mercredi 31 juillet 2013

"Théorie du genre" ou théorie du complot? La désintox, c'est maintenant!

"Gender again", ça pourrait faire un titre de chanson. Ou de rengaine plutôt.
40 ans que ça existe. Le Gender.

Ce mot intraduisible en français sinon par le mot "genre" qui renvoie inévitablement au genre grammatical masculin ou féminin. Juste deux genres grammaticaux. Pas trois ni quatre. Pas neutre non plus.
D'ailleurs, les mots neutres en Français, on les cherche encore hein. Il n'y en a pas ou tellement peu qu'aucun ne me vient à l'esprit.

Personnellement, même si j'aime bien féminiser certains termes dont l'orthographe permet une féminisation, je ne suis pas une acharnée des suffixes féminins. Je suis plutôt du genre à coller un article féminin devant un nom à priori masculin. Ainsi "une députée" ou "une député", ni l'un ni l'autre ne me dérange même si je sais que les puristes préfèreront la seconde formulation puisqu'elle ne comporte pas d'erreur orthographique.
D'ailleurs, on n'est pas à l'abri que j'en lâche quelques-unes car je couve une conjonctivite et je vois flou.
Mais je m'égare.

Revenons au genre. Ce mot fourre-tout qui est devenu la vitrine des divagations et des délires chez nombre de rétrogrades ou réacs.

Du genre, on a glissé vers la théorie du genre. Un truc fumeux qui ne veut rien dire. 

Immédiatement, avec le débat sur le mariage pour tous et les "lubies" d'une Ministre des Droits des Femmes zélée, et d'une Ministre de la Justice au taquet, les réacs rétrogrades ont senti le bon filon et se sont jetés sur le nom de domaine "théorie du genre" pour créer de toutes pièces un site internet qui baigne dans la fantasmagorie hallucinatoire.

D'emblée, on comprend que les braves gens de l'UNI (bah oui, logique) qui ont créé ce site, partent sur de mauvaises bases puisqu'ils amalgament "genre" et "sexe" (biologique).
On arrive donc à des expressions malheureuses telles que "confusion des genres", "égalité des genres", bref, des trucs à dormir debout pour quiconque aurait bossé quelque peu la question.

Je rappelle vite fait que pour les Sciences Humaines (socio, histoire, psycho, anthropo...etc.), le genre (le gender) désigne la construction sociale des sexes. Et que contrairement à ce que raconte l'UNI, ça n'est pas apparu dans les années 2000 comme ça sous le sabot d'un cheval, mais dans les années 1970-1980 après que des universitaires se soient penchés sur l'histoire des femmes et leur place dans la société contemporaine. En étudiant les femmes et leur histoire, on en est arrivé à s'interroger sur les relations hommes-femmes, sur la construction sociale et uns et des unes.

Et aux USA, on avait trouvé un terme pour ces études: les gender studies.

La construction sociale des sexes. Voilà l'expression officielle.
Autrement dit: comment on se construit en fonction (ou pas) de ce qu'on a entre les jambes.
Autrement dit: comment la société, la culture, la religion et l'héritage historique influencent la construction sociale des sexes en fonction du sexe biologique.
          1- Parce que tu es une fille, tu porteras des jupes, tu seras posée, délicate, tu sauras faire preuve d'abnégation, de douceur, de compassion. Si tu pleures, ce sera une preuve de sensibilité, mais si tu pleures pour un oui pour un non, c'est que tu es hystérique ou que tu as tes règles. Tu ne zieuteras pas de trop près le paquet des messieurs ou leur derrière sous peine de passer pour une allumeuse, voire une nympho. Tu voudras être maman, parce que c'est le plus beau métier du monde. Et jusque très récemment, on t'appellera "Mademoiselle" ou "Madmoizelle" pour rappeler au monde entier que tu n'es pas maquée ou que tu es une vieille fille.
        2- Parce que tu es un garçon, tu porteras des pantalons, tu seras bruyant, agité, violent car c'est une preuve de virilité. Tu seras pataud et un peu balourd dès qu'il sera question de sentimentalité ou de "trucs de gonzesse". Tu ne pleureras pas parce qu'un homme ça ne pleure pas et que "tu seras un homme mon fils". Tu regarderas fixement les nichons des meufs parce que les nichons, c'est bien connu, c'est un organe sexuel. Parce que tous les mecs regardent les nichons des meufs. Donc c'est normal. Et on t'appellera "Monsieur" toute ta vie parce que "Damoiseau" n'est plus usité depuis des lustres et que "Mademoiseau" n'a jamais existé.
Telle est ta destinée. Celle de ton sexe: ton pénis ou ton vagin. 

Et si tu sors des sentiers battus, tu es donc hors-norme, subversif, contre-nature, pédé, tante, garçon manqué, lesbienne, femmelette, de la jaquette, mal baisée, et tu iras brûler en enfer avec tous tes congénères malades du cul.

Si tu es une femme, tu es condamnée à être camionneuse et si tu es un homme, tu feras un très bon coiffeur.

Ouais je sais, je fais dans le cliché. Je suis bien obligée de me mettre au niveau de l'UNI et de son pseudo "observatoire de la théorie du genre". Et à la rubrique "qui sommes-nous?", voilà ce qu'on peut lire: 
"Le fondement de cette théorie consiste à nier la réalité biologique pour imposer l’idée que le genre « masculin » ou « féminin » dépend de la culture, voire d’un rapport de force et non d’une quelconque réalité biologique ou anatomique".
C'est un ramassis de conneries. En 3 lignes, tout y est.

Jamais les gender studies n'ont prétendu gommer la réalité biologique (autrement dit, ce que tu as entre les jambes) pour imposer une autre construction sociale des sexes. Jamais. Je mets au défi les crétins de l'UNI de me citer un seul auteur, scientifique ou chercheur qui aurait quelque peu bosser la question et qui affirmerait un truc aussi con. Non.

Ce que les gender studies peuvent apporter à la société, c'est la démonstration qu'une autre construction sociale des sexes est possible. Non pas obligatoire, mais possible. Ce n'est pas parce qu'un homme ou une femme se construira autrement que ce à quoi il était prédestiné biologiquement, que ça fera de lui ou d'elle une erreur de la nature.

Histoire de nous faire croire qu'ils se sont bien documentés, les tauliers de cet observatoire nauséabond affirment aussi ceci:
"En effet, derrière chaque proposition (crèches neutres, lutte contre les stéréotypes de genres, développement de l’éducation sexuelle dès la maternelle, banalisation des changements de sexes,…) se cache une idéologie construite qui vise à remettre en cause les fondements de nos sociétés "hétéro centrées", de substituer au concept marxiste de la lutte des classes, celui de la lutte des sexes. Les sciences sont elles aussi contestées. La biologie, par exemple, est souvent présentée comme une science visant à imposer un "ordre hétérosexuel" qu’il faut donc "challenger" grâce à la théorie du genre."
Festival de contre-vérités. "Théorie du genre"? Je ne crois pas. Théorie du complot: sans aucun doute.  

Qu'ils se rassurent les gens de l'UNI, les fondements de nos sociétés (on appréciera au passage le pluriel qui sous-entend que c'est partout comme ça all over the world) ne sont pas remis en cause. La plupart sont issus d'un héritage qui est là, parfois contestable, mais absolument pas effaçable. Jamais il n'a été question de remplacer la luttes des classes par la lutte des sexes. C'est complètement con car les deux luttes sont complémentaires et non pas substituables l'une par l'autre. Et ça, toute personne qui vit un peu dans son temps le sait. Jamais la biologie ne sera contestée. Tout le monde sait que tout le monde naît d'un homme et d'une femme (biologiques), même si une éprouvette, une seringue, quelques cachetons ou un certain anonymat vient s’immiscer là-dedans.

De même que personne ne peut nier que "nos sociétés" sont hétéro-normées et qu'en l'étant, elles laissent sur le bord de la route des millions de gens qui ne parviennent pas à trouver leur place. Et c'est parce qu'on ne peut plus nier que des millions de gens ne trouvent pas leur place dans ces sociétés qu'il devient urgent de prendre en compte la construction sociale des sexes pour faire évoluer nos lois et notre éducation.

On peut avoir un vagin entre les jambes, ne jamais porter de jupes, ne pas se maquiller, exercer un métier encore considéré aujourd'hui comme "masculin" sans pour autant être considérée comme une mal baisée ou une lesbienne.

On peut avoir un pénis, porter des jupes parce que c'est plus confortable, se mettre une crème de jour le matin et de l'autobronzant l'hiver, vouloir être assistant maternel ou coiffeur sans pour autant être considéré comme une tantouze ou une femmelette.

De même qu'on se doit de reconnaître que certains hommes et certaines femmes, en dépit de ce qu'ils ont entre les jambes, ne se sentent ni l'un ni l'autre, mais intersexe, et qu'ils ont le droit (mon Dieu quelle horreur!) de vivre avec nous, à nos côtés, dans "nos sociétés", sans pour autant être obligés de passer sur le billard pour tenter de rentrer dans la norme sociale bi-sexuée et pouvoir cocher la bonne case parmi les deux seules qui leur sont proposées dans les formulaires administratifs de "nos sociétés".

Blogger et mes statistiques

Hier, je lisais distraitement le billet de Didier Goux. On a tous nos travers hein.
Il analysait vite fait ses statistiques bloguerrières.
Hier, je lisais aussi le billet de Jégoun dans lequel il dit - en gros - que les sujets sociétaux attirent plus de visiteurs que les billets relous qui parlent d'économie ou de politique par exemple.
Ça se vérifie chez moi aussi. 

Une fois n'est pas coutume (je crois même que c'est la première fois), je vais parler chiffres.
Le mois dernier, j'ai donc eu 15 567 pages vues.

Perso, je me rends pas bien compte de ce que ça fait. Je ne fais pas la compèt'. Mais je ressens une certaine satisfaction égocentrique quand je constate que ça se maintient plus ou moins d'un mois sur l'autre alors que le mois dernier justement, j'ai moins blogué du fait que je ne suis plus une chômeuse passive.

Bref.
Et donc, les billets qui ont explosé mes modestes compteurs sont ceux qui parlaient du mariage pour tous ou des femmes, avec une mention spéciale pour mon billet d'hier, rédigé à l'arrache dans les transports et qui affiche 747 visites au compteur, avec plus de 45 RT sur Twitter. Tout ça en 24 heures.
Ce qui pour moi - modeste blogueuse - est historique depuis que ce blog existe.

Donc, en farfouillant un peu plus dans les statistiques, on peut aussi observer la provenance des visiteurs depuis la création de ce blog. Et là, mention spéciale à Seb Musset, Sarkofrance et Jégoun qui m'envoient énormément de monde. Mais c'est la 3ème place du podium qui crée la surprise: Didier Goux.
On a tous nos travers hein.

Quant aux mots-clés qui amènent le plus de monde ici, la surprise est totale!

Autant je peux comprendre l'engouement pour Benzema ou le panga, autant les boîtes de rangement me laissent plus perplexe... D'autant plus que j'obtiens les mêmes résultats sur Google Analytics.

Je crois bien que c'est la première et la dernière fois que je me livre à ce genre d'analyse.

mardi 30 juillet 2013

Les déglingos de la Manif Pour Tous et la sauvegarde des stéréotypes

C'est sans fin.
  • Après avoir trusté les plateaux TV,
  • Après avoir battu le pavé tous les 4 matins, mais de moins en moins nombreux selon la Préfecture de Police, master in Photoshop,
  • Après avoir participé au Tour de France sans vélo mais contre les pédales,
  • Après avoir déformé, galvaudé, extrêmisé nombre de discours, y compris le leur,
Les cinglés de la Manif Pour Tous repartent en croisade dès la rentrée.
Et cette fois, contre ce qu'il est désormais convenu d'appeler la "théorie du genre", le blasphème du genre, la magie noire du genre.

Ce concept satanique qui veut exciser les filles et castrer les garçons.

Cette idée dangereuse qui veut que les parents choisiront le sexe social de leur enfant sans tenir compte de ce qu'il a entre les jambes.
Cette problématique farfelue qu'on veut faire entrer dans le crâne des enfants à coups de marteau si nécessaire. 
Ce précepte initié par les pédérastes, sodomites, saphistes, nymphos, pédophiles et envoyés sur Terre par Satan himself pour mettre un terme à notre si belle et si parfaite civilisation.

Cette "théorie" du genre, devenue théorie du complot, va tous nous tuer.
Qu'on se le tienne pour dit.
 


Et Le Figaro, toujours à la pointe de la modernitude progressiste, fait sa Une là-dessus aujourd'hui.
Bah quoi?
Y'a pas de petit sujet hein.

Car même si Vincent Peillon a rétropédalé en disant qu'il n'était pas franchement favorable aux gender studies dès l'école primaire, les frapadingues de la Manif Pour Tous n'en démordent pas. La rentrée 2013 sera celle des garçons voulant porter des jupes et des filles voulant devenir chevaliers.
Comprenez-vous?
Nos paranos ensoutanés dénoncent un lavage de cerveau"subreptice" qui nous inculquerait "à l'insu de notre plein gré" cette fameuse "théorie du genre", à l'école notamment. 
Oui je sais, ça fait beaucoup de guillemets. J'y peux rien, je cite Le Figaro. 

Et je continue:
"Et, rappellent les porte-parole du collectif, la référence au "gender" dans certains manuels scolaires, la mobilisation du syndicat SNUipp en faveur de la lutte contre l'homophobie dès le primaire, ainsi que plusieurs amendements (finalement rejetés) destinés à promouvoir une "éducation à l'égalité de genre" à l'école, "cela fait tout de même un faisceau d'indices concordants"…"
Ah ouais tu m'étonnes. Faut arrêter de lutter contre l'homophobie dès l'école primaire. C'est pas bon. Faut pas déconner avec ces conneries. 

À force de dire à nos bambins que c'est pas bien d'insulter ou de rejeter une fille qui aime les filles ou un garçon qui aime les garçons, ils vont tous devenir pédés! 
Et on va tous mourir. 

Et comme l'heure est grave, à la Manif Pour Tous, on a même nommé un chef du "pôle genre". Arnaud qu'il s'appelle.
Et le brave homme entend éradiquer au plus vite les manuels scolaires et les livres de crèche qui s'attaquent à la "déconstruction des stéréotypes". 
L'autodafé, c'est maintenant! 

Bah oui dis-donc, on va quand même pas mettre un terme aux bons vieux stéréotypes sexués, faut pas déconner.
"Tout fout l'camp", comme dirait ma grand-mère. Y compris les stéréotypes. 
Tiens je vais lancer une pétition pour la sauvegarde des stéréotypes. 

Et tous autant qu'ils sont, ils (pas les stéréotypes hein: les dingos de la Manif Pour Tous) veulent empêcher l'infâme gouvernement d'imposer à nos enfants des jeux asexués, de supprimer la fête des mères et la fête des pères, de leur faire lire des histoires dans lesquelles des enfants comme eux ont 2 papas ou 2 mamans. 
Perso, je m'interroge. A-t-on lu ou entendu quelque part que la bonne vieille fête des mères et des pères allait disparaître?
Non? Ah c'est bien ce qui me semblait.
"Présidente du collectif, Ludovine de la Rochère renchérit: "On ne lutte pas pour l'égalité des sexes en niant la différence entre les sexes!""
Tiens! Pour une fois, elle dit un truc juste cette brave dame. Car, sauf erreur de ma part, il n'a jamais été question de lutter pour l'égalité des sexes en niant les différences de sexe. Mais peut-être me goure-je. 
Najat, si tu me lis, éclaire-moi, je crains d'être à côté de la plaque.
En attendant, RDV les 14 et 15 septembre pour l'Université d'été des déglingos:
"La Manif pour tous an II… Objectifs pour tous".
Finalement, on rigole, on rigole... Mais le plus grave dans tout ça, c'est le nombre de conneries et la quantité de rêves qu'ils prennent pour des réalités et sur lesquels nos déglingos se basent pour affirmer n'importe quoi.
C'est à se demander si ce ne sont pas eux les comploteurs... 
Et si tu crois que je nage en plein délire, va lire Le Figaro. Mais reste bien assis si tu veux pas tomber de ta chaise. 
Mais tu peux aussi lire les copains:

Billet comploté - en partie -  depuis un iPhone.

mardi 23 juillet 2013

Les ravages de la canicule sur les neurones

Certains disent qu'on est en alerte canicule jaune, sous-entendu:
"Attention ça chauffe mais ça pourrait être pire, arrêtez de vous plaindre".
D'autres disent qu'on est en alerte canicule orange, sous-entendu:
"On n'en peut plus, on va tous mourir collés comme des mouches sur une baie-vitrée exposée plein sud".
Donc, quelle que soit la couleur de l'alerte, il semblerait que nous sommes en alerte canicule. 

Les ravages immédiats, tout le monde les connaît. Les dommages collatéraux sont moins visibles puisqu'ils se passent dans le crâne.

Et donc, on assiste à un ramollissement massif des neurones.

Tu es sceptique?

Pourtant ce ne sont pas les exemples qui manquent ces derniers temps.

  • Bourdouleix, élu hier inconnu, aujourd'hui projeté dans la lumière pour avoir regretté qu'Hitler n'ait pas fini le boulot. Bah oui, attends, t'imagines si Adolf avait réussi à éradiquer les Tsiganes, et leurs cousins les Roms, les gens du voyage et autres manouches? Nan mais imagine un peu, le pied à Cholet!
  • Henri Guaino interviewé hier sur France Inter qui déclare:
"Je ne considère pas qu'on a perdu en 2012"
Mais non Henri, vous n'avez pas perdu. Vous avez gagné. Vous avez même décroché la timbale. Tu es passé sous le feu des projecteurs en l'absence de ton mentor. Tu t'es cru un instant réincarnation officielle d'André Malraux. Tu as voté pour le mariage pour tous. Tu es un héros, Nicolas aussi, tu n'as pas perdu. Vous n'avez pas perdu.

Nota bene: il est important de ne pas contrarier une victime de la canicule en pleine divagation tant qu'elle ne s'est pas hydratée.

  • Le Point nous a sorti un sondage de derrière les fagots, dont lui seul a le secret. C'est à lire chez Politeeks et ça vaut son pesant de cacahuètes imbibées d'urine au comptoir du bar. 
  • Les frapadingues de la Manif Pour Tous, désormais seul peuple de France digne de ce nom, viennent de lancer la page Facebook de leurs vacances. Les frapadingues à la plage, les frapadingues au zoo, les frapadingues à la montagne, les frapadingues font du rafting. Bref, de belles soirées diapo en perspective pour septembre.
  • L'UMP vient officiellement d'intégrer le club très sélect des spammeurs 3 étoiles. En harcelant par SMS quiconque est équipé d'un be-bop capable de recevoir des textos, l'UMP balance à tour de bras des appels aux dons au racket. En même temps, ils auraient tort de se priver à l'UMP, le racket ça les connaît. 
  • David Douillet a osé une comparaison improbable entre les émeutes de Trappes et le mariage pour tous. Il est fort ce David. Il est à l'image de l'opposition: la récupération politique à tous les étages, le tout et n'importe quoi pourvu que ça buzze.

Bref. Comme je disais hier à El Camino, vivement la fin de la canicule!

Bettencourt bien au chaud chez moi

En lisant Bembelly ce matin dans mon RER D de plus en plus désert, un éventail dans une main, mon iPhone dans l'autre, j'ai trouvé son billet fort bien fichu et l'idée assez chatouillante.

Je te résume, mais tu peux aller le lire, ce sera encore mieux.

Médiapart a été contraint de retirer de son site tous les contenus évoquant de près ou de loin l'affaire Bettencourt.
Mais l'histoire ne dit pas si les pop-up L'Oréal ont été désactivés quand on surfe sur Médiapart.

Comme je suis cette affaire depuis le début, comme j'aimerais bien (mais c'est un euphémisme) que les coupables paient, comme je suis un peu sidérée (double euphémisme) de cette décision de la Cour d'appel de Versailles, et comme je suis un mouton (du verbe "être"), je suis (du verbe "suivre").

Je suis Bembelly (du verbe "suivre") et je fais tout comme lui en offrant l'hospitalité au clan Bettencourt: Liliane, Patrice, Eric, Nicolas, Claire, Pascal, Fabrice, Pascal et François-Marie.

Mon appartement n'est pas bien grand mais avec les progrès technologiques que nous connaissons tous, ils ne prennent pas beaucoup de place: seulement 210 Mo.

Toi aussi, tu peux faire de même.
  1. Tu signes la pétition si ce n'est pas déjà fait.
  2. Tu vas sur ce site un peu chelou qui répond au doux nom de Datalove Reflets.
  3. Tu télécharges le zip

Et tu te remémores les bons moments de ce soap opera en te disant que vraiment, y'a intérêt à ce qu'on en finisse.

Source

lundi 22 juillet 2013

La Connerie pour Tous

La Manif Pour Tous "ne lâche rien" paraît-il.
C'est sans compter les nombreux étrons qui leur échappent

Décliné en "Tour pour Tous" cet été, rapport au Tour de France, il semblerait que les sphincters du collectif aient lâché.

Et donc, au détour d'une diarrhée dont eux seuls ont le secret, ils ont lâché ça:

Fichtre! Qu'ils sont cons! Ils dépassent toutes mes espérances.

Billet lâché depuis un iPhone.

dimanche 21 juillet 2013

Le tabac, c'est tabou, poil aux genoux

J'ai un vrai problème avec les campagnes anti-tabac.
Et avec le tabac tout court.

Je fume. Oui je sais c'est mal, le tabac c'est tabou, on en viendra tous à bout.

Je fume 6 à 8 clopes par jour, un peu moins quand il fait très chaud, un peu plus quand je suis en soirée.

Je respecte la loi. Je ne fume pas dans les gares, même si elles sont ouvertes. Je demande l'autorisation quand je suis en terrasse de cafés, au serveur et à mes voisins de table. Mais je sais que ce ne sera plus possible l'hiver prochain dans les terrasses closes.
Il m'arrive de fumer dans ma voiture. Mais au train où vont les choses, je ne pourrai bientôt plus le faire si les souhaits du sénateur socialiste Yannick Vaugrenard sont exaucés.
Et si ça continue, je ne pourrai plus fumer dans les parcs, sur la plage ou aux abords des écoles.

Que les associations de lutte contre le tabagisme considère cette nouvelle lubie de Marisol Touraine comme une "mesurette", je le comprends.
Qu'il faille faire quelque chose pour lutter contre le tabagisme, je le comprends aussi.

Mais qu'on arrête de nous prendre pour des cons deux secondes.

Le tabac est en vente libre. 
On nous vend légalement un truc nocif mais le nombre d'endroits où on nous interdit de fumer ne fait que croître.

Jusqu'à preuve du contraire, si je ne crache pas nonchalamment ma fumée dans les narines de mon voisin de serviette ou de banc, ou d'un enfant, je ne vois pas trop où est le problème sinon que fumer est une très mauvaise habitude, que je le sais déjà et que les images trash qui sont apposées sur les paquets me le rappellent à chaque clopiot.

Donc, si je suis la logique de Marisol et des autres, à force de limiter les endroits où on peut cloper, à force d'augmenter les prix des cigarettes, peut-être qu'on arrivera à terme, à lasser les fumeurs qui seront cantonnés à fumer chez eux.

Du coup, ils fumeront moins.
Peut-être même qu'ils arrêteront de fumer.
Et tout le monde sera content.

Sauf les buralistes et l'industrie du tabac qui continueront à avoir le droit de produire et de vendre, mais qui n'auront plus de clients.

Du coup, les clients, ils se rabattront sur l'alcool* qui est en vente libre lui aussi, mais dont les ravages n'ont rien à envier à ceux du tabac. Si ce n'est que socialement, les ravages de l'alcool sont bien plus grands.
Bah oui, jusqu'à preuve du contraire, le tabagisme excessif n'a pas tout à fait les mêmes conséquences que l'alcoolisme.

Je n'ai encore jamais rencontré de gros fumeur ou de grosse fumeuse:
  • qui a perdu son job
  •  qui se lève la nuit pour cloper,
  • à qui on a retiré la garde de ses gosses parce qu'il perd le contrôle quand il clope,
  • qui a causé un accident de voiture parce qu'il avait fumé 6 clopes avant de prendre le volant...
Si c'est ça la stratégie pour lutter contre le tabagisme, pourquoi ne pas simplement interdire la vente de tabac? Et dans la foulée interdire celle de l'alcool?

Allez, soyons fous, bande d'hypocrites! 

Ou pourquoi ne pas faire chier les gens qui boivent autant que ceux qui fument?

* je plaisante hein... Détends-toi.

samedi 20 juillet 2013

Ouverture des Trappes de la connerie

Hier, je m'étonnais que des journalistes arrivent à pondre des articles creux sur des sujets dont tout le monde se fout.
Aujourd'hui, je vais écrire un billet avec des "si", des "peut-être", des "on nous dit que" et des "il se peut que".

Ce matin, au réveil, je tombe sur ça:


Mis à part la faute d'orthographe digne d'un môme de CM2, je me dis immédiatement en bonne téléphage qui se respecte:
"Mais que s'est-il donc bien passé à Trappes?"
Et je réalise vite fait bien fait que ça s'est mal passé à Trappes.

On nous dit que lors d'un contrôle routier, un homme, dont la femme était voilée intégralement, a refusé que celle-ci ôte son voile pour prouver son identité.
En toute logique, le monsieur a donc été placé en garde à vue.

De fil en aiguille, entre 100 et 250 personnes ont violemment réagi en assiégeant le commissariat de Trappes pour réclamer la libération du type. Ils auraient balancé des feux d'artifice, des cailloux et autres projectiles.
On a donc entendu parler d'émeutes, de violences urbaines, de guérilla. Et le spectre des émeutes de 2005 semblait frapper aux portes de Trappes.
Tout ce bordel aurait duré de 21h à 1 heure du matin environ.
On apprend ensuite que le gars aurait essayé d'étrangler le policier qui les contrôlait, lui et sa femme.

Entre temps, toujours scotchée à iTélé, j'assiste médusée à l'interview d'un type de Trappes, qui sert sur un plateau d'argent des arguments qui vont réjouir la droite:
(de tête)
"Quand l'un de nos frères se fait agresser, immédiatement nous réagissons. Trappes est une petite ville, on se connaît tous et nous sommes solidaires. En plus, se comporter ainsi pendant le ramadan, ça s'fait pas."
Avant qu'on ne me fasse dire ce que je n'ai pas dit (il paraît que je suis une affreuse gauchiste hollandolâtre et fan du laxisme du gouvernement), je condamne fermement ces émeutes.
Ça, c'est fait.

D'un point de vue personnel et purement égocentrique, je condamne aussi le voile intégral et le voile en général. Particulièrement quand il fait 35° à l'ombre.
Voilà. Ça, c'est fait aussi.

Du coup, j'en arrive à me demander ce qui peut bien passer par la tête d'un type qui refuse que sa femme ôte son voile lors d'un contrôle. Le simple fait d'écrire ça me pose problème. Il ne me viendrait pas à l'idée d'aller me faire photographier pour confectionner ma carte d'identité avec une perruque, des lunettes de soleil ou un chapeau.
Attention: je n'ai pas dit non plus que le voile était un déguisement hein. Mais ça me semble tellement évident que lors d'un contrôle, on est censé ressembler un minimum à la photo qui figure sur nos papiers d'identité que tout ceci me laisse perplexe.

Mais pas perplexe au point de tweeter n'importe quoi comme Nadine Morano ou d'accuser le gouvernement de laxisme comme le fait la droite.

Laxisme de quoi? Où? A quel moment dans cette affaire?

Les flics auraient-il du, juste parce qu'ils avaient affaire à un couple de musulmans, jouer les cow-boys en faisant sortir de force le monsieur et en plaquant au sol la dame?
Et si le type a tenté d'étrangler le flic, aurait-il mérité une balle dans la tête?
Dans tous les cas, la garde à vue me semble un minimum, au moins pour le refus d'obtempérer: étranglement ou pas, voile ou pas.

Par ailleurs, si demain je me fais contrôler par un flic qui se comporte comme un con, il ne me viendrait pas à l'idée de lui en coller une (l'étranglement, c'est pas mon truc).
Et quand bien même je me mettrais dans une rage bleu turquoise, je ne crois pas que tout le quartier du centre-ville de Yerres me manifesterait son soutien en allant caillasser le poste de police en bas de chez moi.

Et maintenant, imaginons.

Imaginons que les policiers étaient crevés, fatigués, qu'ils avaient passé une journée de merde, qu'ils avaient hâte de rentrer chez eux, et qu'en contrôlant ce jeune couple, ils ont pété une durit et se sont comportés comme Vic McKey dans The Shield.
Imaginons que le jeune homme (il paraît qu'il a 21 ans) se soit légitimement défendu contre un abus d'autorité de deux condés complètement allumés et qu'il ait essayé pour se défendre ou pour défendre sa femme, d'étrangler l'un d'eux, avant même qu'ils n'aient demandé à la dame d'ôter son voile.
Il est embarqué en garde à vue. Les flics réalisent qu'ils ont déconné à plein tubes et pendant qu'ils élaborent une stratégie de repli, ils réalisent que la femme était intégralement voilée et que ça ferait un bon prétexte pour justifier la sale tournure qu'a pris le contrôle.

Personnellement, les deux scénarios sont tout à fait plausibles. Il y a des cons partout: chez les gens de toutes les couleurs et de toutes les religions, et chez les forces de l'ordre. Des abus policiers, on en a déjà vus par le passé. Des violences urbaines aussi.

Mais dans tous les cas, ces violences urbaines sont lamentables.

Et avant qu'on ne m'accuse de ne pas les condamner: je les condamne fermement, comme je condamne le machisme, l'intégrisme, la connerie humaine, les rumeurs et autres saloperies qui font qu'en 2 temps 3 mouvements, tout peut partir en vrille.

vendredi 19 juillet 2013

Marianne au ras des pâquerettes

En cette période de fausse polémique autour de la Marianne du nouveau timbre, c'est une autre Marianne qui s'est illustrée aujourd'hui: celle au format A4 en papier glacé.


Je suis toujours épatée que des "journalistes" arrivent à pondre des articles de plusieurs pages sur des sujets aussi creux. Et avec des arguments aussi merdiques:
  • "La liberté s'arrête où commence les kilogrammes" 
Amie de plus de 60 kilos, au-delà du 90-60-90, passe ton chemin, enfile un sac à patates, des moon boots et un masque. Bref: planque-toi, toi la grosse, toi la ronde, toi la potelée, toi la plantureuse, prisonnière de ce corps devenu ta geôle.

Je me demande si un jour, on s'intéressera vraiment aux (in)compétences professionnelles des femmes ministres, un peu comme on le fait déjà avec les hommes sans s'arrêter à des futilités aussi débiles que la longueur de leurs jupes, la profondeur de leur décolletés ou la moulitude de leurs futals. 
  • "Leur assurance de 'femelle alpha'"
"En zoologie, le mâle dominant ou mâle alpha est l'individu d'un groupe d'animaux que les autres membres suivent, auxquels ils obéissent ou se soumettent. Chez certains animaux, l'individu dominant est une femelle. On parle alors de femelle dominante ou femelle alpha". (Wikipédia)

Donc: si tu es pas trop mal gaulée, selon les canons de beauté de Marianne, et que tu peux te saper en taille 36-38: tu es une femme libre et une femelle dominante.

Tout de suite, je comprends mieux le titre de cet article con comme une valise. Le power des fringues

Dis-moi combien tu pèses, comment tu te sapes et je te dirai combien tu domines.
  • "La pétulante Cécile Duflot"
  • "La pimpante Fleur Pellerin aux robes assorties à son prénom"
Et histoire de m'abaisser au niveau de Marianne, je conclurai ce billet en citant une éminente féministe distinguée, Nabilla pour ne pas la nommer:

"Non mais allô quoi!"

mercredi 17 juillet 2013

La polémique complètement timbrée

Depuis que le nouveau timbre est sorti, ça polémique dans tous les sens.

Les gens doivent tellement de faire chier qu'ils créent des polémiques là où franchement y'a pas grand chose à dire.
Avant que je ne te donne mon avis, sache que:

1- j'ai la gueule de bois
2- j'ai du retard dans mes lectures 2.0
3- ce billet ne va sans doute pas faire avancer le schmilblik
4- tu peux passer ton chemin

Moi j'aime bien ce timbre. Je l'ai déjà dit mon dernier billet. Je t'ai même expliqué comment on en était arrivé à choisir ce timbre.
Enfin c'est pas moi qui t'ai expliqué mais l'Elysée via une infographie.

Si tu as l'impression que je te parle ouzbèque, va lire mon billet, il est là:
http://libreaffichage.blogspot.com/2013/07/il-etait-une-fois-marianne.html

Entre temps, on a appris que la leader des FEMEN avait inspiré les créateurs du timbre.

Christine Boutin est tombée de l'armoire:

"Hollande nous aura tout fait"

C'est sûr qu'un timbre avec une nonne pour représenter la République, ça aurait eu plus de gueule pour Christine Boutin.

On a aussi appris que cette nouvelle Marianne était un mix entre Roselyne Bachelot, Christiane Taubira et Inna Shevchenko.

Mais finalement, on s'en fout!
Enfin moi, je m'en tape à un point que t'imagines même pas.

Ce qui compte c'est quand même le résultat non?
T'aimes ou t'aimes pas.
Basta.

Jusqu'à preuve du contraire, elle n'a pas les nichons à l'air peinturlurés de noir, elle ne porte pas de couronne de fleurs, elle ne brandit pas de piqûre contre le H1N1, elle n'est pas en tailleur vert anis avec du rouge à lèvres rose fluo, elle n'agite pas un drapeau gay friendly, elle n'est pas tressée.

Elle est à priori blonde, et surtout blanche.
Tout ce qu'il y a de plus conventionnel.

Je n'ose imaginer ce qui se serait passé si cette Marianne avait été noire... 

Finalement, tant qu'on y est, heureusement que Dali est mort et qu'il n'a pas dessiné ce timbre, sinon Marianne aurait ressemblé à Amanda Lear.  

Amis réacs, cathos et / ou de droite, détendez-vous, ça aurait pu être pire...

Liens timbrés:
Chez CC, une FEMEN sans nichons, est-ce vraiment une FEMEN? :http://www.bahbycc.com/2013/07/une-femen-sans-nichons-est-ce-vraiment.html

Chez Jégoun, Les nouveaux timbres: http://www.macomete.com/2013/07/les-nouveaux-timbres.html, Timbrés: http://www.jegoun.net/2013/07/timbres.html

Chez Bembelly, Le timbre Christine Boutin:
http://www.politweet.net/2013/07/le-timbre-christine-boutin-marianne.html, Marianne, les timbrés de la République depuis 1849: http://bembelly.wordpress.com/2013/07/16/marianne-les-timbres-de-la-republique-depuis-1849

Chez GuillaumeTC, Les muses v.2: http://croisonsles.tumblr.com/post/55522492428


Billet affranchi et posté depuis un iPhone.

dimanche 14 juillet 2013

Il était une fois... Marianne

Bon bah ça y est, il est sorti le nouveau timbre.
On pourra le coller un peut partout le 16 juillet.

Perso, je le trouve très beau. Je ne sais pas qui fut la muse (il paraît que c'est Inna Shevchenko, fondatrice des FEMEN) de ce nouveau timbre, mais ce relooking est assez frais comme on dit chez les djeun's.


Les yeux manga et le bonnet négligé, une certaine "modernitude" tranquille (Didier Goux va être ravi...) se dégage de cette Marianne version 2013.



Et le résultat est là:


J'imagine que des analyses ont été faites un peu partout pour comprendre le pourquoi du comment des symboles. J'imagine que les enfants symbolisent la priorité, la flore l'écologie et l'arobase la lettre électronique.

Je m'épate moi-même tellement je suis perspicace.

En tous cas, bravo à Olivier Ciappa qui a façonné cette Marianne qui me rappelle un peu les timbres de ma jeunesse, comme on dit chez les yeuv'.

samedi 13 juillet 2013

Le sombre con de la veille

Mon copain Politeeks parle de'"sombre merde" pour qualifier celui qui a balancé ce tweet. J'opte pour le "sombre con"
Voici donc ce qu'a balancé le sombre con de merde, hier, 22 juillet, 16h43.
Paraît que les cons, ça ose tout.

Je crois que c'est clair.

Spéciale dédicace aux réacs

J'aime bien Sexy Sushi. Ils sont complètement barrés, un peu dingos et complètement provoc'.
Quand j'ai entendu leur dernier titre sur Nova hier soir vers 20h, je me suis dit:
"Qu'est-ce que c'est que cette chanson de réac?"
Et comme je ne les avais pas immédiatement reconnus, j'ai évidemment fait appel à mon ami Shazam qui m'a sorti un résultat sans appel: 

J'aime que tout soit bien rangé,
J'aime que ma famille m'obéisse,
J'aime la chasse, et mes copains bourrés,
J'aime surtout la représentation du Christ,

J'aime bien que les femmes n'avortent pas,
J'aime bien la télévision,
J'aime bien l'idée du partage,
J'aime cependant ne pas donner mon pognon.

J'aime mon pays, comment peux-tu en douter ?
J'aime aussi le Seigneur, car il pardonnera mes pêchés (x4)

J'aime que les PD soient punis,
J'aime que les pauvres soient isolés,
J'aime que les handicapés s'ennuient,
J'aime que ma voiture soit bien garée,

J'aime les valeurs,
J'aime les principes,
J'aime l'armée,
J'aime les hypermarchés,
J'aime en secret tripoter mon fils,
J'aime aller à Norauto et aux prostituées.

J'aime mon pays, comment peux-tu en douter ?
J'aime aussi le Seigneur car il pardonnera mes pêchés (x4)

 Alors? C'est pas une spéciale dédicace aux réacs ça?