mercredi 30 novembre 2016

Mais que s'est-il donc dit à cette fameuse AG2017 ?

Hier soir, à la Bellevilloise, s'est tenu le premier rassemblement de l'AG.
AG de quoi? AG de qui? Qu'est-ce donc encore?
Assemblée de la Gauche? Oui, en partie.
"L’AG est le rassemblement de personnes issues d’horizons divers, se reconnaissant dans les valeurs de la Gauche, qui veulent prendre part au débat public et participer à en définir les enjeux et encourager la montée en puissance de la société."
En gros, pour faire court, on devait être 200 à 250 de tous horizons (politique, associatif, culturel, éducatif...etc.) pour débattre des enjeux à relever à 145 jours de l'élection présidentielle.
Et finalement, on était au moins 300.
Très rapidement, je me suis rendu compte que nous n'étions pas qu'entre militants, entre politiques, entre-soi, et que nous n'étions pas toutes et tous des bénis oui-oui du Gouvernement ou des hollandolâtres patentés.
Ça change.
On n'était pas non plus dans l'auto-congratulation, ni dans l'auto-satisfaction masturbatoire, contrairement à ce qu'on a pu lire ici ou là.
Cela dit, dès lors qu'on se réunit à "huis-clos" dans un lieu comme La Bellevilloise et qu'on annonce des participant-e-s tel-les que Julien Dray, Jean-Michel Ribes, Muriel Hurtis ou Patrick Pelloux, forcément, ça attise à la curiosité et ça fait dire n'importe quoi à celles et ceux qui ne sont pas venus, qui n'ont pas vu ni en entendu.

Et comme dirait l'autre, "haters gonna hate".

Donc, non, nous n'étions pas entre bobos, nous n'étions pas entre hollandais, nous n'étions pas non plus en meeting politique, et encore moins en comité de campagne.
Mais on ne va pas se mentir sur la marchandise, dès lors que l'AG se revendique des valeurs de gauche, force est de constater que les fillonistes, les juppéistes ou les frontistes étaient absents du débat hein.

Et comme j'y étais, je peux en parler. Histoire de mettre un terme aux fantasmes empreints de delirium tremens qui circulent sur les réseaux sociaux.

La soirée s'est déroulée en 3 temps: un premier temps avec les témoignages de celles et ceux qui ont rejoint l'AG, un deuxième temps plus politique, un troisième temps pratique présentant la suite des évènements et l'agenda des futures AG ici et ailleurs, près de chez toi.

Comme je suis super sympa, je vais te donner la liste des gus qui ont pris la parole pendant la soirée.
  • Rachid Benzine, islamologue et politologue
  • Jacky Bontems, syndicaliste
  • Nelly Gouandjia, militante des conseils citoyens
  • Eliott Nouailles, animateur du site "Nouveau Souffle"
  • Sakina M'sa, créatrice de mode et entrepreneure sociale
  • Jean-Michel Ribes, auteur, metteur en scène
  • Yacine Bellatar, humoriste
  • Nadège Azzaz, Conseillère régionale d'Ile-de-France
  • Julien Dray, Conseiller régional d'Ile-de-France
  • Jean-Philippe Derosier, Professeur de droit public
  • Stéphanie Scoupé, cadre de direction dans une entreprise publique
  • Alexandre Leroy, ancien président d'un syndicat étudiant
  • Sabrina Aïd, Juriste/consultante RSE (responsabilité sociétale des entreprises
Muriel Hurtis et Patrick Pelloux auraient du être également présents, mais ils avaient poney. A moins que la première n'ait loupé son train et que le second ait été souffrant. Mais finalement, ça ne nous regarde pas, comme dirait l'autre. 
Banlieues, identité, déchéance de nationalité, droit de vote des étrangers, lutte contre le terrorisme, engagement associatif, programme de François Fillon, présence française à l'international, culture, impôts, élection présidentielle... sont autant de sujets qui ont été abordés. Près de 30 personnes ont pris la parole pour susciter le débat avec la salle et les intervenants.
François Hollande s'est pris pas mal de scuds, assez justifiés il faut bien l'avouer. En vrac et dans le désordre:
  • La déchéance de nationalité était, je cite "une sombre connerie".
  • Il aurait du proposer le droit de vote des étrangers, même si la majorité des 3/5e n'était pas acquise. Au moins, on aurait pu taper sur la droite qui l'aurait refusé et ainsi éviter de lui taper dessus parce qu'il a préféré renoncer que de proposer. 
  • Il ne communique pas assez sur ses échecs et ce n'est pas la peine d'attendre d'être en campagne pour le faire. Le droit d'inventaire, c'est maintenant, tout le temps.
  • Loi travail et 49.3.
  • Perplexité générale (euphémisme) à l'évocation du CICE.
Donc, oui. On a été capables - n'en déplaise aux trolls - de reconnaître qu'on a merdé sur quelques points. Mais ces quelques points ne doivent pas effacer tout le reste. Et on est aussi tombés d'accord pour dire qu'on est les seuls à ne pas jouer la carte de la droitisation de la société ni celle de l'aventure personnelle d'un super candidat. Et aussi, le point commun avec le Carrefour des Gauches de samedi à Bondy, c'est l'énergie et le sens des responsabilités. Et je suis convaincue, à titre personnel, que ce quinquennat donnera à François Hollande le recul suffisant pour aborder la profonde mutation de la société que nous attendons tous, mais sans violence et sans haine.

Finalement, pour être tout à fait claire, à défaut d'être dans la salle au moment des débats, le seul moyen d'avoir un écho de ce qui se tramait dans cette obscure réunion de (au choix ou pas), bobos, personnalités déconnectées de la vraie, lamentables gauchistes, la société civile qui veut jouer un rôle dans la campagne présidentielle et peser dans le débat politique et citoyen, c'était de suivre le hashtag #AG2017 sur Twitter. Alors évidemment, c'est un peu juste.

Et comme je suis bonne joueuse, je te fais cadeau de ce qui s'y est dit. Prends la peine de scroller jusqu'en bas avant de troller.

Ça me changera.

17 commentaires:

  1. Mais alors, pourquoi 95% de tweets à la gloire de François Hollande sur #AG2017 de la part de ceux qui y participaient? Voire 100%, je n'en ai trouvé qu'un, d'un syndicaliste étudiant, pour critiquer FH.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyons objectifs. Disons, 60% car même lorsqu'on soutient Hollande, on n'hésite pas à critiquer ses renoncements et ses échecs (déchéance de nationalité, bilan, communication...etc.)

      Supprimer
  2. J'ai pris le temps de tout lire et, comment dire ? Je ne miserais pas un bouton de culotte sur le canasson qui sortira de là...

    RépondreSupprimer
  3. j'adore "les rassemblements de personnes d'horizons divers" .... avec Julien Dray sherpa number 2 de Hollande. (le number 1 étant Le Foll)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-moi, tu ne considères quand même pas que Julien Dray tout seul équivaut à 300 personnes?
      A titre personnel, je ne le connais ni d'Eve ni d'Adam ;-)

      Supprimer
  4. A-t-il été question dans votre réunion du martyre de la paysannerie française ?
    Dans la négative votre réunion était bien une réunion de bobos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse de connaître votre définition de "bobos".
      Il s'agissait de la 1ère réunion.
      Je ne doute pas que cette question sera abordée dans la prochain AG. Je vous aurais bien invité mais comme c'est une association de gauche...

      Supprimer
    2. La paysannerie à la Xavier Belin?

      Supprimer
    3. Un bobo, un bobo...comment dire ?
      Vous n'avez pas de miroir ?
      Vous savez, ces gens qui s'imaginent que la sociologie se limite à Paris et sa banlieue.
      Votre gauche en somme.

      Supprimer
    4. Comme le Versaillais de base quoi, l'ISF en moins.

      Supprimer
    5. Fredi M., on se connaît? Que savez-vous de moi pour affirmer que suis de "ces gens qui s'imaginent que la sociologie se limite à Paris et sa banlieue" ?

      Supprimer
  5. Le liste des "intervenants" que vous donnez est édifiante : deux politiciens, deux fonctionnaires et, le reste, que des branleurs inutiles. C'est ça, la "société civile" vue par la gauche folklorique ? Ben dites donc…

    NB : J'aime la "militante des conseils citoyens"…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je leur ai bien dit pourtant : "si vous ne voulez pas qu'il n'y ait que des branleurs inutiles, il faut inviter Didier Goux".
      Je n'ai pas été entendue...

      Supprimer

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise