mercredi 2 décembre 2015

Pour l'égalité femmes-hommes, mon choix est fait. Ce sera Barto.


http://www.uneiledefrancehumaine.fr/projet/egalite-republicaine/

A moins que tu ne vives sur Mars ou Pluton, tu n'es pas sans savoir que ce week-end, nous votons pour les Régionales. Autant je pouvais concevoir le scepticisme des électeurs et des électrices pendant les Départementales puisque les départements (sur le plan administratif) ont vocation à disparaître, autant je ne conçois pas très bien qu'on ne s'intéresse pas aux compétences de la Région et qu'on préfère avoir poney ou piscine dimanche prochain.

Sur les réseaux sociaux, on flirte avec l'hystérie sondagière, on relaie à tour de bras les propositions nauséabondes du FN, non parce qu'on les cautionne, mais parce qu'on les dénonce. Et en échange, on se prend le retour du boomerang en mode "arrêtez ! Vous leur faites de la pub". Vaste débat. Si on n'en parle, ça leur fait de la pub. Si on n'en parle pas, on banalise. Donc je ne reviendrai pas sur les propositions de Marion Maréchal-Le Pen qui envisage de supprimer les subventions aux plannings familiaux si elle est élue.

En Île-de-France, côté droite dite "républicaine", on a Valérie Pécresse qui fait le grand écart entre la modérée Chantal Jouanno - qu'on n'entend plus guère d'ailleurs sinon pour déconner avec Stéphane Beaudet, tête de liste LR dans l'Essonne - et les militants de la Manif Pour Tous dont certains sont carrément candidats.

Côté droite dite "souverainiste", on a Nicolas Dupont-Aignan qui veut refiler toute sa réserve parlementaire aux forces de l'ordre pour les équiper de gilet pare-balle ou rouvrir de bagne de Cayenne pour les djihadistes, sans parler de ses propositions pour les Régionales qui se résument à peu près à ça : plus de pouvoir pour les automobilistes, plus de routes et moins de péages. Le train-train quoi. C'est le cas de le dire. Sans parler du fait que puisqu'il est déjà député et maire, il ne pourra pas être Président de  Région... Mais comme il ne gagnera pas, passons.

Bref. Pour gagner du temps, tu peux cliquer ici pour comparer les programmes de tous-tes les candidat-e-s de France. 

En ce qui me concerne, comme je suis une indécrottable féministe, je me suis intéressée quelques instants aux propositions de Valérie Pécresse et Claude Bartolone en matière d'égalité femmes-hommes.

Côté droite dite "républicaine", on peut lire page 22 du programme de Valérie Pécresse :
"Tous ceux qui prétendent à une subvention de la Région signeront une Charte par laquelle ils s'engagent à partager et mettre en œuvre les valeurs de notre République dont la laïcité et l'égalité homme-femme. Toute entorse à cette règle conduira à la suppression de cette subvention."
Louable intention. Ça ne mange pas de pain.

Sauf que...

En page 4 de son tract intitulé "Halte au gaspillage ! Pour une meilleure gestion", on peut lire ça:
"En finir avec le clientélisme et l'opacité.
Les subventions de la gauche que nous ne reconduirons pas:
Plusieurs dizaines de millier d'euros pour promouvoir la théorie du genre"
Outre le fait que la "théorie du genre" n'existe pas - mais ça, visiblement, ça dépasse Madame Pécresse - on est quand même en droit de se demander ce que deviendront - exemples parmi tant d'autres d'organismes créés et gérés par la Région Île-de-France - l'Institut Emilie du Châtelet (sans lequel je n'aurais tout simplement pas pu mener à terme mon doctorat d'histoire) et le Centre Hubertine Auclert qui, contrairement à Madame Pécresse, ont parfaitement intégré l'idée que les gender studies sont indissociables des droits des femmes et de la lutte en faveur de l'égalité femmes-hommes. 

Cela dit, venant de Valérie Pécresse qui considère que seules les femmes sont les plus aptes à faire le ménage, plus rien ne m'étonne. Sans compter ses exhibitions malheureuses aux côtés des réaco-conservateurs de la Manif Pour Tous avec lesquels elle a passé l'après-midi du 28 novembre dernier, accompagnée de Walleyrand de Saint-Just et de Nicolas Dupont-Aignan.

Du côté de Claude Bartolone, en revanche, c'est clair, net et précis. 
"Les droits des femmes seront grande cause régionale. Nous devons porter l’égalité partout. Les discriminations sont bien plus nombreuses et plus ordinaires qu’on ne le croit. Afin d’assurer le suivi de la politique de lutte contre les discriminations, une vice-présidente régionale aux Droits de femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes sera instituée. 
La Région fera inscrire sur le Pass Navigo et dans les rames de métro et de RER, le numéro d’urgence (appel et SMS) pour toute agression ou agissement sexiste."



2 lignes dans le projet de Valérie Pécresse. Plusieurs pages dans celui de Claude Bartolone.

CQFD.

6 commentaires:

  1. bon choix

    (et comme disait VGE bon choix madame, bon choix mademoiselle, bon choix monsieur)

    RépondreSupprimer
  2. Il était vraiment temps que vous nous faisiez part de votre décision : le suspense devenait franchement insoutenable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Néanmoins, je commence à trouver ça curieux, chez vous, cet enthousiasme systématique pour les futurs perdants…

      Supprimer
    2. Monsieur Goux, vous allez peut-être vous taper Hervé Morin, alors camembert!

      Supprimer
    3. Pour ce que j'en ai à faire…

      Supprimer
  3. De quoi parles-tu? La gauche actuelle, c'est le mépris de l'homme français blanc hétérosexuel et l'acceptation du mépris des femmes par les hommes musulmans. Pour la première affirmation, ce n'est pas forcément majoritaire au PS mais certaines femmes de gauche peuvent ouvertement vomir cette catégorie sans susciter de réaction à gauche. Votre camp est en plein délire...
    Did

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise