mercredi 20 janvier 2016

Ma lettre à Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de laFormation professionnelle et du Dialogue social

Myriam El Khomri
Toujours préoccupée du sort qui va être réservé aux demandeurs d'emploi dans les prochaines semaines, j'ai franchi un cap que je ne m'étais jusqu'alors jamais permis, écrire à une Ministre, à l'ancienne (la méthode hein, pas la Ministre), par voie postale.
Yerres, le 20 janvier 2016

Madame la Ministre,
Il y a longtemps que je nourris l’envie d’écrire cette lettre et je vous suis par avance très reconnaissante pour l’intérêt que vous y porterez.

Je me permets de vous contacter suite au billet que j’ai publié sur mon blog en réponse aux propos de Monsieur le Secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen sur la nécessité, selon lui, de moduler la durée et le montant des allocations chômage.
Vous trouverez ici le lien vers mon billet.

Volontairement acerbe et familier, ce billet a, contre toute attente, reçu une réponse de Monsieur Le Guen. Une réponse que j’estime très incomplète comme je le lui ai précisé. 
Vous trouverez ici le lien vers la réponse de Monsieur Le Guen.

Si je décide de vous écrire aujourd’hui, c’est parce que j’ai le sentiment que tous-tes les Ministres du Travail qui se succèdent font l’impasse sur un sujet fondamental dans le cadre de la lutte contre le chômage : les dysfonctionnements généralisés de Pôle Emploi.

Entre 2011 et 2013, j’ai moi-même été au chômage pendant 19 mois. Fort heureusement, j’ai retrouvé un emploi (précaire) 2 mois seulement avant la fin de mes droits.

Pendant ces 19 mois, je n’ai eu que trois rendez-vous avec ma Conseillère Pôle Emploi. Je ne saurais expliquer pourquoi. Sans doute est-ce parce que, vu mon profil, elle m’avait clairement avisée, lors du premier rendez-vous, qu’il ne fallait pas que je "compte sur Pôle Emploi pour retrouver un emploi". Ou peut-être est-ce parce que nous manquons cruellement de conseillers, qu’ils sont débordés et que leurs moyens ne leur permettent pas d’assurer un suivi humain et régulier.

Pendant ces 19 mois, je n’ai reçu que des offres d’emploi en totale inadéquation avec le profil "candidate" que je m’étais créé sur le site :
  • Bac + 8
  • Plus de 30 ans
  • Chargée d’études en sciences humaines
  • Chargée de recherche en sciences sociales
  • Journaliste
  • Chargée de communication
  • Community manager
En effet, je me suis vue tour à tour proposer les offres suivantes :
  • hôtesse de charme sur internet avec une webcam à domicile,
  • assistante sociale dans l’Armée de l’air,
  • conductrice de bus,
  • rabbin,
  • ou encore testeuse de jeux vidéo.
Ce panel d’offres d’emploi n’est que le reflet, hélas, de codes métiers dits codes ROME en totale inadéquation avec les métiers d’aujourd’hui et les domaines de compétences les plus recherchés actuellement. Je précise que j’ai également reçu un nombre incommensurable d’offres CUI-CAE ou d’emplois d’avenir alors que je n’ai jamais été éligible à aucun de ces dispositifs. 

Si je me tourne vers vous aujourd’hui, Madame la Ministre, c’est parce que j’ai la triste impression qu’aucun de nos responsables politiques ne mesure les réalités de la vie quotidienne d’un demandeur d’emploi.

Si je suis parfaitement consciente qu’il existe des abus, nous savons tous qu’ils ne sont pas majoritaires. Si je veux bien admettre que certains demandeurs d’emploi profitent et abusent d’allocations fort élevées sur un temps relativement long, nous savons également que cela n’en concerne qu’une infime minorité. 

Nous savons aussi que la moyenne du montant des allocations chômage versées se situe autour d’un SMIC, limité à 24 mois et que plus de 65% des demandeurs-ses d’emploi qui retrouvent un travail le font sans l’aide de Pôle Emploi : par leurs réseaux, leurs amis, leurs proches…etc. 

Par ailleurs, Pôle Emploi est devenu un organisme déshumanisé dont les offres sont sélectionnées par des algorithmes, dont le numéro de téléphone 39 49 est souvent saturé et, quand il ne l’est pas, la probabilité de parler à un interlocuteur qui connaît votre dossier est tout simplement proche de zéro. 

Être au chômage, Madame la Ministre, ce n’est pas seulement « profiter » paisiblement d’allocations autour de 1000 € par mois. C’est recevoir des offres d’emploi déprimantes. C’est rechercher inlassablement un interlocuteur disponible et capable d’accéder à l’historique de votre dossier qu’il soit face à vous ou au bout du fil. C’est envoyer des centaines de candidatures spontanées dont seulement un quart d’entre elles, dans le meilleur des cas, recevront une réponse. C’est « faire jouer son réseau », quand on a la chance d’en avoir un, pour espérer retrouver le chemin de l’emploi. C’est avoir honte aussi. C’est sentir la gêne et voir la mine contrite de celles et ceux à qui vous dites que vous êtes au chômage. C’est voir la fin du mois arriver le 5. C’est être privé de toute source de revenus pendant deux, trois ou quatre mois après la fin de son contrat, lorsqu’on a travaillé pour la Fonction Publique. C’est se sentir déclassé-e, à la marge, hors du circuit. 

C’est avoir le sentiment que celles et ceux, qui ont fait de la lutte contre le chômage une priorité, sont totalement déconnecté-e-s des réalités de la vie. 

Madame la Ministre, j’ai peu d’espoir quant à l’issue que vous donnerez à ma requête, mais je me permets néanmoins de la formuler. Je vous serais très reconnaissante de bien vouloir m’accorder un rendez-vous afin que je vous expose plus en détail la réalité du quotidien quand on est au chômage et que l’on n’a pour seuls interlocuteurs que des serveurs vocaux, des conseillers « décentralisés », et pour seules offres d’emploi que des fiches de postes sélectionnées par des robots. 

Je vous remercie chaleureusement pour l’intérêt que vous porterez à ma demande et, dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’expression de ma haute considération.


Elodie JAUNEAU

21 commentaires:

  1. Et hop! Je partage, peut-être auras tu une réponse ...Merci pour ce billet concernant une réalité que j'ignore totalement . ... et que dire alors des chômeurs de plus de 50 ans ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien !
      Il y a tant de choses à dire et je sais très bien que les chômeurs de plus de 50 ne sont pas en reste de tous ces dysfonctionnements.

      Supprimer
  2. Rabin c'est bien comme offre d'emploie .......... Moi j'aurais accepté aussitôt ............. Hôtesse de charme et assistante sociale dans l'armée de l'air c'est la même chose non ? ..... Hôtesse de charme dans l'armée de l'air c'est Koooool comme boulot .........

    RépondreSupprimer
  3. Je partage...Macron qui trouve "qu'être entrepreneur c'est plus dur que d'être salarié", n'a jamais dû passer par la case "Pôle emploi"...Comme la Ministre du Travail qui ne sait pas faire la différence entre un CDI et un CDD...

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Oui ! Je n'ai pas publié de billet de blog pour chacune des offres saugrenues que je recevais mais celle-ci disait en substance qu'il fallait avoir une bonne connaissance de l'histoire du peuple juif, parler hébreu, être bac +5 en sciences sociales, assurer des offices et des heures d'enseignement.

      Supprimer
  5. Hello la réponse si réponse il y a sera t elle publiée sur le blog ?

    RépondreSupprimer
  6. Le Guen ou Khomri ne présentent aucun intérêt, ce sont des un pions qui ne servent à rien, qui n'ont jamais rien produit de leur vie, pas même un seul clou.

    La politique Hollande, Valls, Macron est une impasse complète dans une Europe dirigée par des nuls du même acabit qui ne comprennent rien à l'économie.

    RépondreSupprimer
  7. Votre chômage est une insulte à une majorité de chômeurs. Le chômage n'a rien à voir avec une volonté politique et le pseudo "devoir" de vous fournir un emploi dans le domaine qui vous passionne.
    En tant que citoyenne de ce pays, j'ai besoin de plombier, de comptable, de professeurs, de doctorants en sciences humaines. Ce sont les citoyens qui décident par leur consommation, leurs besoins et leur choix de la proportion de chaque catégorie dans notre société.
    J'ai adoré mes cours de sociologie en fac, sauf que j'étais loin d'être la meilleure, qu'il y a un nombre limité de "places", donc j'ai continué mes études en comptabilité, je contribue aux besoins du pays et je nourris ma passion par des lectures, des conférences, ect...
    Que vous vous plaignez de votre chômage alors que vous avez les capacités intellectuelles et géographiques de faire une formation en deux ans dans un secteur porteur tout en nourrissant votre passion par ailleurs est une insulte à l'ouvrier dans la Creuse qui essaye de se former à l'informatique. Ou alors il faut assumer de vivre très chichement de votre passion, les autres ne vous doivent rien, ils contribuent déjà par leurs cotisations.
    Et justement, que les agences pôle emploi doivent s'améliorer dans leur suivi et leur accompagnement sont une vraie réalité, autant il est ridicule d'attendre d'eux ce suivi pour des profils tels que vous, vous êtes plus diplômée que vos interlocuteurs, qu'est ce qu'ils pourraient vous apporter? autant qu’ils se concentrent à remonter les catégories ayant un fort taux de chômage. Quand je suis allée pointer au pôle emploi, je ne m'attendais absolument pas à cet accompagnement, il m'a fallu trois semaines pour retrouver un emploi toute seule, et je suis ravie que mon conseiller se soit plus consacré à mon voisin ouvrier de salle d'attente de 50 ans avec trois gosses à nourrir. Bac + 8 et attendre un accompagnement...Le seul que l'on vous doit c'est de vous proposer une autre formation et vous ouvrir les yeux sur le marché du travail (qui sont le fait de la consommation des autres citoyens, mais du vilain état qui ne veut pas ouvrir des postes exprès dans votre domaine).
    19 mois de chômage en Île-de-France pour une jeune intelligente, cela dépasse l'entendement, c'est votre choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire.
      Collector.
      Sinon ça va je vous rassure, j'ai retrouvé 2 jobs depuis, dans 2 autres domaines différents. Et sans formation.
      Et sans l'aide de Pôle Emploi.

      Supprimer
    2. Merci Lila pour votre réponse complète et imagée. D'autant que j'ai été la conseillère d'Elodie et que je n'ai jamais prononcé les mots qui sont mentionnés entre guillemets. J'ajoute aussi que cette lettre est ridicule et insultante.
      ELODIE les rdv tu voulais les esquiver et c'est pour ça que tu n'en a eu que 3 (si c'est exacte mais c'est vérifiable)
      De plus, même si le cabinet de la ministre a accepté de te recevoir, tu es à côté de la plaque puisque depuis l'époque de ton "douloureux" chômage, les choses ont bien changées, l'orientation du Pôle Emploi pour 2015-2020 c'est s'occuper + des gens qui en ont le + besoin. Bref tout ce que j'ai toujours prôné. Mauvaise, mensonge, démagogie, pas de doute tu es une vraie politicarde. Puisque tu vas avoir la chance de d'entretenir avec l'assistante de madame la ministre (juste parce-que tu as écris une jolie lettre lol), profites en pour lui parler des milliers de chômeurs discriminés pour leur couleur de peau, religion et adresse. Ça c'est un problème à régler car des gens en souffrent et notamment les jeunes diplômés. Ainsi ton courtier trouvera peut-être une utilité. Sabrina, ta camarade de lycée et conseillère Pôle Emploi.

      Supprimer
    3. Eh beh...
      Les mots entre guillemets ne sont en effet pas les tiens.
      En revanche, puisque tout est vérifiable, tu pourras vérifier que sur 19 mois, tu n'as pas été ma seule conseillère Pôle Emploi. Tu auras donc deviné toute seule comme une grande que cette citation n'est pas de toi mais de celle qui t'a succédé.
      "S'occuper + des gens qui en ont le + besoin"
      A la bonne heure!
      Quels sont les critères de sélection? Le réseau? La durée du chômage? Le montant dès ARE?
      Ça m'intéresse.
      Et merci pour les insultes au passage. C'est toujours bon à prendre paraît-il.
      Et merci aussi pour les guillemets à "douloureux". J'ai du oublier en rédigeant cet article que je mentais sur toute la ligne.
      Quant aux 1ers RDV, il m'a été proposé de les remplacer par des RDV à distance, oui en effet.
      Si tu as d'autres remarques et leçons de vie sur comment j'aurais dû vivre mon chômage, je prends aussi.

      Supprimer
  8. Voilà !
    Elodie fait honte aux vrais chômeurs.

    En effet, ce commentaire est collector.

    Increvable conception du vrai pauvre, le père de famille plus tout jeune (tout juste s'il ne triture pas sa casquette avec ses grosses paluches d'ouvrier) qu'on opposera au sociologue. On a lu ça des milliers de fois, et l'ode à l'ouvrier méritant sort à peine réchauffée des romans de la comtesse de Ségur. "on a besoin de plombiers, pas de sociologues" . Personnellement, je ne vais pas dire le contraire, mon chauffe-eau vient de lâcher, mais des années Poujade aux années Le Pen, si on n'a pas entendu ça dix mille fois, c'est qu'on est sourd.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a aussi cette phrase que j'ai souvent entendue : "Quand on cherche du travail il faut être prêt à faire n'importe quoi"... (au sens de n'importe quel travail .... Alors , personnellement je prefere un travailleur qui a choisi son travail qu'un mec qui fait n'importe quoi , surtout si c'est un artisant , bon , ceci dit on voit que le concept de "droit au travail" est complétement remplacé par celui de "devoir de travail".....

    RépondreSupprimer
  10. Il y a aussi cette phrase que j'ai souvent entendue : "Quand on cherche du travail il faut être prêt à faire n'importe quoi"... (au sens de n'importe quel travail .... Alors , personnellement je prefere un travailleur qui a choisi son travail qu'un mec qui fait n'importe quoi , surtout si c'est un artisant , bon , ceci dit on voit que le concept de "droit au travail" est complétement remplacé par celui de "devoir de travail".....

    RépondreSupprimer
  11. Le raisonnement de Madame Colector me fait penser à cet adage : "Qui peut le plus peut le moins" .... Dans la hierarchie sociale une sociologue c'est plus qu'une manutentionnaire , OK? ..... Donc une sociologue au chomage pourrait être manutentionnaire .... Et bien ça m'étonnerait beaucoup car étant manutentionnaire je sais ne pas pouvoir être sociologue , mais je ne m'imagine pas une sociologue manutentionnaire .... Ni une sociologue plombier (plombiére peut-être)..... Il existe ce qu'on nomme la "valeur ajoutée" dans le travail , et de fait la valeur ajoutée est faible pour la manutention , donc c'est mal payé ... La valeur ajoutée est plus importante pour la sociologie donc c'est mieux payé ..... Ceci dit , rien ne m'interdit d'essayer de lire "Critique de la raison pure" d'Emmanuel Kant , et rien n'interdit à une sociologue de se casser le dos en faisant de la manutention un loisir sportif .... OK ?!......................

    RépondreSupprimer
  12. Auxi, 28 janvier 2016

    Un jour, Élodie Jauneau découvrira qu'elle milite dans un parti de bourgeois d'extrême-droite. Tenons le soutien psychologique en état de marche, elle risque d'en avoir terriblement besoin…

    RépondreSupprimer
  13. J'ai adoré votre lettre et je viens d'en faire une à Mr le premier Ministre (je n'ai pas de coordonnées internet pour Mme la Ministre). Car en tant que mère célibataire au chômage et bien je peux dire que ce n'est pas facile après 45 ans de trouver un emploi et le casse tête pour les garderies, cantine et centre (quand on a personne autour). De plus, pôle emploi faisant la chasse aux demandeurs d'emploi de longue durée ce n'est pas rassurant. A quand le développement du home office surtout dans mon cas, ça serait un rien relaxant ;)

    RépondreSupprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise