement que votre harceleur n'était pas maghrébin, sans quoi vous ne seriez qu'une vilaine raciste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien figurez-vous qu'il n'en avait même pas l'ombre d'un air...

      Supprimer
  2. Bon courage pour les béquilles...

    RépondreSupprimer
  3. Fallait lui donner un coup de béquilles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'a traversé l'esprit figure-toi.. Mais pour quel motif? Une insulte?

      Supprimer
  4. Moi - Dégage, enculé !

    Rhooo...mais comment vous parlez aux jeunes vous ?
    C'est à vous dégoûter d'être bienveillant avec les femmes.

    RépondreSupprimer
  5. Ouah ! Béquilles et métro, même à TF1, ils n'auraient pas osé pareille aventure ;)
    Sinon, comme Jegoun, un bon coup de canne anglaise, bien placé surtout.
    Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais une GoPro embarquée mais c'est un secret.

      Supprimer
  6. Moi j'utilise " CHINGDUR " de chez " PURPURIN " ... C'est un parfum rural que je fais moi-même ...
    C'est assez efficace pour dissuader les mecs ... Le seul problème c'est que ça attire les cochons .... Mais à la campagne c'est pratique .........................

    RépondreSupprimer
  7. Rhoooo ... je vous trouve tous bien durs ... ce pauvre chaton avait juste besoin qu'on s'intéresse à lui pour se sentir vivant ... tiens! la prochaine fois, propose lui un câlin (assure toi d'abord d'avoir un copain ou une copine pas trop loin, hein, faut pas pousser non plus !) ... Pour le coup, je parierai ma mini-jupe que ça lui est jamais arrivé à c't'oiseau là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tiens. J'aurais du essayer ça, c'est vrai.

      Supprimer
  8. Si c'est ainsi que tu traites tes admirateurs....

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Elody,

    Je crois que tu as manqué d'à-propos. Quand il t'a demandé si tu avais besoin d'aide, tu lui as fait une réponse en forme de répudiation: "on s'connait?" sous entendant par là "on n'est pas du même monde".

    Alors, c'est vrai qu'il te répond en brulant les étapes: "Nan mais si y a moyen, chui preneur hein, t'es charmante." Mais après tout, il ne parle que du moyen de faire connaissance, en t'aidant. Et là dessus, tu l'envoies chier, dans le genre de l'éternel féminin à qui on ose parler dans la rue sans lui offrir des fleurs.

    Certes, il ne t'a pas fait du Ronsard, mais toi, tu donnes l'impression de pas être seulement crispée sur tes béquilles. Tu es bien crispée aussi sur tes positions féministes de femme inatteignable, comme les vaches sacrées en Inde.

    Maintenant, je te dis ça, mais j'ai pas vécu la scène. C'était peut-être qu'un petit con qu'il fallait matraquer à coup de béquille en criant au viol, rien que pour le plaisir de lui apprendre la vie. Et histoire de se marrer aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne t'aura pas échappé que le "On s'connaît?" venait en réponse à son tutoiement hein...

      Supprimer
    2. Toutafé.

      Tutoiement = on est du même monde

      On s'connait? = nan, nan, on n'est pas du même monde.

      Mais en fait ce type, c'était un prince charmant déguisé en relou: t'as loupé une love story, Elody. Tu te l'es joué je-suis-une-femme-citadelle-de-vertu, façon princesse charmante dans son donjon défendu par un dragon féministe, et tu nous a refait Shrek, sans le happy end.

      Alors que la béquille est vachement sexy. Tous les motards te le diront: ils ont tous craqué pour une furie à béquille.

      Supprimer
    3. Ah merde. J'ai loupé un motard.

      Supprimer
    4. Et les trépidations de son terrible engin.

      Tu peux te morfondre.

      Mais avec du bol du pourras t'en faire un: il suffit de conduire une bagnole en parlant avec ta mère sur ton smartphone. Logiquement il devrait s'encastrer au niveau de ton aile avant gauche.

      Conserve la tôle, ça pourra faire un moule.

      Supprimer
    5. Les trépidations de son terrible engin ? .................... Un bon vibromasseur est suffisant et moins cher qu'une moto ............ Sinon il y a aussi le tracteur , genre un vieux tracteur de ton choix , "International farmar" par exemple , ou "Massey Fergusson" .......................

      Supprimer
    6. Fendt, pour moi. C'est pas que j'ai des goûts de luxe, mais j'aime sa couleur.

      Cela dit un tracteur, Stéphanie, reste plus cher qu'un vibro.

      Si tu aimes l'ancien, je te conseille l'inusable Avto, dont le charme soviétique, désuet, fait très passé à l'ouest.

      Envisager d'en garer un là où on met habituellement un vibro relèverait de la gourmandise, mais après tout, chacun ses fantasmes.

      Supprimer
    7. Ouaih ! Tchok ... Bon , en même temps rouler en Avto dans Paris ça craind , mais plus besoin de prendre le métro ... John Deere aussi c'est pas mal ... Sinon ya le toro Charolais garanti Bio ..................

      Supprimer
  10. La "Manifpourtous" devient un parti politique ... ça vient de sortir ... Conséquence dans le métro : Toutes les meufs habillées en rose et tous les mecs habillés en bleu , sinon pas le droit de prendre le métro ...

    RépondreSupprimer
  11. Phénomene typiquement parisien. A Londres, rien de comparable. Quelles causes, quelles solutions ?

    RépondreSupprimer
  12. On ne peut meme pas invoquer ton droit à l'autodefense (type cours de Krav Maga) puisque tu avais des béquilles ... ! (au passage, bon et prompt rétablissement,Elody !)

    RépondreSupprimer
  13. " Dieu se rit des hommes (et des femmes...) qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" » – Bossuet

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise